Le garçon, Marcus Malte (Zulma), par Seb

« Il va sans chaussures, les plantes de ses pieds ont la texture de l’écorce. Du chêne-liège. Ses cheveux ruissellent sur ses épaules et sur son front tel un bouquet d’algues. Il est en nage, il luit, émergeant tout juste, dirait-on, de l’océan originel. La sueur lui sale les paupières au passage puis s’écoule en suivant le chemin des larmes. Une goutte se prend parfois dans la jeune pousse de duvet qui ourle sa lèvre supérieure. Ses yeux sont noirs, plus noirs que le fond des âges, où palpite pourtant le souvenir de la prime étincelle. »

Mes amis, lorsqu’on ouvre un livre, on fait un voyage, plus ou moins long, plus ou moins beau. On fait la rencontre de personnages qui, si l’alchimie s’est réalisée, deviennent réels, vraiment. Ils existent pour de bon, ils existent dans ces pages si petites mais qui contiennent le monde entier. Mais au voyage je préfère l’aventure. Un voyage on peut le subir, on peut rester passif, contempler, laisser dériver son regard, comater derrière les vitres du véhicule qui nous transporte. L’aventure en revanche, on ne peut pas y couper, il faut la vivre, l’éprouver, explorer les moindres recoins. Cette expédition, qui est l’autre mot pour dire aventure, si elle fonctionne, nous fait rencontrer des gens qui deviennent des personnages, et si le courant littéraire passe, ils deviennent des légendes. Ils vivent dans les pages, arpentent les paragraphes, sautent d’un chapitre à un autre, hurlent, vocifèrent, souffrent et pleurent. Ils aiment, férocement, ils promettent beaucoup ou très peu, mais tiennent toujours leurs engagements. Très souvent, on s’attache. Beaucoup. Parfois, quand on referme le livre et qu’on rentre donc à la maison -fini l’aventure- ils ne restent pas dedans, ils s’échappent et nous accompagnent un bon bout de temps dans notre vie de tous les jours. Et on est pas fâché de voir leur silhouette dans notre ombre, bien au contraire, parce qu’ils ne nous ont pas tout dit, ils n’ont pas tout à fait achevé leur mission, alors ils nous suivent, et nous, nous songeons à eux et nous réfléchissons à des choses, des pensées qui sont toutes nées pendant la lecture du livre, et qui n’ont pas toutes trouvé de réponse avant la fin de l’aventure. Et les voilà donc, toutes et tous, qui nous suivent à la trace, et vas-y que ça travaille dans nos caboches, et vas-y que ça phosphore. Le deuxième effet kiss cool comme diraient ceux de ma génération. Quand un livre, par le truchement de ses personnages vous incite à vous questionner sur diverses choses et éléments, et ce bien après que le mot FIN soit passé, c’est qu’il est réussi, c’est indubitable.
En ouvrant Le garçon, j’ai vécu ça. Je l’ai su tout de suite, dès les premières lignes. Le lecteur possède un instinct qui le trompe peu.
Je ne vais même pas vous raconter le début, il va falloir me faire confiance. Je vais juste vous dire que l’histoire s’amorce en 1908, du côté de Marseille, quelque part dans les collines reculées de l’arrière-pays. Le garçon, qui n’a connu quasiment que sa mère se retrouve seul. Sa génitrice a succombé à un mal, ou à des conditions de vie extrêmement dures. Ils vivaient comme des sauvages dans la montagne, repliés dans une cabane. Le garçon va entamer une longue marche vers l’inconnu et vivre une vie qu’il n’aurait jamais soupçonnée, rencontrer des personnes hautes en couleur, et aussi, traverser la Grande Histoire de son allure étonnante et dissonante. Je ne vous dirais que cela, et c’est bien suffisant.
En définitive, le qualificatif d’aventure est trop étroit, étriqué, cet habit n’est pas à la bonne taille. C’est une épopée que vous allez vivre, vous allez évoluer dans un monde qui a disparu à jamais, un monde dur et magnifique, par bien des côtés. Vous allez pleurer, à chaudes larmes salées, et ramollir ainsi les feuilles de ce récit. Je pourrais vous dire à quelles pages vous pleurerez, mais je vous laisse la surprise, et peut-être serez-vous inventifs. Vous allez rire aussi, souvent, aux jeux de mots fameux, à la grivoiserie élégante de Marcus Malte. Vous allez vous instruire également, parce que ce livre est érudit par bien des côtés, érudit mais pas chiant. Vous allez traverser une société en plein changement, c’est rare de vivre ça, le vrai changement. Ce moment où quelque chose de vaste et qui était là depuis longtemps tire sa révérence et qu’autre chose s’installe, par petites touches, non sans résistance de la part de ce qui agonise, mais avec la certitude que les dès sont jetés.
Vous allez voyager, au sens premier du terme. Parce que l’épopée porte en elle le voyage, c’est une partie indissociable d’elle-même. Vous allez en faire de bornes, à pied, à cheval, en roulotte, en voiture, en train, en bateau, en pirogue.
Cette épopée est remplie de bruit et de folie, sublimée de beauté et de poésie, elle est aussi secouée par la sauvagerie et la bêtise des hommes, leur folie endémique et atavique.
Vous n’oublierez pas Le garçon, vous n’oublierez pas Emma, vous n’oublierez pas Brabek l’ogre des Carpates. Vous vous souviendrez longtemps du caporal, du hongre (mon dieu le hongre !), vous vous souviendrez de Gustave et d’Amédée, du Gazou et de l’homme-chêne. Vous conservez le souvenir du saule et de ses branches tombantes, de la guerre, cette foutue guerre, de diosa Centéotl et de tous ceux qui auront marqué votre sensibilité propre. Vous entendrez longtemps, longtemps, le son d’un piano, le piano, et aussi celui du hautbois. Le rire de Brabek, le son des larges sabots du hongre sur les chemins poussiéreux, le vent qui hurle, le monde qui bouge et qui tangue, et la nature, partout et tout le temps.
Finalement, c’est plus qu’une épopée, c’est une fresque. Fresque, voilà un costume sur mesure.
Ah, il y a aussi Marcus Malte, l’auteur. Sa plume est à nulle autre pareille, belle à en mourir. En tant que lecteur, j’ai subi une déflagration que je n’ai pas si souvent essuyé. En tant qu’auteur, j’ai pris une leçon d’écriture, une sacrée. C’est bien les leçons, ça fait progresser.
Lisez Marcus Malte. Lisez Le garçon, il ne vous quittera plus jamais.

