famille laffite, le 1 et le deux

yeahhhhhhhhhhhh
alors on nous vend quoi ce jour, 2 tomes et un troisième plus tard.
mais aussi un quatrième sorti aux us, ^^ ? ou pas….?

soit, on peut noter que les livres vont allegretto, ce qui est bien, et nous sort d’un ordinaire du polar…

Première chose oubliez les courses, et Jacques, les moins de 50 ans ne vont rien comprendre, pas grave

 

Résultat de recherche d'images pour "sonatine lafitte"

Résultat de recherche d'images pour "sonatine lafitte"

Premier livre on découvre, présentation du sus nommé, de sa vie, son entourage, on plante pas une graine mais un décor.

On peut noter que le scénario échappe  à mon grand plaisir au »rural noir ». L’ennemi est ailleurs, quand à notre antihéros présenté comme tel, je ne lui trouve que des qualités par rapport à « blondin » pour citer un fdp ( ceux qui  n’ont pas vu, the good, the ugly etc ne comprendront pas^^).

j’ai bien apprécié  la structure narrative, on commence par la fin, les flashback pour ce genre sont pas légions , c’est réellement bien torché.

Une mise en bouche de bon aloi, avec de la gueule , du rythme, de la barje attitude. Bonne introduction pour un personnage  en devenir.

Anthony Neil Smith
  • Series. Billy Lafitte. Yellow Medicine (2008) Hogdoggin’ (2009) The Baddest Ass (2013) Holy Death (2016)

En attendant de savoir si on en aura quatre, passons au deuxième

Là c’est plus goutû, plus conséquent, comme disait un de mes profs à notre classe, « plus épais », « je vous trouve épais », la pire insulte de ma jeunesse…

Bon les cartes ayant été distribuée dans le premier livre, on peut zouer.

Et là, prévoyez une bonne nuit, de la boisson et le reste. Mr Laffite prend de l’ampleur, son histoire aussi, on connait mieux sa vie et c’est brutal à souhait.

Ce livre est dur, violent et jouissif, pas par les deux premier adjectifs, mais pour le bonheur de lecture.

C’est au volant d’une Harley qu’on retrouve notre poteau changement de décor, mais quand on a un « ami » pour la vie comme l’agent du F.B.I. Rome, on est jamais à la traine^^.

ça défouraille à tout va, la vengeance de l’agent Rome , n’ a pas de limite pas au niveau de la loi. Il chie dessus tous les jours.

On notera que dans cet opus, l’auteur nous révèle les faces cachées de ses créations. Les moments de vie entre Rome et sa Femme sa femme sont un bon reflet de la violence conjugale^^ et de soumission. l’homosexualité de l’agent adjoint de Rome, on passe par toutes les cases, c’est profond. Et n’y voyez aucun jeu de mots….

A chacun son chapitre, entre visite chez les ploucs, imbécilité de deux adjoints du shérif, la vie des mammifères en moto, on ne s’ennuie pas.

Avec du recul, c’est presque l’agent Rome qui vole la vedette à Laffite,

on attend la suite, viiiiiiiiiiiiiiiiite….

L’Arbre aux fées B. Michael Radburn Traduit par : Isabelle Troin

l’attrape nigaud, pourquoi traduire ce livre ?????

c’est d’une réussite totale de tout ce qu’on a déjà lu, en moins moins moins moins(ad lib) bien

Alors si vous voulez vous aventurez dans un condensé de tout ce qu’il y a de pas bon dans le genre, playyyyyyyy….

J’ai du mal à comprendre l’intérêt de cette traduction,. C’est un désert ce livre…., le livre ou à la trentième page tu connais la fin, et qui te rappelle tout ce qui est redondant dans le genre

Un remake de tous les mauvais thrillers ^^

Qui peut m’expliquer, ce truc à 20 euros ? …..

La drogue du seuil je veux bien l’essayer, ^^

A oublier, on peut juste sauver le diable de Tasmanie.

