Et c’est comme ça qu’on a décidé de tuer mon oncle, Rohan O’ Grady (Monsieur Toussaint Louverture), par Lou

Tu sais boï des fois t’es pris de doutes du genre « est ce que quand ch’rai grand ch’frai le même métier que maintenant et tout ? ». J’veux dire ça fait dix ans que tu traverses les saisons et son lot de rituels alors forcément ça fait que des fois tu peuxte poser certaines questions. 

Dans ces moments là t’as juste à ouvrir un livre comme celui-ci pour te dire que tu fais un putain de métier. Que si t’as l’opportunité de pouvoir conseiller un livre comme ça et que ça apporte à un gosse ou à ceux qu’ont pas forcément encore envie de grandir encore un peu de courage pour tenir bon. Bah t’auras tout gagné. 

Il faut pas grand chose pour que ça rime avec beaucoup. Les ingrédients c’est tout zob. Tu prends des gosses insupportables, tu les fous sur une île, tu leur plaques un lot d’adultes toujours le cul entre deux chaises entre le sentiment de vouloir bien faire et les émotions réelles d’avoir envie de claquer la gueule à des mioches. Un animal noble, assassin forgée par la Nature à qui on peut rien reprocher. Un oncle affable prêt à tout pour mettre la main sur un pactole de petit orphelin héritier. 

Et boum. À la vie à la mort. 

J’veux dire tu peux pas t’empêcher de penser à Moonrise Kingdom de Wes Anderson, et ce livre ayant été écrit au milieu des 60’s et ayant été un classique de la littérature jeunesse, c’est obligé que Wes l’ait lu. Pour les connections entre ses personnages, la façon dont se déroule l’histoire. La mise en place du décor. Ça fait penser à Sa Majesté des Mouches aussi en beaucoup moins cruel of course, avec un soupçon du Club des Cinq (celle là je la dois à Julien, je suis trop jeune pour avoir connu le Club des Cinq, alors je préfère rester humble devant mes aînés beaucoup plus vieux et dire que c’est grâce à eux que mes perceptions s’élargissent).

Ah et tu croyais que Lemony Snicket c’était un génie avec ses histoires des Orphelins Baudelaire ? Bah même si oui ok c’en est un je te l’accorde boï tu peux être sûr qu’il a du croiser la route de Rohan O’Grady aussi tellement c’est dingo et évident les passerelles entre les deux et tout.

Toujours est-il qu’entre 3 épisodes de Stranger Things, des envies de bouffer Game of Thrones jusqu’à la moelle, j’ai savouré Et c’est comme ça qu’on a décidé de tuer mon oncle comme un choppe un sac de bombec, qu’on retourne le sac vide une fois qu’ils ont été bouffé, qu’on fait tomber tout le sucre et l’acide au fond de sa gorge pour que ça dure le plus longtemps possible. 

À ranger à côté du légendaire Watership Down en espérant que les publications dans cette collection sortiront plus vite quand même. 

Holy shit que c’était bon !

See you next time,

Besos

Traduit par Morgane Saysana.

Lou.

Premier arrêt avant l’avenir, Jo Witek (Actes Sud junior), par Aurélie

Jo Witek ne prend jamais les chemins les plus courts avec sa plume. Elle questionne, remet en cause, titille la conscience collective, éclaire les tourments adolescents, fouille des personnages victimes de leur environnement social, leur donne la force d’être fiers de ce qu’ils sont.

C’est dans le train pour Paris que Pierre reçoit d’une jeune femme inconnue le meilleur conseil de sa vie : « reste comme tu es, distrait, rêveur et confiant en l’être humain ». Pour ce tout jeune bachelier qui s’apprête à entrer dans la meilleure prépa de France après des années d’obéissance et de travail acharné, cette phrase agit comme une déflagration. C’est la 1re fois qu’on lui conseille d’être lui-même et non de se plier à ce qui est le mieux pour lui, fils de maçon doué pour les études. Commencent alors quelques folles journées qui, en plus de lui proposer un éveil à l’amour et aux autres, remettent en question sa vie déjà bien rangée et toute tracée.

Parenthèse ou changement de cap ? Vous le découvrirez en lisant cet excellent roman, fruit de la magnifique rentrée ado d’Actes Sud junior.

Aurélie.

Aloys, Sarah Turoche Dromery (Thierry Magnier), par Lou


C’est chelou comment les goûts évoluent avec le temps. Y’a pas si longtemps quand je lisais de la litté destinée aux ados, je préférais quand ça parlait de cul, de drogues, de milieux alternatifs, des romans du bitume sombres et violents.

