Le fruit de mes entrailles, Cédric Cham, Jigal Polars par Bruno

« Noir et Sauvage » indique le bandeau rouge sur la couverture où l’on voit une moto filant à vive allure. Après avoir avalé à tombeau ouvert les 280 pages du dernier Cédric Cham, je ne peux qu’abonder dans ce sens, et bien que n’étant pas toujours très fan de ces bandeaux racoleurs souvent surfaits, je dois bien avouer que ces deux mots collent à merveille à ce roman. Bravo à Jigal Polar et à Jimmy Gallier de publier ces pépites concentrées de noir, où la vie part en vrille au hasard des rencontres et aléas de la vie.

Ce roman, c’est l’histoire croisée de trois êtres englués dans le tourbillon de la vie : Vrinks d’abord, fiché au grand banditisme et qui purge dix ans de taule ; Amia ensuite, jeune femme d’une vingtaine d’année tombée dans les griffes de proxos de la pire espèce, et enfin celle du Capitaine Alice Krieg, flic tenace qui ne vit que par et pour son boulot.

Hasard de la vie et concours de circonstances, ces trois là vont se trouver embarqués dans une folle histoire sans temps mort. Juste le temps peut être de s’apercevoir en cours de route qu’ils sont tous passés à côté de leur vie, de leur existence et que le temps perdu ne se rattrape jamais. Lorsque Simon Vrincks apprend au parloir de la prison par son ex femme que le corps de sa fille Manon a été retrouvé mutilé dans les eaux d’un fleuve, il n’a plus qu’une seul idée : se tirer et retrouver le ou les salopards qui l’ont tuée.

Amia, elle, trouve la force et le courage de fuir ses bourreaux lorsqu’elle réalise qu’elle est enceinte.

Deux signes pour deux individus au cœur brut et à l âme ravagée ; par la douleur et l’envie de se comporter enfin en Père pour l’un, et par l’envie d’être une mère protectrice pour l’autre ; deux signaux de départ pour une nouvelle vie, une cavale, un désir de rédemption et tant pis pour ce qui se passera. On ne regarde pas dans le rétroviseur et on fonce !

« Noir et Sauvage » donc, mais je pourrais ajouter violent et sanglant, sombre et bestial, speed et addictif. On tourne les pages de ces vies qui défilent dans un rythme fou en même temps que l’on se prend à espérer une vie meilleure pour ces écorchés vifs à deux doigts de sombrer définitivement dans la folie.

Notre fliquette n’est pas en reste lorsqu’un événement particulièrement intrusif vient bouleverser le cours d’une vie qu’elle croyait maîtriser de A à Z.

Ces êtres brisés ont finalement plus de points en commun qu’il n’y paraît. C’est la vie dans toute sa splendeur et sa misère. Elle passe trop vite et il ne faut pas louper les moments de bonheur qui peuvent se présenter. Spleen du flic, du taulard ou de la pute, même combat, imparable. Leurs vies, leurs ennuis, leurs « tu meurs », c’est une fuite en avant parsemée de violence et de morts.

La solitude et l’absence de père ou de mère, où l’oubli volontaire, lourd passé que l’on traîne toute une vie, Cédric Cham n’a pas son pareil pour mettre en scène des personnages que l’on a peine à juger. Ils sont attachants, vivants, à fleur de peau et l’auteur est bien rentré dans le giron de la maison Jigal que l’on reconnaît à ses thèmes abordés, du noir sans concession, du brutal, du polar sociétal, marque de fabrique de cette maison d’édition marseillaise. Moi j’ai adoré et vite lu cet opus qui n’est pas sans rappeler les bouquins de Job avec toujours ce code d’honneur des malfrats et une formidable histoire d’amour souvent impossible.

Bruno D.

Corruption, Don Winslow, Harper Collins Noir, par Bruno D.