Le Prix Polar des Blogueurs

Ce n’est pas tellement dans notre genre de participer à des prix, mais allez savoir pourquoi quand Léa nous a proposé de nommer un polar français et un polar étranger (chacun), toute l’équipe était partante ! Accrochez-vous donc, voici les nominés dans la catégorie Polar selon les Unwalkers.

Sélection polars français

Le boss : Ma douleur est sauvagerie de Pierric Guittaut (Ed. Equinox – Les Arènes)

Le Corbac : Rafales de Marc Falvo (Ed. Lajouanie)

Yann : Le Cherokee de Richard Morgiève (Ed. Joëlle Losfeld)

Fanny : Les mafieuses de Pascale Dietrich (Ed. Liana Levi)

Aurélie : Dans l’ombre du brasier d’Hervé Le Corre (Ed. Rivages/Noir)

Lou : Né d’aucune femme de Franck Bouysse (Ed. La manufacture de livres)

Roxane : Prémices de la chute de Frédéric Paulin (Ed. Agullo)

Sélection polars étrangers

Le Boss : Nuits Appalaches de Chris Offutt – traduction Anatole Pons – (Ed. Gallmeister)

Le Corbac : Les spectres de la terre brisée de Craig Zahler – traduction Janique Jouin de Laurens – (Ed. Gallmeister)

Yann : Willnot de James Sallis – traduction Hubert Tézenas – (Ed. Rivages/Noir)

Fanny : Un silence brutal de Ron Rash – traduction Isabelle Reinharez – (Ed. Gallimard)

Aurélie : Les mains vides de Valerio Varesi – traduction Florence Rigollet – (Ed.Agullo)

Lou : A sang perdu de Rae DelBianco – traduction Théophile Sersiron – (Ed. Seuil)

Roxane : Celles qui voulaient se souvenir de Kanae Minato – traduction Dominique Sylvain – (Ed. Atelier Akatombo)

C’était donc le premier tour, si vous nous lisez régulièrement vous ne serez pas surpris par nos choix ! Si vous ne vous rappelez pas pourquoi ils sont là relisez nos chroniques !

On vous reparle du second tour à partir du 30 septembre pour découvrir les 10 finalistes, on espère avec plusieurs de nos chouchoux, et pour plus d’informations sur le prix rendez-vous sur le site du Grand Prix des blogueurs Littéraires ou sur instagram, facebook etc !

Allez tous vous faire foutre, Aidan Truhen, Sonatine par Le Boss

Allez tous vous faire foutreFabrice POINTEAU (Traducteur), excellent traducteur par ailleurs,

 

Allez soit, si on essayait de placer ce livre dans un rayon de librairie, on aurait un peu de mal, entre David Ellis et Anonyme au pire des cas, et non pas au meilleur. Dans le style non sense, barré, là on a un drôle de zigoto, et l’auteur et son héros.

Rien que la phrase d’intro est excellente, en gros, comment mes ami es mettent autant de temps pour ne pas se rendre compte que je suis un connard et même encore. Un mantra, comme le nom du livre, à répéter tous les jours, un peu d’individualisme et d’égoïsme ne nuit pas.

Ecrit à la première personne, Jack Price va nous dévoiler sa vie, une routine, juste un putain de businessman de plus, à le lire on l’inviterait presque à l’anniversaire d’un de nos gosses reste que c’est un putain de dealer. Mais pas de bas niveau, après le café, Jack s’est mis à la coke avec une grande réussite.

Sa vie est pépère il gère son entreprise en bon père de famille, jusqu’au jour, où une de ses voisines est tuée. Et cela le dérange, car cela dérange son job, et alors qu’il veut juste comprendre pourquoi sa voisine a été tuée, il se prend une putain de rouste en essayant d’enquêter.

Alors là, fallait pas le toucher, parce qu’en plus il n’en a rien à foutre….Vous avez beau lui dire que les 7 plus grand assassins du monde ont un contrat sur lui, il s’en bat les couilles…pour notre plus grand plaisir. Jack va nous faire comme un burn out, et ils vont le payer grave.

C’est avec maestro que nous allons rentrer dans cette histoire, aux situations les plus folles et cocasses.

