Un monde trop petit, Jean-Christophe Perriau (Editions Inédits) par Le Boss

De l’art difficile de lire le livre d’un ami, Olivier peut vous en parler…

Le gros JC et moi, c’est une longue histoire depuis la création du site, c’est un membre à part entière, faisant des chros parfois.

Son livre, je l’avais déjà lu, il y a fort longtemps sur du papier A4. Quelle ne fut pas ma surprise de le trouver dans ma boite, un matin d’hiver, hum, poétique, n’est pas ?

Un livre fort sur les invisibles et les perdants, comme vous en avez rarement lu. Ecrit par un type qui s’y connait bien, en la matière, voyez son CV.

Rien ne nous sera épargné sur la vie des cités, des sdf, des «  »justes » » qui s’en occupent. Putain de sacerdoce, j’ai essayé une patrouille de nuit, j’ai pas pu….

L’écriture est belle, il y a l’intrigue qu’il faut pour avancer au milieu de tant de crasse et de bêtise humaine. Un bon petit noir, reflet des rebuts de la société qu’on trouve dans la rue, dans les hopitaux psy etc…

Certains trouveront peut être que c’est un peu trop manichéen mais dans la rue, c’est sans couleurs, noirs ou blancs, et parfois rouges.

A NE PAS LOUPER, POUR LA FORME, LE FOND ET POUR SOUTENIR DES AUTEURS BRILLANTS EDITES PAR DES INDEPENDANTS.

SO LONG.

Le Boss.

« Trois vies brisées : Franck, sans-abri ; Bouba, arraché enfant à son Afrique natale ; Matilda, victime de la désintégration de sa famille. Le premier noie son chagrin dans l’alcool ; le second plonge dans la délinquance ; la troisième reconstruit sa vie en la donnant aux autres.

Tout en remontant l’histoire de chacun, l’auteur chemine en chroniqueur dans la construction du drame, sur fond d’embrasement dans les cités. D’un personnage à l’autre, des liens se tissent, l’espoir renaît, promettant des jours meilleurs loin des quartiers en feu…
Mais dans ce monde trop petit, comment échapper à son passé ?Lauréat de nombreux concours de nouvelles, Jean-Christophe Perriau est né en 1968. Il a travaillé en Club de prévention et en Centre d’Accueil pour Demandeurs d’Asile, avant de rejoindre le Samu social de Paris en 2002. Son premier roman, Un monde trop petit, inaugure la collection Inédits Noir. »

 

L’étoile du nord, D.B. John (Equinox, Les Arènes) par Le Boss

Résultat de recherche d'images pour "les etoiles du nord john db"

Mis à part notre national Jean Luc Bizien, il n’y pas pas pléthore de polar se passant en Corée du nord, cela tombe bien bien ce n’en est pas un.

Alors ATTENTION DE NE PAS LIRE LA POST FACE OK !!!!!

On le dit, mais je me permets de vous le rappeler.

Plus c’est gros plus cela passe, cela doit être la devise des dictateurs coréens, l’auteur en a fait  sa devise pour le roman.

On notera un tournant dans la maison d’Aurélien Masson, ce livre diffère, enfin presque, reste le côté wild, des dernières productions. Beaucoup plus accessible que les autres, enfin jusqu’à la postface qui vous mettra en l’air

Bon, notre auteur va faire un tour dans ce pays, il en revient, merci, et il décide d’écrire un roman. Roman qui pourrait être porté à l’écran facilement.

Une bonne intrigue, un bon « thriller » avec espionnage, un one turn over page de qualité, mais pas que…

Je vais pas me casser et vous les casser  à vous faire un descriptif du scénario.

J’insisterai juste sur le fait que je n’avais pas envie de le lire, mais que finalement j’ai vite été pris. Si on ne décernera pas la plume d’or à l’écrivain, il y a un style qui va parfaitement au genre. Et c’est ce qu’on demande.

Après, sous couvert d’histoire d’espionnage, de personnes disparues, sur une histoire alambiquée, mais plus c’est gros plus ça passe, on découvre un pays qui au 21 ème siècle dépareille fortement..voire plus, crescendo. A se demander si tout cela est possible.

Quand la folie s’empare de dirigeants, avec une politique plus qu’efficace d’obéissance du peuple, on peut tout faire donc. Il en est de même avec les puissances étrangères, avec qui  le pays joue au poker.

Bienvenue donc dans ce pays, que n’auraient pas dénigré les nazis.