Ce livre n’est pas un roman, c’est un scénario pour le cinéma. J’imagine aisément un Brian de Palma ou un Clint Eastvood derrière leur caméra avec leur cadrage affûté et une lumière appropriée qu’ils savent maîtriser, pour retranscrire l’atmosphère bien particulière de cette histoire. Comme dans les bouquins de Lehane, je pense au superbe « Mystic River » adapté par le grand Clint au cinéma, on sent peser dès le départ une ambiance complexe et vénéneuse, une espèce de cuisine du diable ou tous jouent un rôle ; les flics, les dealers, les truands, les lopettes, les politiques et hommes d’affaires plus ou moins troubles. Et au milieu de cela, on trouve la population locale blanche, noire ou basanée ; Italiens, Mexicains, Américains, Portoricains etc…………..ainsi que la drogue et les armes, vecteurs de violence, de passions et de pouvoirs, qui peuvent vous éclater à la gueule du jour au lendemain.

Don Winslow nous sert ici une œuvre magistrale, longue, profonde et puissante ou Denny Malone, roi de Manhattan Nord et chef de l’unité spéciale du NYPD, « La Task Force »(constituée de fidèles triés sur le volets, des amis) est au cœur de ce récit d’une précision chirurgicale.

Corruption est un titre violent qui s’impose. Il démontre et démonte les rouages d’une société rongée par des maux de plus en plus sombres, asservie par la poudre et l’argent. Dans un New York dépeint comme jamais, il est question d’abord de survivre et ensuite de se servir avec avidité et cupidité, le plus discrètement possible. C’est du noir qui vous grattera jusqu’au fond des tripes tellement c’est dérangeant et magnifiquement écrit.

Les personnages ont un charisme fou de Parrain sicilien ; flics ou voyous, ils ont de l’épaisseur et certains principes, mais peu de moralité finalement, et ce petit monde pousse ses pions comme des joueurs sur un échiquier en pensant qu’ils sont intouchables ! Pourtant, un jour, au coin d’une rue, d’un immeuble, d’une descente, d’un flag, ou d’un règlement de compte, la mort est à portée de balles et la justice des hommes n’est rien en face de la violence des gangs. Ici, on vit, on meurt d’un claquement de doigts, comme ça, soudainement, alors qu’on pensait l’instant d’avant que la vie était belle, et ce pour de longues années encore.

Dégringolade d’une étoile, d’un intouchable, d’un flic dont le frère pompier est mort le 11 septembre, ce roman majestueux d’une Amérique meurtrie par les attentats, est aussi celui d’une Amérique qui ne réalise pas ce qui se passe sous ses yeux, dans ses rues, chaque jour.

Le 11 Septembre a marqué les esprits d’un coup, mais la réalité quotidienne est sans doute bien plus terrible parce qu’on finit par ne plus s’en rendre compte.

Don Winslow décrit ce New York pourri de la tête au pied, des cimes du pouvoir aux bas fonds avec une vista et une force incroyable. New York, la ville à la pomme, n’est plus qu’un trognon bouffé par les vers. C’est époustouflant et d’une grande méticulosité, un peu lent tout de même. On se demande si l’auteur n’a pas exercé certaines fonctions au cœur de cette police et de cette ville tellement le rendu est impressionnant.

Don Winslow ne rate absolument pas son retour en France avec ce scénario mettant en scène gangs et polices .Y a t il un peu de place pour la justice, la rédemption et un racisme moins marqué envers la population noire ? Pas sûr du tout. Mais vous vous ferez votre opinion en décodant et en lisant ce fabuleux récit d’une Amérique rongée par de multiples maladies que nous livre sans concession un Don Winslow au sommet de son art. Quel pied les amis !

Traduit par Jean Esch.

RETROGRADE, PETER CAWDRON (Denoël) Traduction Mathieu Prioux, par Bruno D.

Résultat de recherche d'images pour "RETROGRADE, PETER CAWDRON"Science Fiction me direz vous ? Effectivement, mais pas que … et ne pas lire cette publication serait passer à coté de beaucoup de choses, de beaucoup de questions, et surtout à coté d’un remarquable thriller où l’on se sent subitement bien seul et vulnérable, loin de chez soi dans un environnement des plus hostiles.

