Tout le monde aime Bruce Willis, Dominique Maisons (La Martinière) par Le Corbac

Et bien tout le monde devrait aimer Dominique Maisons.
Depuis que j’ai rencontré ce sombre individu aux goûts vestimentaires (Quoi?…On a dit pas les fringues?…Ah ok)…
Donc je recommence.
Depuis que j’ai vu débouler ce sombre individu dans une ancienne cave à polar du nord de la France, me réclamant à corps et cris une ardoise éternelle, je m’y suis attaché ( pas au sens propre…quoique je l’aime bien).
J’ai donc lu Le Festin des Fauves et On se souvient du noms des assassins; deux romans à un siècle d’écart dans lesquels on retrouvait tout son goût pour les feuilletonistes d’antan et leur capacité à construire des histoires à épisodes et à maintenir perpétuellement l’intérêt du lecteur.
Avec Tout le monde aime Bruce Willis, Dominique Maisons fait un truc que j’adore : il la met profond aux américains !!!
Au cinéma américain, en l’occurrence (ben non pas les auteurs, il est bon mais quand même il est pas encore Dominique Ellroy Maisons… Je l aime bien mais y à des limites à ma flagornerie). Donc, il nous a écrit un super roman style le blockbuster cinématographique de l’été. Le truc qui s’il sortait au cinéma, réalisé par Fincher avec comme actrice principale Winona Ryder, James Wood, Julia Roberts, Brad Dourif, Sigourney Weaver et puis surtout un Hugh Jackman, ferait un carton au Box-Office. ( oui ben moi je sais qui je vois dans le rôle de qui…)
Pourquoi? Parce que le petit frenchie de Dominique il nous a fait un truc totalement à l’américaine, pas une once de french-touch. Il s’est accaparé les règles, il s’est fondu dans le moule des méga-production et a su adopter tous les codes.
Je ne peux pas raconter grand chose sans déflorer la belle, ce qui serait bien triste pour vous car la lecture et le sujet en valent le plaisir.
donc en fait j’ai plus rien à vous dire sur Tout le monde aime Bruce Willis si ce n’est qu’il faut vous y plonger et vous laisser porter.
L’intrigue est excellente et cohérente, reflet de certaines théories entendues à droite et à gauche. Les personnages ne sont pas foison mais ils sont travaillés au pinceau; une petite touche ici, un paquet par là, une rondeur pour arrondir les angles ou une pointe pour exciter. Tout ce roman, conçu sous forme de recherche nous plonge dans les arcanes et méandres du pouvoir de Hollywood, dans la médiocrité des apparences à sauver et des convenances à respecter, dans la force politique et sociale de l’argent et de la renommée : quand on est riche on peut se donner le droit de tout faire (thème déjà abordé dans Le Festin des Fauves).
Et puis, et puis il y a les 32 dernières pages… celles dans lesquelles tout le talent de feuilletoniste à chute de Dominique Maisons et sa maîtrise de l’intrigue se révèlent avec force et violence.
Un auteur assurément excellent et à suivre encore et toujours…

Le Corbac.

Gangs of L.A., Joe Ide (Editions Denoël – Sueurs Froides) par Le Corbac

Résultat de recherche d'images pour "Gangs of L.A. ( Joe Ide"Sur un scénario très pragmatique qui sert surtout de faire valoir, même si Sinatra aurait pu en faire un chef d’œuvre cinématographique en son temps, et qui permet à Joe Ide de dérouler son véritable récit, Gangs of L.A. est un titre très réaliste et ancré dans une réalité connue.