Dieux de la pluie, de James Lee Burke (Rivages / Thriller), par Seb

Quand j’imagine James Lee Burke dans sa maison en train d’écrire, avec l’immensité du paysage qui se déroule comme un tapis devant ses yeux, je le vois toujours avec son incontournable chapeau de cow-boy blanc, un couvre-chef à large bord. Et ce n’est pas une précaution inutile que de porter un couvercle sur la cafetière au Texas, là où se passe l’action de son roman « Dieux de la pluie ». Dès les premières pages on est écrasé par la chaleur qui se faufile partout, le moindre recoin d’ombre, le plus petit endroit confiné de cet état est envahi par une chaleur impitoyable. Les habitants et les animaux sont aplatis par les températures, et le climat sec s’enlace avec les paysages pour devenir sous la plume de l’auteur un personnage de premier plan.
Et Burke maîtrise son sujet, la faune, la flore, les coyotes qui chassent les spermophiles, les odeurs de créosote, les boules d’amarante qui parcourent le Hardpan, les crotales toujours prêts à faire sonner leur queue, tout y est, et tout est agencé dans un mouvement qui tient de l’alchimie. Un peu comme les interactions de l’univers, le monde de James Lee Burke tourne rond et chaque cliquetis de chaque rouage est un mouvement pensé, prévu et calibré.
J’ai mis du temps à lire ce policier car je suis souvent revenu sur mes pas pour me délecter de certains passages qui méritent qu’on s’y attarde. Il y a dans l’écriture de l’auteur une certaine perfection qui fait que l’on en redemande. Mais le talent de celui qui est sans conteste l’un des plus fameux auteurs de roman noir outre-Atlantique ne se borne pas aux descriptions inspirées, non, il possède aussi dans sa caisse à outil de romancier le talent de faire apparaître d’un coup la formule parfaite, la juste expression qui prend vie dans votre esprit. C’est ce qui se passe page 29 quand vous lisez ceci : Nick avait l’impression que son ectoplasme s’écoulait à travers les semelles de ses chaussures.
Ou bien ceci un peu plus loin page 47 : Elle expira, son cœur se réfugiant dans un endroit froid au fond de sa poitrine.
Dans ce roman conséquent l’auteur nous raconte une aventure d’un de ses vieux héros qu’il remet au goût du jour. Le shérif Hackberry Holland, vétéran de la guerre de Corée, veuf poursuivi par de vieux démons auxquels il signifie avec élégance un certain mépris et une indifférence magnifique. Hackberry Holland et son adjointe Pam Tibbs sont le reflet de la loi dans leur petite ville du Texas. Tout est calme dans ce patelin étouffé par les degrés quand un appel anonyme les prévient d’un massacre. Dans un lieu retiré du monde, au milieu de l’immensité que seul le Texas peut offrir, derrière une vieille église abandonnée de son dieu et de ses pèlerins, le shérif Holland va déterrer neuf cadavres de femmes, neufs immigrées clandestines vouées à la prostitution. Elles ont été hachées menu par une arme à feu automatique de très gros calibre. L’homme qui a téléphoné est un jeune vétéran de la guerre en Irak, il s’est fourré dans un beau merdier et panique en réalisant l’horreur qui a surgi du crépuscule. Cette affaire a des ramifications plus lointaines, Hackberry le sent bien. Très vite il va entendre parler d’un fou religieux, un tueur froid comme un crotale qui porte le surnom de « Prêcheur ». Le Prêcheur, Vikki Gaddis, jeune serveuse et chanteuse l’a croisé et pour la première fois de sa vie le tueur a connu l’échec. Pourquoi lui en voulait-il ? Parce qu’elle est la petite amie de celui qui a passé l’appel anonyme ? Cet homme qui puisse sa force et son inspiration dans les pages divines est un fantôme, presque une légende dans le milieu. Il est craint et ne se pose aucune limite. Seule sa conception du bien et du mal jalonne son parcours sanglant. Est-ce lui qui a commis l’inconcevable derrière cette église oubliée ? Qui tire les ficelles ? Vers quel endroit de l’enfer mène cette enquête ?
Dans une affaire dense et pleine de surprise où l’on croise des personnages habités et d’autres taillés dans le mythe du sud, notre paire de flics va vivre des moments intenses et parfois cruels. Leurs pas fouleront des contrées hostiles et la poussière se mêlera plus d’une fois au parfum âcre de la poudre brûlée. Nous croiserons aussi un agent de l’immigration qui porte lui aussi une lourde croix et un agent du FBI distant et méprisant. Quel plaisir de voir défiler cette galerie de personnages plus vrais que nature, ils sont là, dans leur jus, plantés dans le décor du Sud, avec leurs gueules et leurs allures improbables.
Vous dire que j’ai adoré ce bouquin est juste un affreux euphémisme, il se cache entre ces pages de sable et de soleil des passages somptueux et une brillante description de la société du sud. Durant 500 pages j’étais vraiment au Texas. J’ai ressenti les nuits fraiches et senti la brise du soir qui porte les odeurs de créosote. J’ai entendu le bruit des rideaux balancés par le vent, j’ai réellement vu ces lever de soleil incandescents qui avançaient dans une iridescente beauté. J’ai observé des coyotes efflanqués chercher leur pitance et j’ai vu des tableaux de couleurs mordorées se figer sur les montagnes. J’ai mangé avec Hackberry, j’ai goûté ces plats typiques du sud, j’ai écouté leur musique et entendu cet accent local traînant. J’ai éprouvé la chaleur de dingue et senti la poussière se coller à mes joues et vitrifier mon cou. J’étais vraiment au Texas.
Burke est de retour, flanqué de son shérif vétéran et d’un incroyable et atypique méchant, il va vous en mettre plein la vue !
Cap sur le sud de l’Amérique, direction le Texas et son Histoire, non loin du légendaire site d’Alamo, une page de vie vous attend.

Traduit de l’anglais par Christophe Mercier.

Seb.

Tandis que j’agonise, William Faulkner, par Seb

Traduit de l’américain par Maurice E.Coindreau

« Le ciel est posé sur la pente de la colline, sur les bosquets d’arbres secrets. Au-delà de la colline des éclairs de chaleur flamboient et s’évanouissent. Dans l’obscurité morte, l’air mort se moule à la terre morte. Hors de la portée de la vue, il se moule à la terre morte. Il repose sur moi, mort et chaud. Il touche ma nudité à travers mes vêtements. J’ai dit : « Tu ne sais pas ce que c’est que de se tourmenter. » Je ne sais pas ce que c’est. Je ne sais pas si je me tourmente ou non. Si je peux ou non. Je ne sais pas si je peux pleurer ou non. Je ne sais pas si j’ai essayé ou non. J’ai l’impression d’être une graine mouillée, perdue dans la terre rouge et brûlante. »

Quand on lit William Faulkner, il se passe vraiment quelque chose. On ne prend pas une claque, on n’éprouve pas un coup de cœur comme je lis souvent dans certaines chroniques. Non, une claque ça reste superficiel, quelques phalanges projetées à travers l’air, un bref contact dans un claquement encore plus bref, et il ne reste dans la mémoire de celui qui a lu, que la trace rougissante de cinq doigts, le stigmate éphémère d’un évènement qui aura complètement disparu dans quinze minutes. Quinze minutes de picotements, tout au plus.
Non, avec Faulkner, la claque, elle prend une ampleur tectonique. La claque est à l’échelle de la planète. Ça se passe en-dessous et en-dedans de nous, et ça brasse comme jamais ça n’a brassé. Les diverses couches qui nous recouvrent sont brisées, malaxées, mélangées, dans une savante mixité de brutalité et de violence sourde qui prennent leur temps. Le genre de violence qui patiente dans un recoin, tapie comme une bête qui saura reconnaître son heure. La chose fait son effet peu à peu, elle gagne du terrain, s’installe en nous, et à la fin elle est partout et il lui aura fallu toute la lecture du livre pour être tout entière.
Ron Rash a écrit dans son roman Par le vent pleuré, que « le silence peut être un lieu. » Lui il a dû lire Faulkner pour écrire comme il écrit. Chez Faulkner, le silence a des allures spéciales, mais il est bien là, et le lieu, c’est Yoknapatawpha, un comté imaginaire du sud de l’Amérique, dans le Mississippi, un état avec trois doubles lettres et une seule voyelle, une exception. Le coin parfait pour y enkyster ses histoires. Tout l’univers du prix Nobel de littérature se trouve niché là, dans cet endroit si âpre et si sec, où les tourments noirs des humains se mêlent aux tourbillons de poussière rouge.
Bon, je vous cause un peu de l’histoire. Addie Bundren se meurt lentement, tellement lentement. Elle a eu un tas d’enfants. Ils sont persuadés qu’elle en a aimé certains plus que d’autres. Par la fenêtre, alors qu’elle n’en finit pas de s’éteindre, elle entend et elle voit son fils Cash ainé qui confectionne le cercueil dans lequel on la mettra bientôt. Cash est un méticuleux, il fignole, il s’applique avec ses outils qui sont la prunelle de ses yeux. Addie macère dans son lit. Et les non-dits qui rongent la famille macèrent avec elle, dans ses draps moites, dans cette chambre étouffante, sous les petits cris de la scie de Cash ; sous les effleurements de son rabot. Puis Addie meurt. Sa dernière volonté était d’être mise en terre là où elle est née, là où est sa famille, à Jefferson. De chez elle, ça fait un long voyage en charrette. En charrette tirée par deux mules. Avec le climat du sud, vous imaginez ? Je ne vous fais pas un dessin. C’est une expédition. Mais Anse, son époux, a promis. Alors tout le clan se met en branle pour emmener la mère en terre, à l’endroit même où elle a ouvert les yeux.

La structure du roman est foisonnante. Chaque chapitre porte le nom d’un des personnages, et celui-ci parle, décrit, raconte l’aventure et ce qu’il ressent. C’est la technique littéraire du « courant de conscience ». Cela permet d’avoir toutes les visions, divergentes, différentes. Et ils reviennent à tour de rôle, pas forcément dans l’ordre de départ, pour narrer. Il se relèvent, se remplacent, se filent le témoin. Tous les témoignages convergent vers une personne, Anse, le père, à la fois le maillon faible et le point d’ancrage de la tribu. Anse, celui qui s’exprime le moins en tant que narrateur, dont le nom apparaît si peu en tête de chapitre. Anse, ce type qui courbe l’échine face à l’adversité, jusqu’à avoir le nez dans la poussière. Un gars qui possède une extraordinaire aptitude à toujours faire les mauvais choix. Un homme qui a toujours tiré le diable par la queue, d’ailleurs il a tellement tiré qu’il n’y a plus de queue, juste un trou béant, un précipice.
Ah braves gens, cette expédition, parce que c’en est une, et une sacrée, elle va vous transformer, c’est bien possible. Toutes ces épreuves, ces imprévus, ce clan dont chaque individu est une planche un peu disjointe d’une grande porte, qui gonfle, qui travaille, laisse passer la lumière…ou l’obscurité. Quel voyage, quelle galerie de personnages !