120 personnes vivent au sein de la colonie martienne « Endaevour » regroupant scientifiques de différentes spécialités et nationalités, spécialement sélectionnés pour une mission d’une durée de dix ans. Sur Terre, soudain le feu nucléaire est déclenché et détruit plusieurs villes principales comme Chicago, New York, Washington, Karachi, Moscou, Paris et bien d’autres. Transmissions coupées, black out, stupeurs, interrogations, peurs viscérales, le manque d’information amplifie la sensation d’abandon, renforcée par le fait que le peu d’éléments portés à la connaissance de nos chercheurs, ne sont finalement peut être que des leurres servant à alimenter cette sourde trouille !

« La Nasa nous a préparé à n’importe quelle éventualité sur Mars, mais elle ne nous a jamais formés à ce qui pourrait arriver sur Terre ».

La population martienne répartie en quatre modules, américain, chinois, russe et eurasiatique se trouve livrée à elle même et inexorablement ce scénario palpitant et réaliste aborde des thèmes aussi variés que notre capacité de réaction en conditions extrêmes. Comment l’espèce humaine va se comporter en tant que cultures différentes, nations, groupes ou individus ?

C’est passionnant, technique aussi, et effrayant surtout, parce la frontière entre la réalité et la fiction est des plus minces aujourd’hui. On ne parle pas d’instinct de survie ici comme une mère qui se bat pour revoir son enfant, on parle ici de débrouillardise, d’ingéniosité, de solutions à trouver pour avoir une chance de survivre… ou pas !

Chaque action, chaque exploration peut être mortelle malgré les procédures établies, censées assurer une sécurité maximum. Atmosphère martienne poussiéreuse et dangereuse, la vie peut rapidement ne tenir qu’à un fil, à une autonomie de batterie, à une combinaison de protection, à un GPS, ou à l’intervention d’un colon.

Liz Anderson, Connor, Harrison, James, Wen, Jianyu, Vlad, Max et quelques autres sont les héros au sens noble du terme, véritables sentinelles d’une humanité attaquée par un ennemi, rusé, larvé, et particulièrement nuisible.

Les références sont nombreuses dans ce livre et on oscille entre 2001 , Seul sur Mars et Terminator  balayant ainsi près de cinquante années de SF et ses nombreux thèmes. La partie scientifique bien présente, crédible, rend le scénario des plus flippants. Ce n’est pas un banal ouvrage de SF, c’est une lucarne ouverte sur notre avenir et ce que l’on souhaitera faire de notre monde.

L’homme n’est jamais aussi fort que lorsqu’il agit de façon consensuel avec ses congénères et qu’il fait preuve de grande humanité. C’est peut être ce qui nous différencie de l’animal… ou de la machine.

J’ai adoré cette aventure de conquête spatiale menée de main de maître par Peter Cawdron. Pas de temps mort, une inquiétude qui perle à chaque page, et des questions à foison. Peter Cawdron explore le genre en nous offrant ici tout ce que la SF peut avoir de meilleur.

Merci aux éditions Denoël et à Joséphine Renard de permettre à nous lecteur de découvrir de nouveaux auteurs et de voyager dans des univers bien différents.

Vous l’avez compris, c’est un énorme coup de cœur !

IRRESPIRABLE, OLIVIA KIERNAN (Hugo Thriller) traduction François Thomazeau par Bruno D.

Résultat de recherche d'images pour "IRRESPIRABLE, OLIVIA KIERNAN"Dublin. Le docteur Eleanor Costello, scientifique respectée, est retrouvée morte chez elle, pendue.

Suicide ou meurtre ? Un démarrage rapide pour un scénario qui semble alléchant, surtout au vu de la lecture de la 4ème de couverture, très aguicheuse. J’aurais souhaité plus de discrétion, laisser le lecteur découvrir l’intrigue et plonger doucement en eaux troubles, c’est quand même mieux, non ?

Pour un premier bouquin, c’est bon, voire très bon, mais on est plus dans une enquête policière dans le plus pur style anglais, que dans Le silence des agneaux, d’où ma remarque en préambule. La commissaire Frankie Sheehan, nouvelle venue dans l’univers Polar hérite de cette mystérieuse et tortueuse affaire qui va mener à bien des interrogations alors que les cadavres s’accumulent.

