Corruption, Don Winslow, Harper Collins Noir, par Bruno D.

Ce livre n’est pas un roman, c’est un scénario pour le cinéma. J’imagine aisément un Brian de Palma ou un Clint Eastvood derrière leur caméra avec leur cadrage affûté et une lumière appropriée qu’ils savent maîtriser, pour retranscrire l’atmosphère bien particulière de cette histoire. Comme dans les bouquins de Lehane, je pense au superbe « Mystic River » adapté par le grand Clint au cinéma, on sent peser dès le départ une ambiance complexe et vénéneuse, une espèce de cuisine du diable ou tous jouent un rôle ; les flics, les dealers, les truands, les lopettes, les politiques et hommes d’affaires plus ou moins troubles. Et au milieu de cela, on trouve la population locale blanche, noire ou basanée ; Italiens, Mexicains, Américains, Portoricains etc…………..ainsi que la drogue et les armes, vecteurs de violence, de passions et de pouvoirs, qui peuvent vous éclater à la gueule du jour au lendemain.

Don Winslow nous sert ici une œuvre magistrale, longue, profonde et puissante ou Denny Malone, roi de Manhattan Nord et chef de l’unité spéciale du NYPD, « La Task Force »(constituée de fidèles triés sur le volets, des amis) est au cœur de ce récit d’une précision chirurgicale.

Corruption est un titre violent qui s’impose. Il démontre et démonte les rouages d’une société rongée par des maux de plus en plus sombres, asservie par la poudre et l’argent. Dans un New York dépeint comme jamais, il est question d’abord de survivre et ensuite de se servir avec avidité et cupidité, le plus discrètement possible. C’est du noir qui vous grattera jusqu’au fond des tripes tellement c’est dérangeant et magnifiquement écrit.

Les personnages ont un charisme fou de Parrain sicilien ; flics ou voyous, ils ont de l’épaisseur et certains principes, mais peu de moralité finalement, et ce petit monde pousse ses pions comme des joueurs sur un échiquier en pensant qu’ils sont intouchables ! Pourtant, un jour, au coin d’une rue, d’un immeuble, d’une descente, d’un flag, ou d’un règlement de compte, la mort est à portée de balles et la justice des hommes n’est rien en face de la violence des gangs. Ici, on vit, on meurt d’un claquement de doigts, comme ça, soudainement, alors qu’on pensait l’instant d’avant que la vie était belle, et ce pour de longues années encore.

Dégringolade d’une étoile, d’un intouchable, d’un flic dont le frère pompier est mort le 11 septembre, ce roman majestueux d’une Amérique meurtrie par les attentats, est aussi celui d’une Amérique qui ne réalise pas ce qui se passe sous ses yeux, dans ses rues, chaque jour.

Le 11 Septembre a marqué les esprits d’un coup, mais la réalité quotidienne est sans doute bien plus terrible parce qu’on finit par ne plus s’en rendre compte.

Don Winslow décrit ce New York pourri de la tête au pied, des cimes du pouvoir aux bas fonds avec une vista et une force incroyable. New York, la ville à la pomme, n’est plus qu’un trognon bouffé par les vers. C’est époustouflant et d’une grande méticulosité, un peu lent tout de même. On se demande si l’auteur n’a pas exercé certaines fonctions au cœur de cette police et de cette ville tellement le rendu est impressionnant.

Don Winslow ne rate absolument pas son retour en France avec ce scénario mettant en scène gangs et polices .Y a t il un peu de place pour la justice, la rédemption et un racisme moins marqué envers la population noire ? Pas sûr du tout. Mais vous vous ferez votre opinion en décodant et en lisant ce fabuleux récit d’une Amérique rongée par de multiples maladies que nous livre sans concession un Don Winslow au sommet de son art. Quel pied les amis !

Traduit par Jean Esch.

2 réflexions sur « Corruption, Don Winslow, Harper Collins Noir, par Bruno D. »

  1. Tout à fait d’accord, je pense que c’est quasiment du niveau de « La griffe du chien » et de « Cartel ». C’est de bon augure pour « The Border », la fin de sa trilogie à paraître en anglais l’année prochaine!

    1. Merci pour cette éclairage….Bien qu’ayant en pal les deux ouvrages cités, c’était mon premier de Don Winslow…..comme quoi tout finit par arriver….. Un bouquin concentré et sérieux, que j’ai lu avec passion . Les premières fois sont quelquefois difficiles, celle ci s’est passée avec plaisir, et je comprend l’enthousiasme du Boss pour cet auteur.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Résoudre : *
54 ⁄ 27 =