La grande performance de l’auteur, réside dans son Art du dialogue. Cette parole qu’il donne à ses personnages, elle leur confère une profondeur que j’ai rarement croisée, une texture quasi physique au travers du papier. Ce langage, ces mots exhumés d’une époque, d’un coin de pays perdu, ça sonne tellement vrai. Aujourd’hui ça pourrait presque avoir une couleur exotique, et pourtant nous venons tous de là. Faulkner parvient à tisser une tragédie en utilisant des mots simples, sans pathos, sans effets de manche. En fait, je crois bien qu’il a écrit ce roman comme ils ont amené Addie au cimetière, avec lenteur, douleur, en résolvant les problèmes quand ils se présentaient sans jamais douter de l’issue. Il concilie la poésie de son écriture avec le « parler » de ses personnages, chacun accapare l’autre et cela fonctionne avec une facilité déconcertante. Par exemple, quand c’est Darl qui parle, qui décrit un paysage, un moment de la journée, c’est beau, c’est poétique, mais avec des mots de paysan, et ça c’est très fort. Pour prouver ce que j’avance, voici un passage dans lequel c’est une des filles Bundren qui parle, Dewey Dell : Et je croyais bien que Darl non plus n’aurait rien vu, lui qui reste à table, les yeux perdus plus loin que son manger, plus loin que la lampe, plein de la campagne extraite de son crâne, les trous remplis de l’immensité de la terre.
Pigé ?
Et donc ils vont tous passer devant vous, Darl, Jewel, Addie, Cora et Dewey Dell, Vardaman, Cash, monsieur Peabody et les Tull, Armstid, Moseley, Anse. Ils vont s’asseoir à vos côtés, dans un soupir, le même que celui qui sort du corps des travailleurs de la terre lorsqu’ils sont venus à bout de leur journée et qu’enfin, ils posent leur séant sur une chaise, les coudes sur la table, avec la promesse d’un repas sous les yeux. Et ils vont vous raconter, vous dire ce qu’ils pensent, entrebâiller des portes secrètes que l’on a si peu ouvertes, donner leur point de vue. Et nous, les lecteurs, nous écoutons religieusement, et puis quand l’un se lève et cède la place à un autre, tandis qu’il s’installe, nous digérons. Et plus tard nous assemblerons tout cela.
Mais on ne voit rien venir. On pressent le drame, il rôde sans cesse tout autour, la tension est latente, tellement bien transcrite.
William Faulkner est le chef d’orchestre et ses personnages ses musiciens à la partition si particulière.
Dans la littérature, il y a eu un avant et un après Faulkner. Je suis heureux d’arriver après.

Fin de ronde, Stephen King (Albin Michel) par Seb

Traduit de l’américain par Océane Bies et Nadine Gassie

« Toujours le même…Assis dans son fauteuil à regarder le parking couvert. Je parle, je pose des questions, il en lâche pas une. Il mérite l’Oscar des traumatisés du cerveau, pas de doute là-dessus. Mais il y a des rumeurs qui courent à son sujet. Certains disent qu’il a des pouvoirs de télékinésie. Qu’il peut ouvrir et fermer l’eau dans sa salle de bains et qu’il le fait parfois pour faire peur au personnel. Pour moi, c’est des conneries, Mais quand Becky Helmington était encore infirmière-chef, elle disait avoir vu des trucs plusieurs fois – les stores qui claquent, la télé qui s’allume toute seule, les flacons qui se balancent sur le pied à perfusion. Et elle est ce que j’appellerais un témoin crédible. Je sais que c’est difficile à croire… »

Brady Hartsfield, le tueur à la Mercedes, végète toujours dans la chambre 217 de l’hôpital des cérébrolésés. Depuis plus de sept ans, il gît tel un légume insensible aux saisons et aux gens. Son médecin, le docteur Babineau, qui rêve de devenir célèbre, fait des expériences qu’il tient secrètes sur son patient si précieux. Mais le patient Hartsfield, s’il est bien emprisonné dans son propre corps, a le ciboulot qui tourne à plein régime, en secret. Et il rêve de nouveaux carnages…Et il pense à Bill Hodges…Avec un vilain rictus intérieur…

Voilà, c’est terminé, finie la trilogie Bill Hodges. Il va me manquer ce bon vieux Bill, et son employée Holly aussi, je me demande même si ce salopard de Brady ne va pas me manquer un tout petit peu – avoir quelqu’un à haïr, c’est pratique, ça évite de se chercher une autre cible. Bon, je vous rassure immédiatement, je suis assez éloigné de l’état de déprime réelle dans lequel je me trouvais en 1991, quand j’avais avalé tout d’un trait en moins d’une semaine les trois volumes format poche du terrible Ça. Je m’en souviens comme si c’était hier. Après avoir refermé le dernier livre, j’avais navigué durant deux ou trois jours dans une sorte de mini déprime, rien ne me faisait envie, j’étais sans force et je me répétais sans cesse, en songeant aux personnages « c’est fini, je ne les reverrais jamais, Beverly, Bill, les autres, terminé ».
Ici, rien de tel. Cette trilogie, si elle est d’excellente facture n’arrive pas au niveau de Ça. Il y a de la marge. Cela dit, je n’en reviens pas de l’imagination du Maître. Au début de troisième tome, quand j’ai vu ce qui se dessinait, je me suis demandé comment il allait faire pour se sortir de ce piège dans lequel il s’était fourré tout seul. Si vous avez lu l’incipit de cette chronique vous savez qu’il va être question de télékinésie, de choses de l’esprit, de trucs qui nous échappent. Ils nous échappent mais c’est crédible, je veux dire plausible. Tout le talent du King réside là, parvenir à rendre possible des évènements qui, sous la plume d’un autre nous feraient nous taper sur le ventre et devenir tout rouge d’avoir trop ri. Si vous êtes des habitués du King, vous ne serez pas désarçonnés, le Maître à déjà exploré et travaillé des personnages dotés (affligés ?) d’un pouvoir particulier, que ce soit dans Charlie, Carrie, Dead zone, La peau sur les os ou bien encore La ligne verte.
Ce mec est balèze, oui je sais, ce n’est pas vraiment un scoop. Son style n’est pas ce que j’appellerais un style qui marque, dans le sens qui respire la poésie ou le lyrisme, la beauté, mais il y a dans cette plume, quelque chose, un mystère, une magie qui plane et qui jamais ne se dévoile, un secret qui fait que « ça marche ». Il y a ce ton qui nous est si familier, il y a cette faculté à narrer avec une telle puissance, Stephen King est avant tout un formidable conteur qui exploite des idées que lui seul peut faire germer, ou ramasser sur le bord de la route lors de ses promenades quotidiennes sur les chemins du Maine, qui sait comment il les trouve. Il possède toujours cette faculté à vous trouver la formule, vous la planter dans l’œil et l’esprit, cette tirade qui de loin n’a l’air de rien mais qui lorsqu’elle se présente devant vous fait apparaître l’Image, la Scène, cette chose tellement visuelle, quasi cinématographique. J’ai un exemple très concret, ça se passe page 207 : Sa visiteuse entra timidement, comme s’il pouvait y avoir des mines dissimulées dans le sol.
Je suis sûr que vous l’avez dans la rétine, vous la voyez s’avancer en posant les pieds avec une grande prudence, avec ce léger ressort dans la jambe pour amortir le contact avec le carrelage.
King c’est ce pouvoir-là, et il s’en sert un paquet de fois dans ce livre. Dans son livre Ecriture, mémoires d’un métier, il parle d’une sorte de télépathie entre le lecteur et lui. Il y a de ça.
Bref, vous ne devriez pas vous ennuyer avec cet ultime volet, ce dernier tour de piste, cette Fin de ronde, comme disent les flics qui partent à la retraite.
Sans spoiler quoi que ce soit, je peux vous dire que le Maître à soigné sa sortie, il y a mis du cœur, de l’émotion et un beau Symbole qui vous apparaîtra quand vous y serez. La boucle est bouclée.
J’ai lu ce dernier opus presque quatre ans après le premier. Et vous savez quoi ? Ce fut comme si j’avais lu la trilogie l’année dernière. Les personnages étaient bien nets, avec leurs tics, leur voix, leur démarche, ils étaient tellement présents. Pas un n’était amoindri par le temps, pas un n’avait été un peu effacé, ils avaient tous leurs belles couleurs flamboyantes, c’était comme s’ils m’avaient attendu dans un coin de la bibliothèque, avec Bibli Al et son chariot. C’est bon signe non ?
Quand même, ce Brady Hartsfied, je me demande s’il n’a pas un lien de parenté avec Annie Wilkes. Je ne serais pas étonné.
Quand même, il va me manquer l’ex inspecteur de première classe Bill « Kermit » Hodges. Un vrai bon mec. De la race de ceux auxquels on s’attache.