Une commissaire de police teigneuse et sympathique, en plein doute émotionnel et personnel, une équipe d’enquêteurs dévoués et futés, un scénario bien construit, même si un peu lent, on nage dans un brouillard épais savamment distillé par l’auteur et il y a autant de pistes et d’excitations que de désillusions et de faux semblants. Petit monde apparemment au dessus de tout soupçon, menant une vie saine et réglée comme une horloge suisse… Et pourtant ! Derrière la tranquillité et le ronron d’une vie ordinaire se cache bien des turpitudes, des vices ou des envies, et il suffit quelquefois d’ouvrir les yeux, de réfléchir autrement pour que la façade se lézarde.

Ce livre n’est pas aussi glauque et crade que le laisse supposer la 4ème de couverture et je pensais découvrir quelque chose de plus sordide, de plus violent, de plus « Irrespirable ». C’est dommage, je trouve de vouloir sur-vendre ce livre et cette romancière, parce que Olivia Kiernan possède déjà une belle maîtrise et pas mal de compétences pour nous livrer son histoire, d’autant plus que les nouveaux personnages proposés à notre sagacité de lecteurs tiennent largement la route.

Face à un tueur froid, joueur et diabolique, les forces de police donnent l’impression de s’agiter pour pas grand chose ; une sorte d’étouffement et d’épuisement progressif alimentés et renforcés par le froid et la pluie irlandaise fortement présente qui contribuent à rendre l’ambiance particulièrement malsaine.

La tension atteint son paroxysme lors du dénouement, ou il faut atteindre les deux derniers chapitres  pour qu’enfin les masquent tombent lors d’une scène effectivement « irrespirable » et digne des grands classiques de l’angoisse . Irrespirable justifie son titre, là, dans ces vingt dernières pages !

Ce roman est une réussite, surtout pour une première œuvre, et il n’y a pas besoin d’en faire plus. Le talent d’ Olivia Kiernan est tout simple : de bons personnages et un bon scénario servis par une écriture vive et agréable. C’est avec plaisir que je retrouverais la nouvelle enquête annoncée pour 2019, parce qu’à mon avis, les bases sont posées pour signer une longue série en compagnie de Frankie Sheehan et de son équipe.

Au coeur de la folie, Luca d’Andrea, Denoël, par Bruno D.

Traduit de l’italien par Anaïs Bouteille-Bokobza.

Après  L’essence du mal  premier livre de cet auteur italien, voici  Au cœur de la Folie . On ne peut pas dire que le romancier n’a pas de la suite dans les idées et on devine que l’on va partir pour un voyage mouvementé où les repères risquent d’exploser et ou la vie ….ou la survie ne tiendra finalement pas à grand chose.

Nous sommes en 1974, en hiver, région sud Tyrol, Marlène la belle, fuit son mari, Herr Wegener, respecté et finalement pas très respectable, emportant avec elle dans un précieux pochon, des saphirs à la valeur inestimable, confiés par l’organisation «  Le Consortium », puissance incarnée du mal le plus profond. Seulement, voilà, hiver et routes difficiles couplés à la peur, font que Marlène se plante en voiture au fin fond d’une vallée très isolée et perd connaissance. Elle est sauvée et recueillie par Simon Keller, un « Baur », sorte d’homme des montagnes, énigmatique, presque sauvage et rustre, inquiétant, mais néanmoins plein d’attention pour la jeune femme.

Les 50 premières pages sont d’une précision chirurgicale avec la présentation de personnages froids et cyniques, dangereux ; des êtres construits dans la violence du passé, et ayant survécus à de drôles d’exactions. Effrayant ! Sacré contraste entre Herr Wegener, Georg, à la noirceur absolue, et la beauté des paysages immaculés de blanc servant de décor.

Et puis, il y a le Consortium avec « L’homme de Confiance », un être méticuleux, un fantôme, bras armé de l’officine, une bombe à retardement lâchée dans la nature et que l’on n’arrête pas ; invisible, doté de multiples ressources, insensible à la douleur, un Terminator au service du Mal !

La folie se déchaîne au cœur de ce roman et c’est aussi l’occasion pour l’auteur de confronter le monde merveilleux des contes et légendes locales pour enfants au monde réel et terrifiant des adultes, tout en n’omettant pas de parler de traditions et transmission du savoir ancestral.

