Les Jours de Vita Gallitelli, Hélène Stapinski (Globe éditions) par Aurélie

L’auteure ressent de façon particulièrement forte le poids de l’histoire familiale et depuis l’enfance se passionne pour le destin de Vita, celle qui était arrivée avec ses enfants à Ellis Island en 1892, fuyant la pauvreté comme tant d’autres Italiens.

Un meurtre serait à l’origine de cette traversée de l’Atlantique. Sur les traces de son arrière-arrière-grand-mère, Hélène Stapinski entreprend une longue quête qui la mène jusqu’en Italie, là où tout a commencé et là où elle espère trouver des réponses concernant l’histoire familiale.

Un voyage passionnant en généalogie et dans un pays où Tradition s’entend encore avec un « t » majuscule.

Aurélie.

Traduit par Piere Szczeciner.

La Note américaine, David Grann (Globe éditions) par Aurélie

Ce livre m’a complètement passionnée !

Je ne lis que de la fiction habituellement mais je n’ai eu aucun mal à me glisser dans cette enquête tant le talent de l’auteur pour nous embarquer avec lui dans le passé et cette histoire hallucinante est grand. Point par point, il reprend le fil d’une affaire dont l’issue, même si elle avait légitimé Hoover dans son poste récemment acquis, avait laissé trop de zones d’ombres et un profond traumatisme dans la communauté Osage, victime d’une terreur dont on trouve des traces aujourd’hui encore.

Vous découvrez Ernest et Mollie sur cette couverture. Il est important de saluer la composition du livre qui rend notre immersion dans l’Oklahoma des années 20 quasi complète grâce aux nombreuses photos qui jalonnent notre lecture. Elles nous permettent de contempler ces visages, ces lieux dans lesquels on tente de deviner les drames en préparation ou les conséquences de ceux-ci.

Bravo aux éditions du Globe pour ce texte littéraire qui renverse la barrière des genres et met le doigt là où ça fait mal. Grâce à sa traduction par Cyril Gay, un pan essentiel de l’histoire de Etats-Unis arrive jusqu’à nous.

Lisez ce grand texte !

Aurélie.