Puis sur le chemin des lectures, j’ai lu du Carole Martinez, des essais féministes sur la médecine, d’autres de psycho-socio et des portraits de meufs de qualité, victimes d’une société patriarcale de merde, dans laquelle l’Eglise a joué un rôle de bâtard jusqu’à reléguer la femme au rang d’objet et qui porte encore ses fruits pourris aujourd’hui.

Le hasard de la vie a fait que j’ai rencontré Aloys sur ces croisements littéraires. Gamine de 13 piges, enfermée dans un couvent pour des raisons obscures, à l’âge où biologiquement t’es un peu paumé entre ta future morphologie d’adulte et où la séparation de celui de l’enfance se fait souvent avec beaucoup de difficultés.

A travers ce personnage, Sarah Turoche-Dromery dénonce les monstruosités infligées aux femmes dès leur plus jeune âge. On pense forcément aux Soeurs Magdalène mais version gosse et dans un décor médiéval aussi lumineux que sombre. Les injustices, les trahisons, les envies de meurtres, le conditionnement religieux, mais aussi la peur du dehors, d’être dénoncée par méchanceté et de finir pendu ou sur un bûcher, les expériences complètement ahurissantes pour justifier de l’innocence de l’âme, …

Ce roman est aussi très bien documenté sur la vie quotidienne dans les couvents, les travaux effectués, les caractères qui se forgent quand on est obligé de s’en remettre à Dieu pour des raisons qu’on comprend pas toujours. 

Je peux pas cacher que cette histoire m’a mis par moments mal à l’aise, avec dans la tête des phrases telles que « putain c’est pas possible, c’est de la fiction on pouvait pas être aussi cruel » ou bien « et la solidarité féminine là dedans elle est où bordel de merde ? ».

Une fiction donc à laquelle on croit, qui font écho à une certaine actualité (port du voile, passage à l’âge adulte, l’envie de liberté, de créativité, du regard des hommes et de leurs volonté à soumettre n’importe quelle femme).

T’as compris, en toute objectivité je peux que défendre ce bouquin qui doit avoir une place réservée dans les bahuts, à conseiller au petit club de lecture qui donne vie à ta librairie, aux ados déjà remontés contre la société,…

Je sens que je vais me faire un petit truc léger parce que j’en suis encore tout chambouleversé. J’sais pas si t’as lu Purge de Sofia Oksanen une fois dans ta vie, mais quand t’as refermé le bouquin bah ce que t’as ressenti ça doit se rapprocher de comment j’me sens là maintenant.

Merci Sarah, des comme ça t’en fais quand tu veux ! (Pour ceux qui veulent je vous conseille Charly du même auteur, un petit bijoux !)

Pfiou.

See you plus tard

Lou

Je ne suis pas un héros, Sophie Adriansen, éd. Fleurus, par Aurélie

Bastien a neuf ans, une vie confortable dans un beau quartier de Paris et une famille aimante.

Tout devient plus compliqué pour lui lorsque que sa maman et sa petite soeur rentrent à la maison un soir où il pleut des cordes avec une femme et ses deux petites filles qui faisaient la manche devant la boulangerie tout près de chez eux depuis plusieurs semaines.

Il se sent envahi. Faut dire qu’on lui demande beaucoup, il doit partager Son appartement, Ses jouets, l’attention de Ses parents. Il doit être bienveillant, se mettre à la place de cette famille à la vie si dure. Mais zut, il n’a rien demandé lui et il n’est pas un héros !

Sophie Adriansen adopte un point de vue très intéressant, celui d’un petit bonhomme qui vit « égoïstement » dans son existence privilégiée et préfère ne pas voir la misère qui l’entoure. Au fil des pages on se rend bien compte qu’on est tous un peu pareils même si on est prompts à défendre de belles idées, dans les faits on reste souvent à ne rien voir, ne rien faire dans nos bulles confortables…

Ce roman devrait être lu par un maximum de parents et d’enfants. Il sensibilise de la meilleure façon qui soit sans tomber dans la guimauve ou la caricature et nous poussera indéniablement à voir les personnes qui vivent dans la rue avec un regard bien différent, dépourvu du filtre qui semble séparer le monde en deux : ceux qui sont du bon côté de la barrière et les autres.