C’est un scénario glauque et violent ou la vérité n’est jamais toute blanche ou toute noire. Seul peut être « Le Maso », chalet isolé, lieu d’habitation depuis 1333 de la famille du « Baur », transmis de génération en génération, semble un havre de paix, inatteignable, loin de la cruauté moderne…..mais je dis bien « semble » parce la monstruosité, la désolation, ou « Lissy » ne sont jamais bien loin, et au cœur de cet isolement, au cœur de la folie, personne ne vous entend crier !

Entre légendes de montagne et peur primale, ce huis clos suffocant et fantastique réveille nos pires consciences et nous emmène dans un univers particulier qu’affectionne visiblement Luca D’Andréa. Pas encore du Stephen King, mais en deux romans et petit à petit, on ne pourra que remarquer quelques similitudes et convergences, comme un hommage au Maître du genre. Merci aux éditions Denoël et à Joséphine Renard de faire parvenir jusqu’à nous ces « Sueurs froides » transalpines et de nous faire découvrir de nouveaux auteurs.

Bruno

Stavros, Sophia Mavroudis, Jigal par Bruno D.

Stavros Nikopolidis est un personnage atypique. Commissaire de la police athénienne, il a été durement touché dans sa chair lorsqu’il y a une dizaine d’année un archéologue fut retrouvé mort sur le chantier des fouilles du Parthénon, dont sa femme était responsable. Morceau de frise du Parthénon disparu et sa femme par la même occasion, de quoi plonger notre bon vivant au 36ème dessous. Ce colosse aux pieds d’argile, âme en peine errante et déboussolée, noyé dans l’ouzo et les substances diverses, ne doit son salut qu’à ses amis qui l’ont cherché et retrouvé dans un piteux état.

Rodolphe, identifié comme l’assassin probable et responsable, revient comme dans un mauvais rêve le narguer dix ans après, alors que notre commissaire semble s’être acheté une conduite et une vie que son fils Yannis, la cuisine grecque et le jeu du Tavli contribuent chaque jour à ensoleiller.

Sophia Mavroudis nous immerge dans une Grèce multiculturelle qui panse encore les plaies de cinquante cinq années d’ Histoire nauséabonde allant de la dictature des colonels à la dictature européenne d’aujourd’hui. Le grec, maillon fort d’une culture qui a donné à l’humanité toute ses lettres de noblesse avec une certaine sagesse, grâce à ses nombreux philosophes et un art de vivre avéré pour la nonchalance, est malmené depuis quelques années par une pauvreté et une austérité qui pèse lourdement sur ce peuple d’hédonistes.

Stavros est un concentré des maux grecs et son personnage d’ours mal léché mis en scène par l’auteur est délicieux d’ambiguïté. L’enquête est compliquée, tortueuse et les faux semblants ne manquent pas. Ce pays aux mille îles qui est la porte grande ouverte du sud de l’Europe vers les Balkans pour toutes sortes de trafics est un gigantesque terrain de jeu pour individus peu scrupuleux issus des pays de l’est, aidés par une autorité en place bien laxiste au mieux, corrompue au pire. La romancière nous propose un scénario nébuleux où Stavros, accompagné de son équipe, Dora, Niko, Eugène, Matoula et un bien énigmatique Livanos, son supérieur, auront de quoi s’occuper. Enfin, équipe c’est vite dit parce que le « Coco « en question a tendance à faire cavalier seul et il est bien difficile à suivre !

C’est plaisant et divertissant, mais j’ai relevé par moment un petit manque de liant, certainement l’effet premier roman. Ce n’est que mon humble avis, habitué grâce à Jimmy Gallier, le directeur de collection que je remercie, à ne boire que du petit lait. C’est cependant sérieux et solide avec un regard très honnête et juste sur la Grèce d’hier et d’aujourd’hui.