Seb.

Carnets noirs, Stephen King (Albin Michel) par Seb

Ouais, je sais … Tout le monde sait que je suis un inconditionnel du Maître (le simple fait de le nommer de la sorte en dit certainement long n’est-ce pas …).
Avec sa trilogie en cours, et son premier volet Mr Mercedes, Stephen King m’avait enchanté, enchanté parce que je m’étais régalé et que par-dessus ce plaisir, il y avait la joie de le voir retrouver son meilleur niveau (prix Edgar 2015 quand-même).

Avec le second tome de son triptyque, Carnets noirs, il confirme son grand retour, au sommet, tout là-haut. Bien sûr ce n’est pas Ça, Misery, Simetière ou Différentes saisons. Parce que notre champion joue désormais dans la cour du polar, et ça change pas mal de choses.
J’avoue que je ne sais pas trop comment aborder cette chronique, j’avance mot à mot, sans avoir une idée précise de mon angle d’attaque, il se peut que je n’en aie pas. Peut-être qu’il sera suffisant de laisser parler mon cœur de lecteur, que ça suffira à vous convaincre, si tant est que vous ayez besoin d’être convaincus.
L’entreprise dans laquelle je me lance est vaste parce que l’œuvre l’est aussi, et certainement très ambitieuse.

Nous retrouvons donc avec une grande joie notre inspecteur à la retraite Bill « Kermit » Hodges. Les années ont passées depuis que Brady le fou a foncé dans la foule avec sa Mercedes. Bill Hodges a monté sa boîte d’enquête et de services, il a engagé Holly et le moins que l’on puisse dire c’est que son affaire roule du tonnerre. Mais la première surprise réside là. Notre « Bill l’ancien inspecteur » n’apparaît qu’à la page 159, soit la seconde partie du roman. Et vous voulez que je vous dise ? Hé bien, jusqu’à l’arrivée de Bill Hodges dans l’histoire, on ne voit pas le temps passer. Au début, comme quelqu’un qui attend l’arrivée d’un vieux pote, on se demande à quel moment il va arriver, et puis l’histoire est si passionnante qu’on l’oublie vite, Bill.

L’histoire justement. Tout commence en 1978. Nous sommes dans la maison d’un immense écrivain, John Rothstein. Dans les années 50 il s’est rendu célèbre par une trilogie (tiens !), celle du Coureur, qui met en scène un jeune américain du nom de Jimmy Gold. Succès monumental. Dramaturge, poète, auteur de nouvelles, l’écrivain misanthrope s’est ensuite retiré de la vie publique et s’est réfugié dans sa ferme, dans un coin paumé, Talbot Corners dans le New Hamphire. A partir de ce moment-là, il n’a plus rien publié. Presque vingt ans de silence assourdissant pour ses fans, nombreux, qui s’épuisent d’attendre. L’un d’eux, Morris Bellamy a décidé de ne plus attendre. Il a toujours aimé l’écriture et le style de Rothstein mais il est carrément à plat ventre devant sa fameuse trilogie, qu’il tient tout simplement pour une pièce essentielle du patrimoine de la littérature américaine.

Alors Morris, féru de littérature passé par la case maison de redressement, a monté un coup. Il sait, grâce à la rumeur et à des infos de première mains chopées au vol, que l’écrivain ne s’est peut-être pas arrêté d’écrire, il n’a rien publié mais cela ne veut pas dire qu’il a cessé de gratter du papier. La rumeur dans le village de Talbot Corners, où sa femme de ménage ne peut pas vraiment tenir sa langue, dit que Rothstein conserve dans son coffre une grosse somme d’argent, parce qu’il ne fait pas confiance aux banques, mais surtout, surtout, un énorme tas de carnets noirs, carnets à l’intérieur desquels il aurait continué d’écrire durant toutes ces années. Pour son seul plaisir. Pour Morris Bellamy, c’est une évidence. Ces carnets contiennent la suite de la trilogie, car il faut bien le dire, le troisième et dernier volet l’a beaucoup énervé. Rothstein s’est appliqué à abimer son héros, à engluer son Jimmy Gold dans la routine de l’américain moyen, lui le rebelle, l’insoumis. C’en est trop, Morris exige que l’écrivain se rattrape, qu’il efface cette insulte. La passion de Morris Bellamy pour la trilogie « Gold » est telle que c’est devenu une affaire personnelle.

Donc un soir, il débarque avec deux connaissances à lui. Ils sont cagoulés et Morris les a motivés avec l’appât du gain, lui se fout un peu du fric, ce qui l’obsède, ce sont les carnets. Tiré du lit, l’ermite génial n’est pas très coopératif, il n’aime pas les gens et il va bientôt aborder les 80 balais. Ça tourne mal, Morris file avec plus de 160 carnets moleskine noirs et accessoirement, dans les 20 mille dollars. Sur le chemin du retour, concentré et méfiant, il se débarrasse de ses deux pieds-nickelés de complices, abandonnés sur une aire de repos avec du plomb dans la paillasse à défaut d’en avoir eu dans la tête pendant qu’ils étaient vivants. Morris est fou de joie, il tient le trésor, le graal. Il va enfin savoir ce que sont devenus les personnages de la trilogie Gold, savoir si Jimmy a relevé la tête et tout envoyé valdinguer.

Mais il doit se méfier, le meurtre va faire la une, les corps seront découverts sur l’aire de repos, la police pourrait faire le rapprochement avec lui. Il n’oublie pas qu’il est venu plusieurs fois au village de Talbot Corners, qu’ils ont bu des coups à la taverne, posé des questions. Il va donc être patient, enterrer les carnets et le fric, et attendre quelques temps que toute cette histoire se calme. Et après … à lui le grand panard, la lecture de la suite des aventures du Coureur, et même pas besoin de s’inquiéter pour l’avenir, avec les dollars qui accompagnent les carnets, il peut lire, lire encore et relire les carnets en bullant tranquille peinard.

Mais Morris va commettre une erreur, une simple erreur, tellement banale que c’en est à pleurer.

Je suis désolé chère lectrice ou lecteur de te laisser là, en plan, au milieu du gué. Je brûle d’en dire un peu plus, de t’appâter un chouia plus, mais ce n’est pas possible, ce serait du gâchis, du plaisir en moins pour toi, beaucoup de plaisir en moins. Et moi j’ai envie que tu empruntes le même chemin que moi, ce chemin magnifique et inquiétant, imprévisible et garni de fausses pistes, de rebondissements, de suspense aiguisé et de coups d’éclats et … d’un colossal cri d’amour pour la lecture et l’écriture, pour la littérature. Parce que, au final, c’est de ça qu’il s’agit, rien que de ça. Comme il l’avait déjà fait dans son génial Misery, Stephen King plonge dans le monde de l’écriture, les mystères de la création, le fonctionnement du cerveau d’un auteur et tout ce qui s’y passe et qu’il ne maîtrise pas forcément. Et aussi de ce qui se passe dans l’esprit des lecteurs quand ils s’adonnent aux livres. Et c’est un pied gigantesque. Quelle joie de le voir, par le truchement de ses personnages, faire des allusions à la bible de la littérature, bible qu’il cite si souvent dans son grand livre Ecriture, mémoires d’un métier. Cette bible c’est The elements of style de Strunk et White, et cette fameuse règle n°13 : omettre les mots inutiles.

Toujours par l’entremise des personnages ou du récit, il fait des clins d’œil savoureux et respectueux aux piliers de la littérature américaine, de ci de là, au fil des pages, on croise Les raisins de la colère, Ne tirez pas sur l’oiseau moqueur, la nouvelle d’Hemingway Les tueurs adaptée plus tard au cinéma ou encore Louons maintenant les grands hommes de James Agee et Walker Evans.