Quand je disais Sinatra, ça me faisait rire de l’imaginer à la place de ce brave Cal, raide défoncé de la pointe du cheveu jusqu’à la rognure de l’ongle de son petit orteil avec son peignoir à la Lebowsky… Ouais parce qu’entre The Crooner et un chanteur de rap avec le vent en poupe ?
La THUNE.
Tout le monde a besoin de thune, quelle que soit la décennie, le style, le look, le genre : c’est ce PUTAIN DE BLE qui fait tourner le monde. Et le résultat logique c’est quoi? Des braquages à la con, des fusillades de merde qui prennent des allures de guerre de gangs, te laissant deux trois braves types sur le carreau et au moins une sacrée crise de culpabilité vis de ce gosse orphelin et à deux doigts de devenir un légume, une pauvre plante grimpante…

Et puis au milieu de tout ce boxon, t’as un brave gars. Un type qui a pas eu de bol et qui s’est pris deux trois grosses claques, qui a fait les mauvais choix mais qui va les assumer. Ce type c’est Isaiah Quintabe, dit Mister IQ, et son « ami’ Dodson.
Ce roman repose totalement sur leurs épaules et heureusement qu’ils sont gaulés comme Atlas…

Joe Ide table avec efficacité sur deux sujets récurrents dans la littérature noire afin de s’imposer avec élégance et discrétion dans cet univers.
La différence et la Rédemption, la surhumanité de Nieztche et le pardon divin des disparus. Véritable fils spirituel de Robert McCall et de McGyver, IQ est une véritable bombe humaine.

 

Y’a que Gus van Sant qui l’avait osé dans Will Hunting et plus récemment Gavin’O Connor avec le même Ben Affleck… Il y a dans le personnage de Isaiah Quintabe, l’auteur de Gangs Of L.A. crée une légende au même titre que Jack Reacher, Nathan Love ou Pendergast.
Un personnage complexe, touffu et fouillé, un homme attachant et humain, plein de contraste et d’opposition mais avec une seule et unique ligne de conduite : le bien pour le Bien.

Traduction Diniz Galhos

Empire des Chimères, Antoine Chainas (Série Noire – Gallimard) par Le Corbac

Cela est un exercice pour moi que de parler de cet Empire à la fois empirique et clinique…comme ne serait-ce que le titre (tiens je viens de percuter à l’instant sur l’antonymie du titre).
En effet, je ne l’ai pas compris mais qu’il est bien écrit et construit !
Oui, je n’ai pas compris ce livre que j’ai pourtant entièrement lu. Dans ma folle jeunesse j’ai passé des heures et des heures dans divers et multiples jeux de rôle, j’ai (et je continue) lu beaucoup de fantastique, mais là je m’y suis perdu.
Ou bien je me suis juste perdu ?
La construction à deux temps permet pourtant à Antoine Chainas de mettre en avant toute la qualité de son écriture et de déployer son « intrigue ». Deux pays, deux mondes, deux civilisation, deux manière de penser, deux…Ses tournures de phrases, ses dialogues, ses description, ses sujets, ses idées…. tout cela est double et il est très intéressant de voir cette aptitude que possède l’auteur d’écrire en un seul livre deux univers si différents sans jamais les « mélanger », respectant les codes de chacun.
Et puis le sujet ou contenu de ce roman… La métamorphose? L’adaptation? L’évolution? La folie humaine?
De qui ? De la société ? De l’Homme ? de l’individu ? Des villes ? De la consommation ?
Un peu de tout cela peut être… techniquement et oniriquement.. Mais voilà, malgré toutes ces qualités, Empire des Chimères ne m’a pas convaincu dans son récit.
Dans la technique d’écriture, je suis conquis, retrouvant parfois ces moments forts que j’avais apprécié dans Versus (Série Noire – Gallimard)- dont soit dit en passant j’avais totalement été emballé par l’intrigue.
Alors je pense que d’autres sauront mieux apprécier l’intégralité du roman, quant à moi je le garde en tête pour tous mes amateurs de plume qualitative.

