Eloge des bâtards, Olivia Rosenthal (Verticales), par Lou

Olivia Rosenthal elle raconte une histoire de grandes personnes et elle continue d’aimer le cinéma. Pas un cinéma que je regarde. Plutôt celui qui est en noir et blanc ou en technicolor et que je fantasme quand je vois les plus vieux en parler. Alors du coup je fantasme aussi quand Olivia Rosenthal raconte des histoires de grandes personnes avec des références de cinéma dedans.

(Qui sème la poussière récolte le désert)

Lily elle a le don de télépathie d’un coup d’un seul après avoir vu un poissonnier. Alors elle se dit que ce don il doit être profitable.

Ellipse.

L’autrice parle des groupes qui se rassemblent pour des idées communes. Pour pas rester à rien faire pendant que le monde sombre. Les groupes c’est toujours des gens qui se rassemblent pour une cause commune mais c’est quoi qui fait que dans le groupe ils se ressemblent ? Je crois que ce serait super réducteur de dire qu’Éloge des bâtards est un roman sur l’empathie.

Chacun leur tour, Oscar, Full, Sturm, Gell, Clarisse, Filasse, Macha, Fox et Lily vont se livrer à une pratique qui vise à renforcer leurs actions révolutionnaires, tenter de trouver le point commun qui va vraiment les rassembler. Et ce sans que le pouvoir télépathique de Lily n’intervienne (ce qui doit être sacrément dur quand tu te rends compte que Lily est la narratrice et du coup un peu la voix de l’autrice quand tu cherches à faire des mises en abîmes).

Ce sont des histoires de grandes personnes parce qu’elles parlent du passé des Pieds Noirs, d’Algériens orphelins, de Juifs déportés, d’enfants abusés, de parents ravagés. Mais Olivia elle est sacrément fortiche parce que les personnes ont beau être grandes, la présence des parents dans ton enfance elle établit direct ce que tu vas être et du coup elle transforme l’histoire de grandes personnes en histoires de gosses qui se sont construits sur l’histoire du 20e siècle.

Et aussi peut-être parce que ce sont des bâtards chacun à leur façon si tu veux tout savoir. 

(Mange ta peur)

Ça crépite dans le ventre, pas des crépitements d’allégresse ou quoi. Ça défile en faisant des pops comme si tu sentais les noeuds se former dans ton bide, qui se délient par la suite pour en créer des nouveaux jusqu’à ce que ce soit la fin du livre.

En général quand je lis un livre en un jour c’est que tu peux y aller les yeux fermés. Bin là ouvre les quand même pour bien que ça s’imprime sur ta rétine. Parce que t’as vraiment pas envie d’oublier de quoi ça parle Éloge des bâtards. 

J’ai l’impression d’avoir pris 20 ans de plus, j’ai envie de terminer mon paquet de tabac, attendre que le jour se lève avant d’aller travailler et de regarder les gens qui défilent en leur inventant des histoires pour voir ce qui pourrait faire que j’ai des choses communes avec eux tu vois ? Comme si t’étais triste d’un truc chiant et que le seul réconfort ce serait de voir des gens solitaires qui font des actions solidaires pour détruire un pouvoir totalitaire.

C’est assez dingue, finalement toute cette empathie. 

Pfiou.

Allez salut hein !

Lou.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Résoudre : *
17 ⁄ 17 =