De l’action totalement débridée, des réflexions éparses, surgissant du cerveau malade de Jack et de son coach l’écrivain, c’est un des livres les plus jouissifs qu’il m’ait été donner de lire depuis un bout de temps.

Mais suis je bien normal de rire aux éclats suivant les turpitudes de Jack ou du bordel qu’il fout ? Cela, c’est à vous de le découvrir.

Un grand moment de bonheur dans ce monde triste, à ne pas manquer, mais les gens coincés peuvent passer leur chemin, les manichéens aussi, et , et et

Atchoummmmmmmmmmmm !!!

Le Boss.

 

 

 

L’éternité n’est pas pour nous, Patrick Delperdange, Equinox, Les Arènes

Le premier qui parle de noir rural se prendra une baffe !!!

L'Éternité n'est pas pour nous

L’auteur continue juste de visiter et de raconter la vie des laissés pour compte. Les sans dents, les marginaux, etc, ceux que la société casse et classe, hors d’elle. Voyez vous donc, on va partager un moment de vie, d’une prostituée, de sa fille, d’un amateur de bière, d’un manchot, de son frère un peu illuminé, juste différent. En face, on a le commun des connards, des notables proches des poujadistes à souhait branchés sur Tf1 en continu, et une famille très haut placée, et des merdiers qui les accompagnent.

Par une destinée non radieuse, ni bienveillante, ces pauvres hères ( ces sont des humains) vont se retrouver confrontés à la lie de la lie de la bêtise humaine, et du pognon qui ouvre toutes les portes, Saint Pierre méfie toi….

Dans une sorte de méli- mélo tragique, nous allons passer un sale moment chers lecteur et lectrice. Nous allons côtoyer la rage, l’impuissance, et tant d’autres sentiments qui ne laisseraient de marbre que les cons ambiants. L’auteur connait  son boulot d’écrivain, sur le bout des doigts. Dans cette folie furieuse, nous serons surpris à chaque page et surtout à la fin des chapitres, cela va vite très vite, pas le temps de se reposer, le livre tient sur 48 ou 72 h de vies sacrifiées.

J’ai eu le plaisir de faire un entretien sur le livre « Si tous les dieux nous  abandonnent » à la Série Noire que j’avais beaucoup aimé, je me souviens d’un entretien intéressant. Maintenant l’auteur a franchi une ligne, un cap. C’est plus dur plus serré que le livre suscité, et beaucoup plus profond. Un auteur qu’on suivra toujours en achetant les yeux fermés, en liquide sinon pour la cb t’es mort…

On remercie Aurélien Masson, l’auteur qui l’a suivi. Quoi d’autre ?

¨Prenez un shoot de vrai vie, que vous trouverez ni dans le canard local, ni sur votre putain de télé !!! de merde

C’est malheureusement la vraie vie de certains, la vie que nous raconte l’auteur, en lisant pensez y, c’est juste  certains humains de passage sur terre comme un chacun, qui n’ont pas eu le carré d’as ni un brelan quand on a redistribué depuis la nuit des temps. Bonne rage !!!

Ps : si tous les dieux nous abandonnent, l’éternité n’est pas nous, la suite ????

Le Boss.

 

Requiem pour Miranda, Sylvain Kermici (Equinox – les Arènes)

Pas beaucoup lu ou vu grand chose, sur ce livre de septembre, et pourtant…  Aurélien Masson continue son chemin chez Equinox, avec l’auteur suscité. Après un terrible et inclassable Hors la nuit de S.Kermici, il en est  de même pour Requiem pour Miranda. Si la trame vous parait convenue, attention le traitement est hors normes.

Elle se décompose en deux parties, victime et bourreaux .  Une manière d’appréhender les actes, pour essayer de les comprendre et surtout, surtout réaliser l’horreur de la situation. On commence par incompréhension de la victime, le déroulement des faits, puis son questionnement. Déclencher l’affect chez le lecteur, l’interpeller, la lame entre les côtes pas loin du cœur. Et cela fonctionne bien, très bien.