Le Corbac

Hillbilly Elégie, J.B. Vance (Globe éditions) par Le Corbac

Un livre qui n’est pas un roman mais qui est pourtant écrit pareillement, une autobiographie chaude et vivante, une épopée humaine pour sortir des cases sociales, pour échapper aux écueils d’une société, d’une économie, des lois, de la prédisposition sociétale, de la famille et des liens du sang…
Loin des images habituellement sombres et sordides de cette région des États-Unis, la ruralité apparaît ici comme un lien, une union et une communion de la famille: elle existera toujours.
Ce récit autobiographique de JD Vance est porteur d’espoir ; un espoir parfois « euphorique », souvent teinté de doutes.
Livre d’une remise en question des principes de l’hérédité, livre de la réussite, Hillbillie Elegie derrière son aspect  » l’ American Way of Life existe, regardez ce que j’ai réalisé…’ dénonce une autre forme de ségrégation, les aspects d’un isolement social, les problématiques économiques des USA depuis quelques décennies, évoquant ses désastres monétaires et ses événements dramatiques pour expliquer la gestion politique du pays et ses répercussions sur certaines minorités.
Hillbilly Elegie met à l’honneur la volonté, l’importance de la famille et le refus de l’inéluctable. Cette autobiographie d’une Amérique en détresse, plaidoyer contre la misère ouvrière, est un Candide des Appalaches, un Lettres Persanes made in USA.

Le Corbac.

Traduit par Vincent Raynaud.

 

La Rivière de Sang, Jim Tenuto (Gallmeister – Totem) par Le Corbac

Pour une fois je voudrais commencer par parler d’une autre personne que l’auteur. Oui, oui Monsieur Jacques Mailhos il s’agit de vous.
Je suis totalement incapable de lire en V.0 et je ne sais pas si je dois le regretter. En tout cas, il y a des moments de lecture durant lesquels on ne peut s’empêcher d’y songer.
Pourquoi? Juste parce que durant un instant on a ce sentiment de lire en VO ( comme à force de regarder des films en V.O sous-titrés, on finit par oublier qu’on lit et on se croit bilingue…).
Et cet instant on le doit à la qualité de la traduction.

Ce texte de Jim Tenuto m’a accroché aux zygomatiques. La justesse des bons mots, la qualité des échanges entre les personnages, ce rythme pseudo contemplatif qui nous hypnotise et nous emmène à suivre inlassablement cette mouche qui suit le cours de la Rivière de Sang.
Le ton est juste et on en entendrait presque les accents résonner à nos oreilles.

Le récit se place dans un lieu paradisiaque, un coin de paradis, le jardin secret des pêcheurs, le tout sous l’œil averti de Dahlgren Wallace.
Dahlgren Wallace… Un flegme à toute épreuve, un mordant dans la répartie, un sens de la sociabilité équivalent aux multiples hématomes ornant ses pommettes et surtout il est le roi de la ligne… Alors quand, brutalement, au point d’en effrayer les truites en perturbant le calme lénifiant de la rivière, les faisant se dissimuler dans les divers alluvions du fond, il se retrouve accusé du meurtre d’un client de son patron, il décide de laisser les poissons venir le flairer, le renifler, joli petit appât qui s’agite docilement au bout d’un hameçon.
Patiemment il va laisser la ligne se poser, les poissons venir mordre ou pas à chaque lancer. Il va corriger ses lancers, s’avancer parfois un peu trop loin dans le cours de la rivière, quitte à prendre le risque d’être submergé et de disparaître.

Jim Tenuto a su construire un roman noir et accrocheur, conçu comme une véritable partie de pêche: plusieurs hameçons, plusieurs lignes, divers lancer, différents moulinets et cannes variées. Amateurs ou professionnels, mythomanes ou objectifs, les pécheurs se succèdent aux fils des pages et des échanges.

Un roman paisible, addictif et empli de sérénité.
Encore…..

Le Corbac.

Traduction de Jacques Mailhos.