Sophia Mavroudis nous livre ici une Grèce en quête de rédemption, avec une population habituée à se prendre des murs dans la gueule, mais qui reste fière et debout malgré tout. Cette Grèce, c’est aussi celle de Georges Moustaki, Demis Roussos, Mélina Merkouri ou Nana Mouskouri, qui ont porté aux quatre coins du monde toute l’étendue de cette culture. C’est ce que Sophia Mavroudis nous livre sur un plateau, entre horreurs et richesses, elle nous fait partager l’amour de la Grèce, et ça je dois bien avouer que c’est fort réussi pour une première œuvre.

 

Bruno

La disparition d’Adèle Bedeau, Graeme Macrae Burnet, Sonatine, par Bruno D.

Surprenant roman de cette rentrée littéraire avec une préface qui jette le trouble d’entrée. Adapté au cinéma par Claude Chabrol au cours de l’été 1988, mais finalement non, récit autobiographique de Raymond Brunet, mais finalement peut être que non, soit des zones d’ombres judicieusement semées dès le départ par le romancier tel un Simenon qui écrivait « tout est vrai sans  que rien ne soit exact ».

Saint Louis, ville de 20 000 habitants à la frontière franco-suisse près de Mulhouse va servir de décor principal à l’action de cette histoire. Action, c’est vite dit parce qu’on est plutôt dans une fine observation de la vie quotidienne de cette ville moyenne endormie ou rien de bien excitant ne se passe habituellement.

L’auteur, fort adroitement et avec une minutie de chaque instant nous conte l’existence de Manfred Baumann, 36 ans directeur de banque effacé au passé obscur et de l’inspecteur Gorski devenu flic par conviction alors que ses parents le destinaient à reprendre l’affaire familiale. Baumann a pour habitude de déjeuner au restaurant La Cloche, repaire d ‘habitués, là ou une serveuse plantureuse, Adèle Bedeau officie. Du jour au lendemain, cette dernière disparaît sans laisser aucune trace, et vient raviver les souvenirs d’une affaire vieille de 20 ans avec un meurtre pas vraiment élucidé, celui de Juliette Hurel.

Alsace figée dans le temps, atmosphère singulière, l’ambiance est glauque et mystérieuse, faite de ces toutes petites choses mises bout à bout qui constituent la vie, et qui ne valent rien aux yeux de tous, sauf pour les gens directement concernés. Références appuyées au Maître du noir, Simenon, et à la caméra d’un Claude Chabrol qui savait filmer et mettre en lumière cette vie provinciale comme personne, l’auteur nous sert une copie fine, lente et obsédante de deux êtres en proie à bien des questions et en quête de rédemption semble t il. Baumann et Gorski, destins croisés soumis aux aléas de la vie, au gré des rencontres et des tourments. Fin limier pour l’un, et gauche pour l’autre dans ses rapports avec les humains ; enfermés dans leurs éducations et marqués par leur jeunesse, leur évolution est plutôt évidente et d’une fortune classique.

Sauf que la banalité n’existe pas et que la vie de nos deux héros est racontée avec une certaine virtuosité par GMB.

Bien que très lent (ce n’est pas ce que j’aime habituellement), j’ai plongé dans cette ambiance des années 80 avec plaisir, c’est dû en grande partie au talent de l’auteur qui a su retransmettre au travers de son écriture attachante, cette impression poisseuse et étouffante qui donne du piment à la condition humaine. La fin avec ses surprises n’est d’ailleurs pas en reste . Une réussite assurément !

Traduit par Julie Sibony.

Bruno D.

Organigramme, Jacques Pons, Hugo Thriller, par Bruno D.

Paillettes, strass, feux de la rampe et tapis rouges, cocktails, personnalités médiatiques et jeunes femmes aux déhanchement lascifs, voilà ce que le commun des mortels vous citera certainement dès que le sujet de la mode sera abordé. C’est la partie émergée de l’iceberg. Jacques Pons, lui,  a choisi un autre terrain, une autre vérité, un éclairage violent sur ce qui se passe en coulisses.