Après il y a donc « les brutes », et nous allons aussi rentrer dans leur cerveau, regarder à leur place, essayer de comprendre ce qu’il y a dedans. C’est aussi parfaitement maîtrisé.

Dans ce récit, la 4ème de couv ressemble à un fait divers d’un canard local. mais accordez donc à ce récit assez court (et heureusement je ne pense pas que cela fonctionnerait sur plus de pages) le mérite qu’il a. Il a une certaine clarté dans l’horreur, une forme de beauté, d’autre parleront de nihilisme,  il y en a mais aussi autre chose  d’assez imperceptible.

Après deux livres pour moi, je continuerai à plonger dans l’univers de cet écrivain hors classe, et j’essayerai de trouver ce truc imperceptible, promis.

Véritablement « âmes sensibles s’abstenir », comme certains qui votent…^^. On  se rapproche de l’horrible Irish Stew de  J. P. . Bastid qui reste un monument.

Résumé :

« Il essaie de se souvenir des jours précédents, des autres proies, de leurs visages vidés par l’imminence de la mort, de leur odeur, leur odeur de lait et de méthane, de leur tétanie.

Rien n’émerge. Jamais. Et c’est bien pourquoi il va recommencer… »

Un huis clos tragique, entre les bourreaux et la victime, où chacun finit par vaciller. Un texte vertigineux, qui hante les lecteurs longtemps après avoir été lu.

Empire des chimères, Antoine Chainas, Série noire, Gallimard

Antoine Chainas est toujours là ou on ne l’attend pas, phrase paradoxale, qui va à merveille avec sa bibliographie. Aucun de ses livres ne se ressemble, trame et forme, sauf peut être le fond et une vue sociétale éclairée . En omettant de petits écrits, cela fait quand même 5 ans depuis « Pur « que l’auteur n’avait pas  publié de roman. Par contre il n’a pas chômé, il s’est mis à la traduction de romans anglo-saxons pour Gallimard et J C Lattès.

Tout cela suscité pour en arriver où ?

Ah oui,  sa dernière publication, qui symbolise la parfaite maitrise du roman noir sociétal et qui laisse présager ce que deviendra la ou le noir dans une paire d’année. Comme d’autres, mais peu, on les compte sur 3 doigts d’un manchot, « running gag à chier, je sais ».

Antoine Chainas est un précurseur, ou je ne sais quel mot. Il remue les codes du noir avec brio pour en faire du nouveau, comme disait Lavoisier ?

Et bien NON il crée,  Monsieur crée et avance, et fait avancer le roman noir, oui rien que cela.

Alors, attention  il va falloir être concentré, et réveillé pour ce livre et avoir cette envie de découvrir un des meilleurs romans noirs français depuis longtemps.

Avec une construction littéraire débutante et détonante, le livre vous prend assez vite, plus envie de le lâcher même pour aller aux toilettes, ce qui est peut être gênant ….

Sur plus de 600 pages, ce livre apporte de la nouveauté, et un plaisir intense de lecture, rarement lu, ou bu si vous comparez Antoine avec du café, ^^

Je rappellerai juste que ce roman est d’une intensité extrême et qu’ à la fin quand toutes les pièces s’imbriquent, vous refermez le livre et vous restez comme un con….et là, bah, comme pour « Alain Claret », transformation en statue.

Pour en savoir plus, car il est impossible d’en dire plus sans spoiler,

allez sur les liens ci dessous

 

EMPIRE DES CHIMÈRES d’ Antoine Chainas / Série Noire.

avec en sus un entretien

Entretien avec Antoine Chainas / Empire des chimères / SN.

 

Les Spectres de la terre brisée de S. Craig Zahler, Gallmeister

Le western littéraire serait il de retour ?

En tous les cas, Mr Zahler s’en occupe avec une grande sauvagerie, voir ses livres et sa filmographie, avec le génial Bone Tomawak et le sublime Section 99 plus d’info sur ses films ici:

http://www.allocine.fr/personne/fichepersonne_gen_cpersonne=191638.html

Bon revenons en à vous, ^^, et à ce livre. D’abord une mise au point  ou poing, arrêtez de dire tarantinesque, c’est plutôt du Sam Peckinpah, cf certaines chroniques.