Très bon roman qui vous en apprendra plus que n’importe quel documentaire.

Mais attention ceci n’est peut être pas tout à fait un roman, certaines idées coréennes sont des armes de destruction massive.

Laissez votre cœur et vos idées préconçues sur la bonté humaine avant de lire.

Le Boss.

 

Le Pays des oubliés de Michael Farris Smith, Sonatine

Au pays de des désillusions et de « I’m in the mood » Michael est un roi. Le roi pour peindre des loosers.

Ces perdant merveilleux c’est avec art et humanité qu’ils nous les présentent et les fait vivre tout au long de ce récit.

Deuxième opus chez les oubliés de la vie, ou de la quinte flush à la naissance pas distribué.

On va  vite avec l’auteur, on ne tourne pas autour du pot, en bla bla ou conjoncture, tout s’enchaine rapidement entre les différents acteurs, du livre. Il n’est pas là pour faire pleurer dans les chaumières. Les héros ou zéros ne sont pas des causettes, ils se battent comme Jack pas par envie, juste pour vivre, avec juste un rêve à la clef. L’envie de vivre n’est pas au gout de ce livre, juste avance, le fameux marche ou crève.

Ne laissez pas les idiots ranger par caricature ce livre en « rural noir », c’est juste un bon roman sur les perdant merveilleux, écrit avec rage et force (cela se dit).

Ne passez pas à coté il n’y a pas que Bouysse et Lecorre en janvier.

Résumé :

Abandonné à la naissance, Jack est passé d’orphelinats en foyers, avant que Maryann, une lesbienne mise à l’écart par la bonne société de Louisiane, le prenne sous son aile. Aujourd’hui celle-ci vit ses derniers jours et sa propriété est menacée par les banques. Jack, qui veut à tout prix conserver cet héritage, doit trouver l’argent nécessaire. Mais, le corps cassé par une vie de combats, ravagé par de multiples addictions, il ne se sent plus la force d’avancer. D’autant plus qu’il doit aussi affronter Big Momma Sweet, qui règne sur cet empire du vice qu’est le delta du Mississippi.

Bambi, Zack III, Mons Kallentoft et Markus Lutteman (Série noire) par le Boss

Et de trois donc pour Zack et sa bande. A la fermeture du dit livre, je reste un peu couillon, je pensais que c’était une trilogie, bah non, il y en aura d’autres.

A travers les deux premiers, les auteurs ont laissé planer des mystères, au delà de la fin de l’histoire d’élucidation de meurtres, et bla bla bla, et donc là on continue, des portes s’ouvrent d’autres se ferment, mais il y a toujours un courant d’air. En gros va falloir attendre PUTAIN DE MERDE pour connaitre la Fin, si il y en a une. On peut se souvenir d’Adrian McKintty grand auteur, plus traduit, et on était resté en plein milieu d’une série, merci à l’éditeur que je nommerai pas c’est à dire Stocks, stock Option ?

Hum, sinon je suis un bon fan de cette série, série donc. Le premier etait violent, dur, et nous permettait de découvrir l’environnement de ce jeune flic comparé à Hercule. Donc de mémoire on devrait en avoir 12 ?

Le deuxième était encore plus fin, plus de plus, on avançait collé à la page et…

Et là, pan, ralentissement ou alors c’est moi qui en ai marre des tueurs en série, ok pour le 1, bien trouvé pour le deux, mais là le trois moins bien, pas le meilleur, la progression était pourtant bien entamée, et un et deux et plouf ^^ !

Que dire, c’est toujours aussi bien écrit, on est plus centré sur la vie de Zack, moins sur ses amis. La trame surement, un peu convenue, on retirerait cent pages on y gagnerait je pense. Les auteurs ont perdu cette force des deux premiers.

Je ne m’attarde pas plus, un bon moment c’est tout, on verra le 4ème  ? Ou pas ?

A peluche Zack !