La Maison Louis Laigneau, au firmament de son art, est une marque reconnue de la Haute Couture, mais c’est avant tout une entreprise avec son « Organigramme » où chacun est a sa place, où chacun donne le meilleur de lui même jusqu’à l’épuisement avec à sa tête un PDG, Angelo Bertani, que tous respectent ou craignent, c’est selon. Juste derrière lui se trouve Marek Konecny, chef de la sécurité et des services généraux, un rôle flou pour cette espèce de mercenaire qui sort d’on ne sait où et est inquiétant à souhait, froid et méthodique. Et puis, les autres employés sous les ordres des Dir Com, Dir Pro, Dir admin, DRH, etc…. bref plus de 200 personnes qui s’exécutent et appliquent bon gré mal gré des directives que personne n’oserait contester.

Sauf que ce petit monde qui fait rêver vu de l’extérieur est en fait un panier de crabes de la pire espèce à tous les niveaux et un grain de sable imprévu (un tueur très manipulateur) va venir semer le doute, la trouille, et disloquer jusqu’à son plus haut niveau une entreprise flamboyante .

Jacques Pons frappe fort et grâce à des chapitres courts, un scénario angoissant… et des cadavres qui s’accumulent, il nous livre une vision du monde du travail à travers le prisme de la mode absolument effarante !

Il instaure une peur sourde, celle qui fait que tous se regardent du coin de l’œil et c’est parfaitement réalisé en explorant tous les rouages de l’organigramme  d’une entreprise qui se veut leader et exemplaire. Entre séminaire de créativité, pressions diverses et grâce à ses quinze années passées dans l’univers de la mode, l’auteur malmène nos nerfs, nos héros, et montre que la frontière entre les racailles du 93 et l’univers feutré et chic de cette Maison Lagneau, fleuron du luxe à la française est plutôt mince : aussi violent et mortel l’un que l’autre !

Autant sociétal que noir, j’ai beaucoup apprécié cette immersion profonde dans cette galaxie bien particulière ou l’on côtoie des tyrans et des lopettes tiraillés entre jeux de séduction et de pouvoir, et où on vous plante un couteau dans le dos dès que l’occasion se présente, alors que juste avant on vous faisait un beau sourire fielleux de circonstance. Cruel et sans équivoque !

Je plussoie bien évidemment à 200% ce Coup de Coeur RTL 2018, d’autant plus que c’est un premier roman. C’est pour moi moi un sans faute et un bon shoot de plaisir dont la maison Hugo Thriller semble de plus en plus être coutumière avec ses dernières sorties (Hunter, Maudite etc…).

Bruno.

La frontière des ténèbres, Jean-Luc Bizien (Toucan Noir)

Certes en décidant de lire le tome 2 de La Trilogie des Ténèbres, il n’y a plus l’effet de surprise, on sait qu’ on se dirige vers la Corée du Nord, c’est à dire vers un état totalitaire encore fermé et contrôlé d’une main de fer par Le Cher Leader et son armée.
Une fois cette « non-surprise » passée, et je vous assure que ce n’est pas un reproche, Jean Luc Bizien nous remet bien vite en compagnie de notre rédac chef us, Seth Ballahan, fan de musique et de John Mellencamp en particulier, et de son mystérieux homologue coréen qui répond au doux nom de Kim Ji Sung.

Double homicide et meurtres impossibles dans un village pilote à la pointe de la technologie font que Seth Ballahan qui pensait être de retour en Corée avec son épouse et sa fille pour un séjour d’agrément, va vite déchanter et se retrouver embarqué dans une histoire effrayante.

Vite fait, bien fait, et un tour de passe passe plus tard (ça, il sait faire aussi, au sens propre comme au figuré), Jean Luc Bizien nous offre un fabuleux retour au cœur des deux Corée. Une opposition de tous les instants entre Séoul au sud et Pyongyang au nord, entre la culture occidentale et asiatique. C’est une immersion précise dans ce monde bien particulier qu’est la culture asiate que commence à comprendre Seth : « Les Coréens sont ainsi… Tous les Asiatiques sont ainsi… On ne peut les comprendre, on ne les comprendra jamais : ces types sourient pour ne pas mordre, ils sont toujours d’accord -en apparence ».