Sur fonds de vengeance, rien de neuf à l’ouest, à part peut être certains personnages un peu plus « épais que d’autres ». La trame est on ne peut plus vue et revue et son traitement de même. J’ai pas trouvé le frisson et l’excitation du premier livre qui était fort ingénieux,  un très bon livre . Celui ci n’en est pas déplaisant pour autant mais, il manque de rythme, seule la bataille finale s’en sort avec les grands honneurs, sonnez le deguello  !!! Le reste des pages s’enlisent bien souvent. Ce n’est pas au niveau de l’écriture, peut être le traitement de la trame. Un bon régime weight watcher de moins de150 pages, aurait il suffi ? Non lo so !!!

Une lecture en demi teinte donc, est ce que j’en attentais trop de l’auteur ?

 

Même si il manque un « je ne sais quoi », ce livre reste pas mal mais bien en dessous de son premier, en poche collection totem, ci dessous….

 

4 eme de couv :

Mexique, été 1902. Deux sœurs kidnappées aux États-Unis sont contraintes à la prostitution dans un bordel caché dans un ancien temple aztèque au cœur des montagnes. Leur père, John Lawrence Plugford, ancien chef de gang, entame une expédition punitive pour tenter de les sauver, accompagné de ses deux fils et de trois anciens acolytes : un esclave affranchi, un Indien as du tir à l’arc, et le spectral Long Clay, incomparable pro de la gâchette. Le gang s’adjoint également les services d’un jeune dandy ambitieux et désargenté, attiré par la promesse d’une rétribution alléchante. Peu d’entre eux survivront à la sanglante confrontation dans les badlands de Catacumbas.

[Rentrée littéraire – 20/09/2018] Un été sans dormir ,Bram Dehouck, Mirobole, par Le Corbac

Résultat de recherche d'images pour "Un été sans dormir ,Bram Dehouck, Mirobole,"

Comment résister à l’appel de la Mère Patrie, comment ne pas sentir ce sang qui bouillonne à l’idée de rentrer sur tes terres natales, de retrouver ton Plat Pays, ses moules frites son Grand Jacques, son humour aussi sombre que les flots de la Mer du Nord…

Brahm Dehouck m’a emmené, que dis-je emporté en quelques pages, en quelques mots. J’ai ressenti très vite cette pointe de cynisme, cette ironie virale pour se moquer, pour détourner, pour montrer.

Entre C’est arrivé près de chez vous avec un Dupontel à la caméra et un Bienvenue chez les cht’i écrit par les frères Cohen, cet été est merveilleux.

Ces gens-là vivent au plat Pays et ces braves bourgeois voient débarquer un parc à éoliennes.

C’est le début de la Fin pour ce tranquille et petit village des Flandres.

Mauvaise foi et médisance, méchanceté et frustration, commérages et espionnage ce véritable Desperate Housewives belge est un succès de noirceur et d’humour.

Des personnages travaillés au cordeau selon leurs caractères, véritables marionnettes sous la plume de Bram Dehouck qui sait les faire vivre, les rendre attachants mêmes pour certains, désagréables ou pitoyables pour d’autres.

Nos turpitudes, nos jalousies et envies (nos travers typiquement humains en fait) sont d’une exaspérante lucidité et ne sont pas que symboliques. Derrière cet humour noir, fait de sourires et de fou rire, la population que nous sommes en situation de crise, quand elle perd ses répères, ne trouve plus ses habitudes rituelles et se retrouve livrée à elle-même est bien peu reluisante et nous invite à nous souvenir de cette bonne vieille maxime : avant de regarder dans la bouche de ton voisin, regarde la paille qu’il y a dans ton nez.

Baignant dans un style fluide et direct, sans mots de trop et sans lourdeur, cette promenade dans la BELGITUDE vaut son pesant d’Or.

Allez, je reprends mon vol pour d’autres contrées.

Traduit par Emmanuel Sandron.