Plus fort encore, il se permet un clin d’œil à sa propre œuvre, mais d’une manière subtile et humble, en faisant apparaître furtivement, l’excellent film Les évadés, adaptation réussie de ce que je tiens pour un chef d’œuvre de nouvelle du King, Rita Hayworth ou la rédemption de Shawshank.
Oui, ce roman est un merveilleux cri d’amour pour la littérature, un cri sincère et puissant, qui résonne et trace sa route en nous.

Il y a tout cela dans « Carnets noirs », mais il y a bien plus. Ce style, inimitable, qui vous cueille par surprise, même quand vous vous y attendez. Cette manière d’écrire, de narrer, qui vous rend addict si vous y êtes sensibles, et nous sommes nombreux hein, à y être sensible. Il y a cette technique d’écriture, si puissante, qui s’immisce au cœur des personnages, cette faculté de les rendre si humains, si réels. Je vais vous faire une confidence. A un moment, quand je lisais ce roman et que je ne pouvais pas le lâcher, vraiment pas, j’ai fait une courte pause pour me faire un café. En faisant chanter la cuillère de miel dans la tasse de porcelaine, je me disais qu’après avoir fini Carnets noirs je devrais me procurer cette trilogie de Jimmy Gold, Le coureur. Avant de réaliser que cette œuvre n’existait pas, pas plus que l’écrivain John Rothstein. Voilà le pouvoir du Maître, Stephen King.

Et puis, il n’a rien perdu de son sens de l’image, de la scène, on ne peut plus cinématographique, comme avec cette description anodine, page 143 : Elle grimaça, mais aussitôt le sourire en coin retroussa de nouveau ses lèvres. Comme un bout de papier se consumant dans un cendrier. Efficace hein ?!
Ah oui, une dernière chose, le clin d’œil aux films Les sentiers de la perdition et Le parrain 2, c’était vraiment cool …

Traduit de l’américain par Océane Bies et Nadine Gassié.

Seb.

Mr Mercedes, Stephen King (Albin Michel), par Seb

Traduit de l’américain par Océane Bies et Nadine Gassie.

Juin 2015. J’ai passé les derniers jours de mai et les premiers de juin le nez dans le dernier Stephen King. Tous les soirs, après le repas pris en terrasse grâce à la météo favorable, après avoir embrassé mes enfants et raconté l’indispensable histoire (autant à eux qu’à moi), je m’installais dans mon fauteuil disposé sur la même terrasse et allais chercher le fameux bouquin du Maître pendant que mon café chauffait dans le micro-ondes.

Ensuite je m’installais avec ce ciel vespéral typique comme unique plafond et la prairie herbeuse et bruissante courant à mes pieds. Une brise légère et envoutante passait entre mes jambes et dispersait autour de moi les parfums délicieux du jasmin et du chèvrefeuille. Le régiment de grillons qui colonisent le pré fleuri mettait un point d’honneur à remplir l’espace de son chant indispensable à toute ambiance estivale.

J’ouvrais le livre avec gourmandise et le festival recommençait, les pages tournaient, tournaient, mon esprit se régalait et la joie pouvait se lire sur mon visage (d’après les observations de ma femme installée à côté de moi qui elle lisait un disciple du Maître, « L’aube des fous » d’Anthony Signol). La seule différence entre nous deux c’est qu’elle ne boit pas de café le soir, elle dit très sérieusement que ça l’empêche de dormir, moi je réponds d’une manière systématique que c’est « psychologique ».

Enfin, je commence sérieusement à digresser là …

Ce nouveau roman de Stephen King est un enchantement mes amis. Et ce roman est un polar !

Oui, vous avez bien lu, le Maître s’aventure pour la première vraie fois sur ces terres sombres et infiniment intéressantes, ces endroits mystérieux et inquiétants où il est possible de sonder l’âme humaine et de sentir l’effroi de ce que l’on voit.

Le Maître est un impétrant mais pas un débutant. Il s’en tire avec les félicitations du jury, en fait dans le jury j’étais tout seul mais est-ce important ? Je ne doute pas une seule seconde que vous voterez aussi pour les félicitations une fois que vous aurez lu ce magnifique ouvrage. Et vous ajouterez peut-être un prix spécial du jury !

Dès le début c’est le panard ! La première phrase me remet immédiatement dans l’ambiance, la « patte King ». Une phrase anodine simple, mais qui vous met dans le ton, le Maître sait faire ça comme personne, on a l’impression qu’il connait la personne dont il parle, qu’il a vécu les mêmes soucis, les mêmes coups durs. Si ça se trouve c’est lui qui a vendu la vieille Datsun dont il est question au tout début.

Très vite ça dégénère, l’action file et les personnages sont éclatants de crédibilité. Ils nous sautent à la gorge et ne nous lâcheront plus jusqu’à la fin.

Avec un talent très proche de ses meilleures productions, l’auteur s’installe aux commandes et nous pilote dans le « King Park Polar » avec brio, subtilité et beaucoup d’originalité. Avec nous, assis à ses côté, nous faisons la connaissance de Brady, le barjot de l’histoire, Bill Hodges l’ancien flic à la dérive qui décroche le premier rôle, Jérôme le petit noir malin pour qui on ne peut s’empêcher d’éprouver beaucoup de tendresse (et sans cesse on serre les fesses en se disant « pourvu qu’il ne meurt pas ! »), Janey sensuelle et surprenante femme et toute une petite galerie de personnages très réussis qui défilent devant nous et jouent leur parfaite partition.

Ah mes amies et amis, le Stephen s’est démené pour nous régaler et nous scotcher à son histoire. Il ne se contente pas de nous mitonner un récit superbe de suspense, il nous crée des personnages magnifiques, creusés, sculptés, peaufinés, du grand art.

Prenons l’inspecteur (ex-inspecteur de 1ère classe) Bill Hodges. Oh quel bonheur !

Flic de haut vol, enquêteur chevronné et très respecté, il se retrouve à la retraite et semble perdu. Du jour au lendemain il passe des rues agitées et des enquêtes obsédantes au désert calme de son fauteuil et à la terrible vacuité des programmes télé (la télévision américaine en prend pour son grade au passage). Il navigue dans un océan de dépression, accroché à sa petite coquille de noix et d’espoir, se contentant de se gaver de sucre et de gras en s’hypnotisant devant cet écran vulgaire et sans une once d’intelligence. La zapette dans une main et son flingue dans l’autre. Chaque jour lui-même ignore duquel il va se servir, il est au bout de la route, presque au bout tout court. La déprime mine ses fondations d’homme et gangrène son moral d’ex-flic.

Au moment où nous le croyons perdu se passe un évènement comme seule la condition humaine peut en créer.

Brady, le toqué dont je vous parlais plus haut, quelques semaines plus tôt a foncé dans une foule composée de milliers de personnes avec une grosse Mercedes qu’il avait volée. Ce fut une terrible boucherie, huit morts, des dizaines de blessés, d’estropiés, de traumatisés. Il s’en est tiré, personne n’a pu le retrouver. La presse le surnomme « Mr Mercedes ».

Brady vient d’envoyer une lettre à l’ex-inspecteur Hodges. Il veut le provoquer, l’aider à en finir avec sa petite retraite si minable. Mais la réaction de l’ancien flic n’est pas celle escomptée. Le gaillard a de la ressource, il se pourrait qu’il décide de reprendre l’enquête en « off ».

A partir de cet instant le face à face entre les deux hommes monte en puissance, nous nous trouvons en alternance dans leurs tronches et on n’en croit pas nos yeux de voir comment ça tourne. Nous descendons dans les bas-fonds de l’âme humaine, dans ce qu’elle a de pire, de plus lâche, de plus misérable. Nous y trouvons aussi la peinture à peine écaillée d’une société qui dérape, tourne en rond et ne parvient à rien d’autre que le néant.

Avec une vitesse assez stupéfiante, nous nous amourachons de cet inpecteur sur la touche et en fin de cycle, de cet homme divorcé, boudé par sa fille et noyé dans ses souvenirs de « quand il était flic« . Un homme qui va comprendre peu à peu qu’il a peut-être encore des choses à faire sur cette maudite terre.

Mais nous sommes dubitatifs, Bill Hodges est parti à la retraite peu après le carnage du City Center (l’exploit de Mr Mercedes), lui et son coéquipier ne sont parvenu à rien, comment réussirait-il maintenant qu’il est retraité, dépourvu des facilités de la police et de sa puissance !

Tout l’art du Maître réside là.

Et puis son écriture est toujours aussi bandante ! Oups …

Page 160 je tombe sur ça : Assis dans un magnifique silence, il relit la lettre …

On trouve aussi pêle-mêle des considérations : Pourquoi boire à l’excès quand la vie est belle sobre ? ou des images originales qui nous parlent : Elle se détourne vers le parking sans attendre de réponse, ses talons communiquant son message d’indignation en morse.