Avoir de l’empathie tout en sachant qu’on n’est pas un modèle de perfection dans notre relation aux autres, voilà une belle façon de faire un pas dans la bonne direction pour ne plus être aveugle à ce qui nous dérange ou nous fait peur.

Ce très beau roman est déjà disponible en librairie. Lisez-le, faites-le lire autour de vous.

Dix, Marine Carteron (Le Rouergue Jeunesse, collection DoAdo Noir), par Lou

Krkrkrkr.

LA CRUAUTÉ, règnera sur cette chronique. Délivrée par l’uniiiiiique *DrLDrLDrLDrLDrLDrLDrL* (c’est le bruit des roulements de tambour, mais t’embêtes pas à me féliciter tout le monde sait déjà comment j’imite super bien tout dans la vie jusqu’au bruit des instruments les plus compliqués à imiter)…. MARIIIIIIIIINE – THE KILLER QUEEN – CARTEROOOOOON !!!! 

(salve d’applaudissements comme si t’allais voir la première de Scream en 96 et que y’aurait eu Wes Craven d’invité qui t’aurais fait un clin d’oeil en te pointant du doigt).

MINOU !

Tu vois les araignées comment elles mettent du temps à tisser leurs petites toiles toutes jolies quand l’astre du matin révèle la rosée déposée pendant la nuit et que ô merveilles des merveilles tu t’ébahis tel un nouveau-né devant sa première série netflix ? Bah t’oublies tout de suite !

On est dans le « putain tu vas t’en prendre plein la gueule ». Tisser une toile ? Ok, mais avec toutes sortes de pièges de guedins dignes de toute la saga Saw orchestrée par je sais pas combien de Jigsaw aux commandes ! 

Dix, comme les Dix petits nègres (c’est pas moi qu’a dit c’est le livre qui t’oriente direct), un Agatha Christie avec des ados. Et c’est. DÉ-LEC-TABLE. C’est hyper déstabilisant de s’apercevoir que tu trépignes de salegossitude à l’idée que chacun des dix personnages va avoir une mort horrible et de savoir pourquoi c’est lui qui disparait dans cet ordre là et tout.

Ooooouuuh. Bon attends attends j’ai pas été très clair. Je reprends, on est sur une île et t’as 7 ados + 3 adultes qui se retrouvent dans un manoir pour participer à une téléréalité mixée à un Escape Game littéraire. Sur le papier of course, parce que dans la réalité tu te rends vite compte que tout le monde cache un lourd secret et que s’ils vont pas tarder à servir de nourriture aux crabes c’est bien parce qu’ils méritent tous leur PUTAIN DE NÉMÉSIS (oui j’utilise du grec, mais c’est parce que j’ai vu Snatch au moins 73 fois dans ma vie alors laisse béton).

Voilà. Marine rend un superbe hommage aux contes traditionnels et à la mythologie grecque qui font la morale parce que t’as eu une conduite sale très sale dans ta vie et que t’as été un danger pour autrui et que du coup si tu payes c’est ta faute tu vas pas venir pleurer après on t’avais prévenu. 

Au-delà des conneries que je peux débiter, le roman est intelligent de par son approche des comportements déviants que reproduisent les adolescents entre eux, à force de se faire parasiter par certains comportements adultes, avec une grosse influence de toxicité masculine. Slutshaming, viol, agression physique et/ou verbale, exclusion des groupes dû aux différences physiques, ethniques, …

Brillant. 

Je jalouse les petits malins que je reconnais (enfin une surtout) dans les remerciements qui ont eu ce texte sous forme de feuilletons, mais je remercie la personne de pas m’avoir envoyé ça sous cette forme sous peine de harcèlement quotidien pour avoir chaque feuilleton le plus vite possible.

Marine, Olivier, merci, bravo je sais pas quoi dire, c’est juste une excellente collaboration encore une fois. Je vais ranger Dix à côté d’un certain Plus de morts que de vivants parce que c’est tout à fait sa place. 

DE KRO BISOUS 

(DU SANG DU SANG ENCORE DU SANG JE VEUX DU SANG !)

Lou.


Star Trip, Eric Senabre (Didier Jeunesse), par Lou

Dans la vie y’a trois time travellers que j’affectionne particulièrement ; Doc Brown, Marty Mc Fly et celui qui remporte la palme, Eric Senabre. 

Que ce soit avec la trilogie Sublutetia dans laquelle on voyageait dans le Paris puis le Londres de la fin du 19e/début 20e, en passant par la Rome antique avec Elyssa de Carthage puis le Londres victorien du 19e siècle, grâce au Dernier songe de Lord Scriven, Eric est un sacré conteur, qui se confirme roman après roman.