Des adolescents, réunis sur une petite île pour fêter la Saint-Jean, sont retrouvés massacrés au petit matin. Les premières conclusions, aussi étranges que terrifiantes, ne se font pas attendre :  ils se sont entretués d’une manière sauvage, mais de toute évidence sans qu’il y ait de lutte. Il s’avère qu’ils étaient sous l’emprise d’une nouvelle drogue de synthèse hallucinogène. Personne à Stockholm ne semble savoir qui fabrique cette substance, surnommée Bambi . Ses effets meurtriers sont-ils voulus  ? Et lorsque d’autres jeunes se mutilent et se tuent dans un délire entre extase mystique et pulsion irrésistible de sacrifice, une autre question se pose :  les victimes sontelles ciblées  ? Pour l’inspecteur Zack Herry, il faut de toute urgence mettre fin au carnage. Libéré de ses addictions et vivant un amour apaisé avec sa fiancée, il ne se doute pas que cette nouvelle enquête va bouleverser sa vie et le pousser aux portes de la folie.Des adolescents, réunis sur une petite île pour fêter la Saint-Jean, sont retrouvés massacrés au petit matin. Les premières conclusions, aussi étranges que terrifiantes, ne se font pas attendre :  ils se sont entretués d’une manière sauvage, mais de toute évidence sans qu’il y ait de lutte. Il s’avère qu’ils étaient sous l’emprise d’une nouvelle drogue de synthèse hallucinogène. Personne à Stockholm ne semble savoir qui fabrique cette substance, surnommée Bambi . Ses effets meurtriers sont-ils voulus  ? Et lorsque d’autres jeunes se mutilent et se tuent dans un délire entre extase mystique et pulsion irrésistible de sacrifice, une autre question se pose :  les victimes sontelles ciblées  ? Pour l’inspecteur Zack Herry, il faut de toute urgence mettre fin au carnage. Libéré de ses addictions et vivant un amour apaisé avec sa fiancée, il ne se doute pas que cette nouvelle enquête va bouleverser sa vie et le pousser aux portes de la folie.

Né d’aucune femme, Franck Bouysse (La manufacture de livres) par Aurélie (parution janvier 2019)

Résultat de recherche d'images pour "né d'aucune femme"Tout commence comme dans un conte, un conte bien loin des adaptations de Disney, proche des originaux du genre, avec pauvreté, ruse, cruauté et violence à souhait. La construction est splendide, l’auteur se jouant du lecteur qui pense très vite deviner comment les choses se mettent en place…
Les lecteurs qui suivent Franck Bouysse depuis ses débuts retrouveront tous les ingrédients qui font de ses livres des romans noir d’une sensibilité extrême. Je décèle pourtant dans celui-ci un petit truc en plus qui me fait le placer au-dessus des trois précédents. Il atteint une beauté telle dans l’écriture qu’elle m’a happée dès la ère page, impossible de stopper ma lecture, comme si mon destin était lié à celui de Rose.
C’est une lecture d’autant plus belle pour moi que j’étais passée complètement à côté de son précédent roman Glaise après avoir adoré ses premiers. Mais il en va ainsi en littérature, quand on est lié à une plume, on la suit quoi qu’il arrive et on sait que l’œuvre en cours nous réserve encore bien des surprises.
Bravo à Franck Bouysse et à La Manufacture de livres, grande découvreuse de talents !

Ce qui nous revient, Corinne Royer (Actes Sud) par Aurélie

Ce qui nous revientUn texte de toute beauté qui, en plus de mettre en lumière Marthe Gautier, la Découvreuse oubliée, donne tout son sens au mot roman.
Loin de composer une biographie déguisée, ces lignes prennent un tour extrêmement romanesque pour ajouter une nuance très personnelle au passage du terme Mongolisme à Trisomie 21. M’attendant à suivre essentiellement Marthe dans ses mésaventures, c’est Louisa qui m’a complètement cueillie au fil des pages.
Le choix des mots est éblouissant, la maîtrise de la langue me fait me sentir toute petite et admirative devant ce roman qui réunit toutes les qualités pour s’imposer comme l’un des Grands de la rentrée d’hiver.
Aurélie.

Le Meurtre du commandeur, Haruki Murakami (Belfond) par Aurélie

Résultat de recherche d'images pour "Murakami Haruki, Le Meurtre du commandeur"Découvrir un nouveau roman de Murakami c’est toujours pour moi comme renouer avec un vieil ami.
1er effet : le temps se dilate, je me mets au diapason du rythme propre à son oeuvre.
2ème effet : je donnerais tout pour échanger ne serait-ce que quelques minutes de ma vie avec celle du personnage principal qui, bien qu’à un tournant difficile de son existence vit son quotidien avec une sérénité qu’on envie forcément.
3e effet : je guette les thèmes chers au cœur du grand écrivain et me perds toujours plus loin dans les méandres de son imagination.
La musique, l’amour, la création artistique, le fil tendu entre réalisme et surnaturel, les ténèbres souterraines, les mystères liés au passé, des phrases qui s’ancrent profondément en nous. Pour moi un des grands romans de Murakami qui vient rejoindre sur mon podium personnel La Fin des temps et Chroniques de l’oiseau à ressort.
Un conseil amis lecteurs : prévoyez d’avoir le 2ème tome sous la main quand vous approcherez de la fin du 1er !
Je termine avec un grand merci à Hélène Morita pour les dizaines d’heures du magnifique travail qui nous permet aujourd’hui d’avoir accès en français à ce diptyque.
Aurélie.