Enfin, comment ne pas rester stupéfait devant l’efficacité de cette écriture magistrale : Des gens crient. Des klaxons retentissent et quelques alarmes de voitures beuglent. Ça sent l’essence, le caoutchouc brûlé et le plastique fondu.

Pas besoin d’en faire des tonnes, nous y sommes, là, au milieu des amas de tôles en combustion, dans la fumée âcre et noire, dans la panique et la peur. La description de cette scène sur une seule page est d’une maîtrise absolue, un modèle du genre. Les comportements des gens autour sont analysés, mis sous les projecteurs, ils se mélangent aux sentiments éprouvés par les personnages impliqués, et on se dit, putain quel talent !

Mesdames messieurs, ce Mr Mercedes est excellent, pour peu que vous ne soyez pas déstabilisés de retrouver le King sur le terrain du polar, car c’est une sacrée putain de bonne nouvelle pour le polar !

Bon je suis d’accord, plusieurs de ses anciens romans peuvent s’assimiler à du polar, comme Charlie ou Marche ou crève. Parfois, à visage dissimulé, il a commis des romans noirs, tels Blaze, Chantier ou La peau sur les os. Mais à chaque fois ou presque, il y avait une dose plus ou moins forte de Fantastique. Avec Mr Mercedes et les deux autres livres qui constituent la Trilogie Bill Hodges, il assume pleinement ses prétentions et il se révèle à la hauteur.

Après plusieurs interminables années au creux de la vague (on ne va pas se mentir hein !), le Maître proclame qu’il est réellement de retour, et c’est pour notre plus grand bonheur.

À très vite pour la chronique de Carnets noirs, le second volume de la trilogie Bill Hodges.

Jungle urbaine, Dashiell Hammett (Bibliomnibus) par Seb

« Un homme descendit de la voiture encore en mouvement. Il resta debout par miracle, titubant, vacillant, et enfin son bras rencontra un poteau de fer, s’y accrocha, et il s’immobilisa brutalement. C’était un grand type vêtu de kaki délavé, large et costaud. Ses yeux gris clair étaient injectés de sang. Une épaisse couche de poussière l’enveloppait de la tête aux pieds. Une de ses mains était crispée sur une grosse canne noire. De l’autre il enleva son chapeau et, sous le regard irrité de la jeune femme, plia son corps dans une courbette exagérée. »

 

Ce paragraphe est l’exemple quasi parfait de ce qu’est capable d’écrire Dashiell Hammett, et montre surtout le style très visuel dont se sert l’auteur et qui est sa marque de fabrique.

Hammett est un pionnier. Il a été le premier à proposer autre chose dans le monde du polar. Il a fait tomber les murs des grosses bâtisses bourgeoises, arraché les lourds rideaux de feutre qui pendaient aux fenêtres hautes de quatre mètres, il a défoncé la gueule aux enquêteurs qui régnaient alors sur le roman policier bien comme il faut, fine moustache et chapeau melon, canne accrochée au poignet ou pipe engorgée au coin de la bouche. Avant lui, les enquêtes se résolvaient sous de hauts plafonds, dans des ambiances lourdes, calfeutrées par des secrets de famille et violentées par la convoitise et la jalousie. Les vieilles rancunes recuites alimentaient les pires forfaits qui trouvaient leur résolution dans un final haletant où l’ensemble des protagonistes, un peu raides sur les canapés de velours, proclamaient leur indignation hautaine devant les accusations du fin limier qui voyait plus loin que le bout de sa pipe. Tout cela était fort bien réalisé, ces histoires parvenaient à emporter la curiosité du lecteur, elles s’avéraient même fignolées si on prenait la peine de démonter la mécanique subtile du récit. Un certain nombre de ces histoires ont même intégré le pinacle du genre, et quelques auteurs sont devenus des icones.

Hammett a déboulonné l’enquêteur immobile, plastiqué le côté linéaire de l’intrigue, défouraillé à tout va sur les us et coutumes du genre et déjà, délocalisé le récit des manoirs à la rue bafouée par le vent, ce labyrinthe de béton qu’est la grande ville, cet enfer où se perdent les âmes et où grillent, un à un, les cupides et les salauds. Mais la ville ne possède pas de morale, c’est un luxe qu’elle ne peut se permettre, elle se fout du bien et du mal, alors il lui arrive aussi de dévorer les gentils et les innocents. L’auteur, père fondateur du Hard-boiled suivi de près par Raymond Chandler et Ross Mc Donald a intronisé le héros narrateur original. Ce héros est un homme chevronné, flic ou privé, souvent solitaire, portant sur la mégapole naissante un regard torve et blasé, comme s’il avait fait le tour de la grande question relative à ce que vaut l’humain dans la multitude. Les personnages de Hammett ne cherchent pas les ennuis, la plupart du temps ils leur tombent dessus sans crier gare. Leur légère naïveté leur confère ce côté humain faillible qui manque à tant flics de la littérature récente. Le privé chez Hammett, ou le flic, le shérif, le détective, se fait souvent mener en bateau un bon moment, un peu perdu dans les rues sombres où dans chaque recoin, un malfrat fourbit ses armes. Souvent, il est pris par surprise par une structure qui le dépasse, mais peut compter sur des appuis fidèles et sur son sixième sens, finalement la seule chose qui compte pour un enquêteur. Mais surtout, sa cuirasse est à l’épreuve de la trahison, et c’est une chance, car dans le monde moderne de Hammett, le dollar, l’argent, tout ce qui rapporte justifie la traîtrise, et c’est grâce à leur insolente ténacité que les héros de Hammett tiennent debout.

En propos liminaire je vous parlais du « style » Hammett. Car il y a un style. Nous sommes assez éloigné des Steinbeck et des Faulkner sans pour autant que le texte s’en trouve appauvri. C’est un festival d’humour forcément noir, de scènes spectaculairement visuelles, des choses cinématographiques abouties, des phrases, des paragraphes au bout desquels surgissent des images très nettes, d’une efficacité absolue.

Ce passage, page 61 en donne une idée : La porte s’ouvrit à toute volée. Deux têtes se penchèrent à l’intérieur de la pièce. Puis les propriétaires des têtes suivirent. »

Hammett écrit à l’économie mais parvient à être généreux. Chaque mot est utilisé pour une raison valable, et c’est assez direct. En cela, Elmore Léonard est un de ses plus beaux héritiers. Mais loin de se compromettre dans des romans étayées uniquement sur les effets pyrotechniques, l’auteur peaufine ses ambiances, fait baigner ses personnages dans leur jus de ville, entre les klaxons et les grandes façades éclairées de mille ampoules, dans les arrière-cours crasseuses où agonisent les petits délinquants, dans ces zones périphériques qui hésitent entre passé et futur, trempant dans un présent hybride, où les ultimes hennissements des montures se confondent avec les frémissements des voitures et de l’acier des buildings.

Avec sa plume aérée, le père fondateur travaille au corps ses personnages avec beaucoup dialogue intérieur et les met à l’épreuve de son obsession, la perversion et la corruption de la grande ville.

Cet ouvrage qui vous propose trois nouvelles (Cauchemar ville, Un petit coin tranquille, Crime en jaune), vous offrira bien plus qu’un aperçu du talent du client. D’autant plus que son grand personnage, le tutélaire Sam Spade, n’apparaît pas dans ce livre.

En lisant Hammett, vous vous offrez le luxe de voir le travail de précision de quelqu’un qui a inventé quelque chose. Une sacrée expérience.

Traduction révisée par J-F Amsel

Seb.

Une immense sensation de calme, Laurine Roux (Editions du Sonneur) par Seb

« Jusqu’à ce qu’elle apparaisse. La mer. Noire et offerte à la nuit, livrée à la lune et au vent, vaste étendue frangée de montagnes, théâtre de la rencontre des colosses, du choc des titans, la mer venant incessamment frapper la pierre, les murs de roche s’opposant à ses attaques tels des gardiens de terre élevés au-dessus de l’eau. Et puis il y a ce ruban de sable, petits grains insignifiants qui crépitent au passage des vagues, millions de minuscules témoins du travail immémorial de l’eau sur la pierre, de ses coups de langue insistants qui érodent petit à petit la forteresse, la réduisant en poudre à force de constance et d’opiniâtreté, la plage couchée en signe de soumission. »

L’histoire : Une jeune fille, qui vivait avec sa grand-mère qui est juste morte, rencontre un homme particulier, Igor. Il n’est pas comme les autres, quelque chose irradie de sa personne, il semble surnaturel. Ces deux-là vont faire la route ensemble, au cœur d’une nature foisonnante. Ils vont traverser un pays, une époque et des légendes, et écrire leur histoire.

