Ce que l’on sème, Regina Porter (Gallimard, Du monde entier), par Aurélie

Wahou ! Un 1er roman, vraiment ? Comment du 1er coup arriver à une telle maîtrise romanesque ?

Il y a une telle intensité dans le tourbillon des vies des personnages qui se croisent et se recroisent pendant des décennies ! Entre l’immédiat après guerre et la présidence Obama, c’est toute une société qui nous est contée à travers deux familles aux ramifications surprenantes. Une famille noire, une famille blanche voient leurs arbres généalogiques s’entremêler autour de deux enfants.

Regina Porter propose au lecteur des dizaines d’années à reconstituer comme un puzzle. De secrets de famille en grands événements historiques, chaque pièce trouve sa place petit à petit dans un va-et-vient étourdissant entre les différentes époques.

Un grand roman américain. Aussi fort que beau.

Traduit magnifiquement de l’anglais (États-Unis) par Laura Derajinski.

Aurélie.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Résoudre : *
14 + 14 =