Agathe, Ann Cathrine Bomann (La Peuplade), par Aurélie

Émerveillée par la découverte de ce texte édité par les éditions La Peuplade.

160 pages. Seulement me direz-vous ? Et pourtant, elles vont occuper un sacré espace dans la rentrée littéraire.

J’ai eu du mal à m’extirper de certains passages dont la beauté et l’éclatante vérité m’ont clouée sur place.

Un psychiatre proche de la retraite fait le décompte des séances qu’il lui reste à subir avant de raccrocher. Pourtant, les dernières semaines sont bien différentes de la routine installée depuis près de 50 ans. Sa secrétaire, pilier de sa vie professionnelle s’absente brusquement. Agathe débarque dans sa clinique alors qu’il se serait bien passé d’une nouvelle patiente. Il se découvre sujet à des crises d’angoisse très fortes.

Rien de très original dans l’énoncé du thème, je vous le concède. Mais c’est sans compter sur des fulgurances philosophiques qui nous font réaliser, à travers les yeux du thérapeute vacillant, l’importance de vivre et non simplement de « fonctionner ».

Il m’arrive rarement de noter des passages entiers tant ils me parlent, je peux vous dire que cette fois je tiens un sacré recueil de phrases-trésors !

Traduit du danois par Inès Jorgensen

Aurélie.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Résoudre : *
30 × 2 =