119 pages, c’est tout ce que contient ce livre. La preuve que la quantité n’apporte pas toujours la qualité. C’est le titre qui m’a attiré. Il y avait comme une promesse.

Ce livre, c’est un risque. Un grand pas de côté loin des grands chemins très fréquentés de la littérature habituelle. Si tant est qu’il existe une chose semblable. Ce livre est un pari le peu fou de raconter, ou plutôt de conter (et ça fait une différence) une histoire singulière, avec des ambiances particulières, au milieu d’une nature indifférente, qui se contente d’être ce qu’elle est, mais qui n’en est pas moins superbe. Elle est superbe parce qu’elle ne cherche pas à l’être.

Au début je me suis demandé si j’allais aimer, parce que ce récit est très différent de ce que je lis, de ce que je connais. De plus, la contrée où se déroule l’histoire m’est inconnue d’un point de vue littéraire et romanesque. Mais s’aventurer en terrain inconnu n’est-il pas ce que cherche tout lecteur quand il ouvre un livre ? J’espère que si.

Il n’est pas impossible que toute la force de ce roman/conte réside dans son écriture. Je n’ai pas le souvenir d’avoir jamais lu quelque chose qui s’approche de cela. Une tempête de neige dans les Montagnes Rocheuses ce n’est pas une tempête de neige dans le Caucase ou la Sibérie, c’est la même chose et pourtant ça n’a rien à voir. Tout tient dans la description et le ressenti. Laurine Roux arrive à cela, faire de ce bouquin une chose à part, qui ne peut exister que sous cette forme-là.

Tout dans ces pages est dur. Nous sommes dans un monde vaste, tout entier abandonné à la nature. Une vieille catastrophe plane partout. Son souvenir est toujours présent. Et si on oubliait, les Invisibles le rappelleraient. Le froid est vraiment froid, il peut tuer, l’eau des lacs est vraiment de l’eau, et sous sa fine lamelle irisée se cache peut-être un danger. Les forêts sont réellement des forêts, impénétrables, mystérieuses, et pourtant d’un coup on est dedans. C’est le domaine des loups, des ours, c’est l’endroit où règne la loi ancestrale du plus fort et du plus résistant, où seul celui qui s’adapte conserve une possibilité de survivre. Ici, la nature on la prend en pleine tronche. Ce qui est étonnant et réussi, c’est que l’auteure nous assène la dureté avec de la douceur, une caresse qui se coule dans son style, c’est indéfinissable. Il en naît un équilibre.

C’est difficile de parler d’un tel ouvrage. C’est une flèche tirée avec tout dedans. Les personnages que l’on croise sont d’une grande dignité et d’une humilité avérée face à leur minuscule place dans le monde. Ils vivent de peu mais avec panache. Ils passent leurs journées et leurs nuits à faire des choses « utiles », accomplissant de vrais gestes surgit de la nuit des temps. Ils ressentent, ils pensent, ils éprouvent, ils sont. Sous le rouleau du temps et la course des nuages ils font leur trace, à la merci d’une tempête hivernale ou de n’importe quel autre danger. Ils vivent des choses intenses à l’intérieur d’eux-mêmes, ouvrent des portes invisibles, découvrent des espaces insoupçonnés à l’intérieur de leur propre pensée. Ils trimballent un univers avec eux. Il y a aussi une grande place laissée à l’oralité, la transmission par la voix et la mémoire, qui génère aussi les légendes et les croyances.

« Cela fait longtemps que je n’ai pas pensé à Ama et Apa. Ils sont rangés dans ma tête comme de vieux habits d’un autre temps qu’on a fini par délaisser. Et un jour, sans trop savoir pourquoi, on les retrouve au fond de l’armoire. Le temps les a abîmés. Ils sentent le renfermé. Mais quelque chose reste intact à travers les ans. »

Sans pouvoir dire pourquoi, quelque chose dans l’atmosphère m’a fait penser à des passages du livre Le cœur du pélican, de Cécile Coulon, surtout dans la dernière partie, quand Anthime s’engage dans cette course sauvage en pleine nature.

Peut-être que finalement cette histoire est l’histoire de gens qui ont compris que le seul moyen de vivre vraiment est de faire corps avec les éléments, l’eau, la terre, la roche et la pluie, le vent, le chaud et le froid. Qu’il est primordial de ne pas avoir peur de la nature, de s’en méfier certes, mais d’y vivre totalement. D’accepter les évènements, de vivre ce qu’il y a à vivre et d’en conserver une trace dans son être. De s’écouter en ses instincts, sans s’agiter mais sans somnoler dirait Marc-Aurèle.

Peut-être qu’un livre est réussi lorsqu’on se dit en le refermant qu’il ne pouvait pas être écrit d’une autre manière et par une autre personne.

Seb.

Ecume, Patrick Dewdney (La manufacture de livres, collection Territori) par Seb

« Ils sont six corps, tassés dans l’espace minuscule. Leur peau est noire, si noire qu’on ne voit que l’éclat des orbites, des dents et des sillons humides de la sueur et de l’eau. Ils se serrent. Ils murmurent, un flot haché qui s’insinue entre le crachat du roulis, la musique du moteur et les ombres tranquilles de la nuit. Cette nuit, comme toutes les nuits, le père est vissé au gouvernail, perdu dans les regrets et ses pensées minérales. Il n’a cure des terreurs qui se disent. »

Dans la dédicace que l’auteur m’a griffonnée avec application, de cette écriture métissée de minuscules et de majuscules, tout est dit : Ecume est une histoire d’eau, Ecume est surtout une histoire de fureur, qui dit la mise à mort d’un monde. »

L’histoire : La Gueuse est un vieux navire de pêche rebaptisé par un drame. Dessus, un père et son fils labourent l’océan pour en tirer leur subsistance. Avec l’horizon d’un côté, les réfugiés à passer en douce, la démence qui erre et la folie des hommes. Sur les flots dézingués, leur destin, maudit par le passé, s’apprête à basculer.

Au début, j’ai été décontenancé. Parce que j’étais encore bien installé dans les godasses âpres et magnifiques de Crocs, le précédent roman que j’avais lu de Patrick Dewdney. J’ai été perturbé parce que ce récit prend le contre-pied du précédent. Dans Ecume, on a l’impression d’évoluer en permanence sous un ciel sombre, qu’il pleut sans cesse, que le monde essore ses paupières de larmes et que la fin est proche. La narration lancinante corrode nos nerfs, mange notre moral comme si la lumière baissait au fur et à mesure de la lecture. Le père et le fils, les deux personnages, presque les seuls, évoluent sur l’océan indifférent comme deux puces sur le dos d’un chien. Ils traînent chacun leurs turpitudes, leurs tourments, des tonnes de regrets et des peines pour un continent tout entier. Sans parler de la cargaison de folie du père.

Au contraire de l’excellent Crocs, Ecume est une lente agonie sublimée par des mots tantôt tranchants, tantôt effleurant. À l’opposé de Crocs, Ecume ne s’agite pas dans la frénésie de la fuite, dans le sillage de laquelle se dépose la haine, la colère, la radicalité. Dans Ecume, on sillonne, on tourne et on vire, le narrateur tient la barre avec fermeté et poésie, et les mots qu’il remonte dans ses filets sont autant de poissons rares qui zèbrent la nuit de leur éclat éphémère. Dans Crocs le personnage nous contait sa vie, ses pensées et son parcours, avec une grande urgence. Dans Ecume le narrateur tient les deux personnages dans sa paume humide et salée, et il nous les montre de son doigt gracile, il prend tout son temps et puis il nous signale les étoiles toujours en veille, toujours prêtes à nous rappeler notre insignifiance.

Cette histoire est capable de vous emmener par le fond, par ses colliers de mots magnifiques, par ses incantations sublimes, ces fugacités qui entretiennent le feu de la littérature. Cette histoire sinue entre le ciel infini et l’océan mystérieux, entre les hauteurs célestes et les abysses terrifiants, nous sandwichant entre les sentiments rêches et des espoirs décousus, où le sel attaque les vieilles blessures et ravive les cicatrices sans cesse rouvertes par la terrible volonté du regret amer, des journées interminables et semblables, où les gestes répétitifs sèment la mort dans un flot de sang noir.

Ecume vous mettra des bijoux dans les yeux et du charbon dans le cœur, parce que c’est beau et parce que c’est d’une noirceur insoutenable, parce que ce père et ce fils nous émeuvent, nous terrifient.