Blood Song, Anthony Ryan (Bragelonne) par Le Corbac

Sorti en 2017, ce premier volume d’une saga consacrée à Vaelin Al Sorna est entré en ma possession en décembre 2018 (oui je sais, il m’a fallu le temps mais c’était Noël et ce fut un beau cadeau).
Déjà, y a des cartes et ça c’est super important; je dis pas que tu vas les utiliser à chaque fois mais c’est rassurant. Perso je trouve ça super important; tu vois ce petit plus qui fait que tu peux vérifier, suivre le récit de manière géographique. Ce gage de sérieux qui te dit: regarde c’est là et là et là. Cela donne une lecture plus concrète, ancrée dans la réalité.
Une fois ceci dit, qu’en est-il de ce récit?
Il est exactement ce que moi j’attends d’un bon récit de Fantasy.
Le style est bon et la structure souvenir raconté à un scribe /  jonction finale avec le moment présent est judicieuse et permet de donner tout son rythme à l’histoire. Alternant les échanges entre Vaelin et le scribe et le récit chronologique de son enfance et des raisons qui l’ont mené à cet instant, Anthony Ryan nous offre deux choses.
D’abord des pauses, des instants pour souffler, pour laisser retomber l’adrénaline, parce qu’il sait gérer le rythme et l’intensité narrative. Chaque partie monte en puissance, gagne en force progressivement. Il y a une certaine forme de la structure narrative utilisée par Robert E. Howard dans Conan. Toute la trame est ainsi constituée d’une succession d’épisodes qui forment un tout. C’est pratique pour la lecture aussi ce petit côté feuilleton.
Et puis, et puis il y a cette duplicité, ce vrai faux récit dont on ne découvre les absences ou les trous qu’à chaque fin de partie. Nous, lecteurs, avons droit à l’intégralité du récit, quand Verniers n’a qu’une version édulcorée, plus proche de celle du troubadour ou du conteur que de celle du biographe.
Pourquoi? Dans quel but?
Le reste de la recette est respecté à la lettre, les ingrédients connus et approuvés.
Chaque étape a déjà été testée, on est capable d’anticiper la suite et le déroulement de l’histoire ainsi que certaines conclusion. Et pourtant on se laisse encore une fois porter par la traduction de Maxime Le Dain qui a su transmettre cette intensité et ce rythme dans l’écriture d’Anthony Ryan.
Le liant de cette recette est basé, bien évidemment, sur l’éducation du personnage de Vaelin, son apprentissage, ses frères, ses influences, ses aventures de jeune homme.
Les liens d’amitié se tissent, ceux du respect des règles et des maîtres s’étoffent. Les épreuves de la formation sont le pendant des évolutions du personnage, adaptées et cohérentes.
Et derrière tout cela se trament bien sûr des luttes de pouvoir, des conflits, des batailles et des guerres engendrés par l’avidité ou la vengeance. Oui il y a aussi une trame géopolitique.
Et ça c’est fin. Très fin même. Il m’a rarement été donné de lire de la Fantasy aussi intelligente si je peux utiliser ce terme. Gemmell l’a fait avec sa saga Troie: créer toute une Histoire à son histoire, y incorporer tous les éléments d’ordre politique, économique, commerciaux inhérents à la vie d’un pays. On y parle donc pouvoir et commerce, politique et intrigues de couloir, luttes de classes et d’influence mais…mais surtout on y parle religion!
Royauté et Religion, ça vous dit rien?
Ah ben oui, il ne faut pas oublier qu’Anthony Ryan est d’abord diplômé en Histoire, et ça se sent, ça se voit.
Ceci fait qu’au delà d’un excellent roman de Fantasy, il nous offre une belle étude des religions, de leurs liens avec le pouvoir… oui on peut aller jusqu’à dire que l’histoire des religions européennes est ici dressée en filigrane ; inquisition et lutte pour se faire une place politique, influence et contradiction, divergence et nouvelles religions, paganisme et missionnaires, expansion et domination.
Par le biais de l’histoire de Vaelin, Anthony Ryan nous refait le récit de ces guerres de religion passées, de la montée des extrémismes, de ces luttes entre pouvoir spirituel et pouvoir exécutif.
Je n’ai qu’un regret: cette intrusion brutale en fin de volume d’une présence surnaturelle, l’introduction d’une dimension fantastique, limite ésotérique, qui arrive si brutalement que j’en ai été un poil déstabilisé.
Un très chouette roman de Fantasy, maîtrisé de bout en bout et qui nous emporte sans heurt dans une intrigue passionnante et foisonnante.
Le Corbac attend la suite… (message bien reçu Guillaume Missonnier?)

Traduit par Maxime Le Dain.

Le Corbac.