Pour une fois je vais fermer ma gueule et pomper le résumé sinon je vais partir avec mes digressions habituelles qui font que je m’égare dans tous les sens et ce serait pas rendre honneur à cette chouette histoire. HAHEM, LUMIÈRE !

1968, Idaho. En l’absence de ses parents, May, 16 ans, s’occupe de son petit frère malade. Il s’amuse avec la navette spatiale de sa série préférée, Star trip, quand son acteur principal débarque chez les enfants. Désagréable, il joue si bien son rôle de capitaine Burke que le garçon, embarqué dans un périple jusque dans l’Utah pour faire décoller la navette, confond fiction et réalité.

Voilà, maintenant t’imagines que l’auteur est un trekkie confirmé (un fan de Star Trek pour ceux qui savent pas) mais qu’il en connait au moins autant que Georges Lucas sur Star Wars alors ça sert à rien de lui faire à l’envers en cherchant la baston intergalactique. Que les personnes à qui il rend hommage à la fin du livre sont des figures légendaires de la scène musicale anglaise et du petit écran américain. Que tous les personnages sont vraiment attachants, jamais vraiment méchants et toujours croqués avec une intelligence particulière et riche en anecdotes.

Merci à toi Eric pour ce trip quasi interstellaire tout en restant dans l’Idaho puis dans l’Utah. Je vais reprendre une phrase d’un de tes personnages qui m’a fait vachement du bien à mon identité un peu paumée, (d’ailleurs ce personnage m’a fait penser à ce vieux brigand de Don Miguel Ruiz et ses 4 accords toltèques, un fou qui dit des vérités faciles donc on prend ce qui est bon dedans et pissétou). BREF LA PHRASE LOU BORDEL LA PHRASE.

« Peu importe la destination, ce qui compte c’est le voyage ». Tout est résumé, c’est exactement le ton du roman. 

J’ai pas la connaissance nécessaire pour avoir décodé tous les petits privates jokes mais je peux vous dire qu’on en savoure tous ceux qu’on capte. Et ça fait plaisir de lire un auteur qui se fait plaisir pas vrai ?

Farewell my friend, live long & prosper !

Lou

Dix, Marine Carteron, Le Rouergue, par Aurélie

Le décor et l’ambiance sont posés d’emblée : une petite île bretonne désolée va abriter de biens étranges agissements. On y débarque 7 adolescents et trois adultes sensés les superviser dans un manoir empli de caméras.

Une nouvelle émission de télé-réalité ? C’est ce qu’on leur a dit… On sait que chacun a quelque chose à se reprocher et on sent que tout cela va très mal se terminer. Ce qu’on ignore c’est qui peut être à ce point assoiffé de vengeance pour avoir monté un plan aussi élaboré. On le découvrira bien vite. Marine Carteron ne nous laisse pas une minute de répit, en moins de 48h, guidé par des indices tirés de la mythologie ou des contes, chaque personnage va être confronté à son destin.

Une intrigue menée en huis-clos sur un temps très court = un roman qu’on lit forcément d’une traite avec une grande fébrilité.

Pour tous les lecteurs adolescents (mais aussi les adultes hein !) amateurs de frissons et d’énigmes.

La Proie, Philippe Arnaud, Sarbacane, par Aurélie

Proie de la plume de Philippe Arnaud, j’ai commencé ce roman hier soir pour le terminer à l’instant.

Le titre nous laisse peu d’espoir, on sent très vite ce qui attend Théa alors que cette Blanche vient de plus en plus souvent lui parler sur ce marché du Cameroun où elle aide sa mère.

Le cauchemar se tisse avec lenteur, par petites touches insidieuses, fermant peu à peu toutes les issues menant à sa vie d’avant, remplaçant les mots enfance et espoir par violence et horreur.

Théa, loin des siens, garde pourtant en elle cette force de vouloir les protéger et le refus inconditionnel de se laisser anéantir par la perversion qui étouffe son quotidien.

Ce destin de l’ombre que nous donne à lire l’auteur est indispensable pour nous positionner face à l’inacceptable. Partie pour accéder à une meilleure éducation et aider sa famille, c’est pour sa vie qu’elle devra se battre et elle est loin d’être la seule…

Une des meilleures lectures que j’aie pu faire dans la collection X’. Bravo Sarbacane !