Ce roman est une épreuve de force, celle des éléments insoumis, des êtres blessés à mort, des silences plus vastes que les mers. C’est l’agonie d’une nature qui se bat, malgré tout, en dépit de la débilité atavique des humains, c’est deux mondes qui se télescopent et se fracassent dans un feu d’artifice lyrique dont les feux brillent encore, bien après avoir tourné l’ultime page.

Avec Ecume j’ai trouvé ce que je cherche quand j’ouvre un livre : une langue sans pareille, un voyage, des émotions au travers de personnages façonnés, la critique vigoureuse de quelque chose qui rend le mal visible. C’est déjà beaucoup non ?

J’aurais pu citer une vingtaine d’extraits, je vous laisse avec celui-ci.

« La tempête en déflagrations mouillées, gronde et harangue l’océan de vagues grises. Cherche à peler les côtes jusqu’à leurs ossements de schiste. En-dessous du sable grignoté, les montagnes anciennes se terrent et planquent leurs pics rongés. Trois chaines de roche enfouie, tassées les unes sur les autres, et toutes ont déjà connu l’usure terrible du monde. »

Seb.

Le camp des morts, Craig Johnson (Gallmeister – Totem) par Seb

Traduit de l’américain par Sophie Aslanides

 « Il y eut un silence. Il avait marqué une pause, et tout ce que je parvins à me dire, c’est que ce serait la dernière chose que je verrais. Le temps s’arrêta et ce fut comme si l’air était mort, comme si les flocons de neige restaient suspendus tel un mobile aérien au moment où je plongeai les yeux dans la noirceur de son visage. J’attendis tandis qu’il chancelait dans le silence. » 

Je n’ai pas pu m’en empêcher. Je l’ai dévoré. Et pendant que je me baffrais de mots et de phrases j’ai ri au moins une bonne quarantaine de fois. De ce rire qui jaillit, clair et franc, sincère, qui fait du bien. Pourtant c’est un polar et il recèle de la tristesse et de la noirceur, mais sur ces flots-là, surnage un certain espoir et un humour vif et roboratif.

Craig Johnson je l’ai découvert sur le tard, et entre lui et moi il y a un truc. Et le meilleur quand on fait une découverte aussi belle bien après les autres, c’est de contempler tous les bouquins qu’on a pas lus et qui nous attendent.

L’histoire : Au foyer des personnes dépendantes, une vieille femme, Mari Baroja est retrouvée morte. Malgré la banalité de l’évènement, Lucian Connally, l’ancien shérif de Durant demande à Walt Longmire d’enquêter. Lucian et Walt c’est une très longue histoire. Le premier a recruté le second il y avait un sacré paquet d’années, le second avait servi tout ce temps sous les ordres du premier, et ils avaient beaucoup appris l’un de l’autre. Alors évidemment, Walt va fouiner, et il va trouver des éléments bizarres en même temps que plusieurs évènements à priori sans liens surgissent comme le tonnerre sur le comté d’Absaroka. De fil en aiguille, de mensonges en mauvaises pensées, de rebondissements en fouille minutieuse du passé, entre appât du gain et rancœurs recuites, notre valeureux shérif va avoir fort à faire, et le renfort de son ami si fiable Henry Standing Bear ne sera pas de trop.

Ce que j’apprécie énormément chez Craig Johnson, c’est l’humanité qui se coule dans les pages comme la lumière se coule dans le jour. Il nous plante une histoire dans un des coins les plus paumés d’Amérique et le grand et unique lien que l’on débusque sous l’ombre des Big Horn Mountains c’est l’humanité et la solidarité. C’est un des effets de la nature directe et toute puissante, sous son joug, les humains se rapprochent et s’entraident, ou meurent seuls. Parce que la nature là-bas c’est quelque chose. Et l’auteur ne peut pas résister au plaisir de planter son récit en plein hiver, et les hivers dans le Wyoming c’est quelque chose qui tient de l’inatteignable et du magique. Du féroce aussi. Les tempêtes de neige déferlent sur le comté comme le ressac sur une plage trop isolée, les congères sont comme des vagues figées par le froid, la neige semble ne jamais devoir cesser de tomber, les montagnes n’en finissent pas d’être sublimes et partout, cet air sans limites, cet horizon qui épouse le ciel et la terre, entre les nuages obèses et les sommets aiguisés comme des crocs d’ours débonnaire.

Alors oui, le décor est bien plus que cela, il est un personnage, mais un personnage qui ne ramène jamais sa fraise, qui se contente d’être là, posé, à compter les heures et les années, qui n’intrigue pas avec les autres personnages humains, mais qui exerce quand même son influence par sa simple présence, son grand pouvoir immobile sous la baguette des saisons. La colère d’un homme n’est pas la même sous le blizzard et devant les arêtes colossales de montagnes millénaires.

Dès les premières lignes, j’ai retrouvé les sensations que j’avais eues lors de la lecture de Little bird, cet univers qui tient sacrément bien la route, même verglacée. Il y a dans l’écriture de Craig Johnson cet allant, cette générosité palpable, qui nous transporte et nous soulève, dans une joie qui déborde parfois. La narration à la première personne du shérif Walter Longmire est un régal, parsemée de traits d’humour quasi permanents, de joutes verbales entres les protagonistes du département de police ou avec Henry « l’ours », et en particulier entre le shérif et son adjointe, Vic, un volcan sensuel qui agît comme un révélateur de pas mal de pensées de Walt. Entre eux c’est «je t’aime moi non plus», et leur art de l’esquive n’a d’égal que celui de la répartie caustique.

Le sens de l’auto-dérision du shérif est un des atouts de cette histoire et je le pressens, de cette série en cours. C’est une délectation au fil des pages. Mais là où cela devient très subtil c’est qu’au travers de l’humour maîtrisé, l’auteur fait passer des messages sur l’histoire de ce pays, son histoire sanglante, comme page 189 : C’est une tradition de l’Ouest qui existe depuis toujours : en cas de doute, accusez l’Indien.

Mais il y a aussi cette capacité à construire des scènes cinématographiques hilarantes, page 353 : L’endroit était bondé. Tout le monde se figea quand ils virent entrer un shérif armé, deux adjoints, un Indien et un ouvrier ; ils durent nous prendre pour les Village People. 

Cela dit, n’allez pas croire que ce roman policier est burlesque, non. Il explore les méandres sombres et inquiétants de l’âme humaine, il nous fait côtoyer de bien tristes sires et des individus qui ne valent pas la corde pour les pendre. Grâce à la plume de Craig Johnson, on sait tout des velléités des méchants, de leurs turpitudes et de leurs misérables motivations, et pour contrer tout cela, il faut bien toute la bonne volonté des gens de bien, qui se serrent les coudes pour tenir debout ce coin de pays perdu qui réclame sa part de beauté et d’honnêteté. Parce que finalement, tout est là. L’auteur célèbre les gens bien, j’aurais même pu dire les gens bons (parce qu’il y a dans cette histoire des ressortissants basques). Même s’il met à jour le côté obscur du pays, avec ses plaies béantes qui refusent de coaguler malgré les années et les décennies, l’auteur braque le projecteur sur ces liens indéfectibles que l’on retrouve peut-être plus qu’ailleurs là où la vie est dure, la où la nature vous en met plein la gueule.

Le plus fort, le grand tour de main, c’est de faire apparaître le destin tragique des nations indiennes en filigrane, et en creux, le télescopage d’une civilisation basée sur la relation au réel (la nature, le vivant et l’immatériel, le spirituel) avec celle qui voue un culte aveugle au dieu argent. Il en résulte que la plupart des indiens des romans de Craig Johnson sont des déclassés.

Craig Johnson manie la plume comme Walt Longmire son calibre, avec précision et talent, comme à la page 206 : …j’admirai le vent incessant du Wyoming qui balayait les crêtes des congères comme une rafale qui étête les vagues de l’océan.

Ou page 313 : Il nous regarda tous les deux, ses yeux noirs étincelants comme les dos de truites affleurant dans les eaux sombres.

Avec ce deuxième opus des aventures du shérif Longmire, Craig Johnson construit et façonne un héros inconnu de l’Amérique, de ceux qui soutiennent les murs porteurs de la société, un éclaireur des lieux obscurs, un personnage faillible d’une considérable humanité, un géant généreux au cœur d’argile et à l’humour ample et dévastateur.

Le Wyoming au ciel si bleu vous attend, et si vous croisez un shérif immense et un peu empâté flanqué d’une adjointe bien roulée aux yeux vieil or, vous saurez que vous êtes arrivés.

Seb.