En magicien avisé qu’il est, JLB ressort un Paik Doong-Soo, monument de bravoure, de fidélité et enquêteur hors pair, qui tel un « Colombo » va devoir s’employer comme un diable à résoudre ce scénario. Repasser en Corée du Nord sera l’occasion de nous rafraîchir la mémoire à propos de ce régime subversif et de nous glisser quelques scènes d’effroi.
C’est un vrai thriller et le rythme va en s’accélérant grâce des chapitres courts et incisifs. Suspense et chasse à l’espion digne des meilleures périodes de la Guerre Froide, une ironie présente à bien des moments et des degrés divers font de cet opus un divertissement de premier plan agrémenté de nombreuses questions de fond et réflexions philosophiques.

L’auteur dénonce déjà une technologie ultra présente et plénipotentiaire, celle qui, sous prétexte de sécurité, vise au contraire une aliénation totale de la liberté de l’individu. A faire peur, je vous dis, parce qu’aujourd’hui cette technologie de puces et de drones rentre de plus en plus dans notre quotidien sans que l’on en soit forcément au courant !

Dangereuse immersion dans un état où la moindre prise de parole ou regard en coin peut décider du sort de votre vie, on se dit que l’on ne va pas courir en agence chercher un vol direct pour la Corée du Nord, bien au contraire. Défier les autorités de ce pays est un exercice périlleux et vouloir y pénétrer sous une fausse identité et en ressortir est une folie de l’esprit .

Mais ne craignez rien, Jean Luc Bizien est un bon guide et un excellent conteur. Alors laissez vous emporter par la plume de l’auteur parce que vous vous souviendrez de votre voyage en première classe au pays de Kim Jong-Deux, même si cela pourrait être un aller sans retour !

La coupure, Fiona Barton, Fleuve Noir, par Bruno D.

C’est un roman ou la gente féminine sera certainement plus sensible que moi à l’histoire et aux thèmes traités. Les rapports mères/filles et le rapport à la maternité sont ici explorés de façon fort adroite. A partir de la découverte d’un corps de bébé sur un chantier de la banlieue de Londres, une coupure de journal relatant ce fait « presque » divers va venir bouleverser la vie de femmes et faire remonter le passé.

Dire que j’ai apprécié ce livre ne serait pas honnête, je l’ai trouvé lent, très lent, et malgré des chapitres courts, assez indolent. C’est psychologique et l’auteur développe la personnalité de ses héros féminins au fur et à mesure, elle lève petit à petit le voile sur une sombre histoire, mais je dois bien avouer qu’après 200 pages, j’étais toujours dubitatif !

Emma Simmonds et sa mère Judith d’un coté, et Angela Irwing de l’autre sont en première ligne. Kate Waters et Joe son stagiaire, journalistes aux Dayly Post vont enquêter parce que le flair de la journaliste dit qu’il y a matière à un scoop.

Angela cherche des réponses depuis 40 ans, on lui a dérobé son bébé à la maternité et depuis ce temps, on ne peut pas dire que cela tourne rond pour elle. Elle n’a jamais pu faire son deuil et on n’a jamais résolu l’affaire. Aucune piste, ni même direction pour enquêter, le bébé est il simplement disparu, est il vivant, que s’est il passé, qui est derrière ce drame qui la mine depuis longtemps ?

Douleur de mères, remords ou rédemption, cette coupure de journal va déclencher une descende aux enfers chez ces femmes qui ont finalement de lourds secrets bien enfouis à cacher.

On est bien dans un roman de style anglo saxon avec la structure à la mode que l’on trouve dans d’autre best sellers (La fille du train, pas aimé, ou Ames Soeurs , j’ai adoré) ; à savoir une succession de chapitres qui porte le prénom d’une héroïne et on passe de l’une à l’autre……Bof, je vous le dis, c’est vraiment pas ma tasse de thé.

Bien sûr, la fin va apporter son lot de révélations, mais même à ce moment précis et sans spoiler, certains éléments m’ont semblé peu probables.

Pour résumer, je suis sûr que cette « Coupure » aura bonne presse, pour ma part je n’irai pas jusque là puisque je ne n’ai pas accroché et que je reste sur ma faim, malgré une romancière douée qui a reçu beaucoup de louanges pour son premier opus très largement diffusé et traduit dans de nombreux pays.

Traduit par Séverine Quelet.

Bruno.