Leurs enfants après eux, Nicolas Mathieu (Actes Sud) par Aurélie

Résultat de recherche d'images pour "nicolas mathieu leurs enfants après eux"Hacine, Steph, Anthony sont tous trois adolescents quand on fait leur connaissance au tout début du roman. L’été 92 s’étire dans une chaleur lourde, ils rêvent d’une vie bien différente que celle qu’ont vécue leurs parents, rêvent de quitter Heillange, cette petite ville moribonde où rien ne semble coller à leurs aspirations. Trois contextes familaux et des orgines sociales très différentes mais finalement une même envie d’ailleurs.

Eté 92 puis 94, 96 et enfin 98. Ils traversent l’adolescence et semblent hésiter à basculer dans l’âge adulte où les attend peut-être la « petite vie » tant redoutée. On a envie de les encourager, de les pousser à déployer leurs ailes tout en ayant suffisamment de recul, nous adultes, pour savoir que les chamboulements de l’adolescence ne nous emmènent pas toujours là où on l’aurait souhaité…

Mention spéciale pour le personnage d’Anthony qui est mon préféré, particulièrement touchant. Un garçon très sensible qui grandit avec des parents qui traînent de belles casseroles et dont on ne peut qu’imaginer le destin dans un contexte différent. A travers lui, l’auteur nous livre aussi quelques-unes des scènes érotiques les plus réussies que j’aie pu lire.

Portrait à la loupe d’une région sinistrée, d’une génération qui en est issue. Violence, dépendance mais aussi amitié et sensualité. Un très grand livre que je voyais bien revêtir dès ma lecture en juillet un ou deux beaux bandeaux rouges. Une fois n’est pas coutume, le jury Goncourt a fait des merveilles !

Les Diables de Cardona de Matthew Carr, Sonatine par Le Boss

Et bien en voilà un roman politico historique d’aventures qui vaut le coup. Plus qu’un coup, comme dirait un ami, bref….

C’est avec avidité que je me suis enfilé ce pavé. J’ai dévoré l’érudition de l’auteur et l’humanisme qu’il partage tout au long des pages. Le bon sens, la tolérance, à une époque ou comme la nôtre, voire en un peu pire, cf l’Inquisition. Effectivement à une époque comme celle-ci  il est vrai qu’évoquer l’homosexualité, les différentes croyances, l’immigration… Ha merde je me relis mais merde, mais mais mais c’est comme maintenant !

C’est avec habileté donc que notre écrivain nous emmène dans une Espagne déchirée, en proie à ses démons de l’époque. Pour se situer, le roi de la poule au pot n’est pas encore roi et n’a pas de panache blanc,  Ravaillac est né, etc, ce qui ne nous empêchera pas de le rencontrer dans cette histoire …

A travers une trame mêlant sorcellerie, histoire de meurtres, amour interdit, etc, on tient un bon pavé d’un grand roman d’aventures où ce mot prend tout son sens, avec un regard sociétal pas tendre, sur l’époque concomitante avec la nôtre…

L’histoire ne servirait elle à rien ?

Espagne, XVIe siècle : un mystérieux tueur musulman s’en prend à l’Église catholique.
1584. Le prêtre de Belamar de la Sierra, un petit village d’Aragon à la frontière avec la France, est assassiné, son église profanée. Sur les murs : des inscriptions en arabe. Est-ce l’œuvre de celui qui se fait appeler le Rédempteur, dont tout le monde ignore l’identité, et qui a promis l’extermination de tous les chrétiens, avec la même violence que celle exercée sur les musulmans ? La plupart des habitants de la région sont en effet des morisques, convertis de force au catholicisme, et qui pratiquent encore l’islam en secret.
À la veille d’une visite royale, Bernardo de Mendoza, magistrat à Valladolid, soldat et humaniste, issu d’une famille juive, est chargé de l’enquête.

Traduit par Claro.