Et toujours les Forêts (Sandrine Collette – Editions JC Lattès)

Sandrine… Oh Sandrine…que vous êtes merveilleuse. Ceux qui me lisent depuis quelques années connaissent mon engouement pour vous, les autres… Voilà quoi… On vous compare pour ce dernier roman à MC Carthy…mais on oublie déjà Robert Merle et surtout votre plume unique car vous êtes incomparable. Comme eux, vous avez votre propre style et vos propres mots et qui n’a jamais lu plus de deux fois la même trame de base écrite par des auteurs différents me jete un parpaing, je saurais l’éviter.Oui, je l’admets j’ai eu peur au début de vous voir transcrire ou transformer ce qui avait déjà été fait…. Mais oh ma chère Sandrine vous rester comme quelques unes de vos consœurs francophones une perle. Vous avez comme Barbara, Elsa, Nathalie et Jérôme (Zut un mec dans une liste de femmes), Sonja, cette qualité d’écriture qui transcende une fiction en une réalité qui nous touche.De pseudo-fictions vous nous écrivez des réalités qui nous giflent et qui devraient nous obliger à réfléchir….(comme j’aimerais que mes filles soient en âge de vous lire…comme j aimerai que vous leur expliquiez vos inquiétudes et vos doutes sur notre avenir)Vous êtes douée madame Sandrine. Vous nous effrayez, nous faites douter, nous inquiétez tout en nous contant une fable que hélas la base ne comprendra pas… (mais ça on a l habitude).Je ne peux m’empêcher d’avoir froid dans le dos quand je vous lis ( troisième fois déjà après Les larmes et la vague…). Vous avez cette lucidité des espèces en voie d’extinction, cette plume douloureuse d’un monde qui se détériore et qui meurt, inconsciemment, sans réagir, petit légume se terrant dans ses catacombes, se vantant et tirant des plans d’avenir sur des comètes qu’il ne verra jamais plus parce qu’il aura disparu. Vous savez nous mettre face à nos responsabilités, à notre insouciance puérile (celle du toutefaçononserapluslàpourlevoiretpuiscestpasnotrefauteànousqu’estcequonpouvaitfaire?), notre je m’en foutisme égocentrique et notre bonne conscience de bon aloi parce que nous faisons de temps à autre attention ou que nous allons garer notre voiture au plus près du lieu d’une manifestation pour le climat ou que nous ramassons de temps à autre un déchet trainant sur le trottoir bitumé d’une ville respirant l’oxyde de carbone; Mais une fois rentré, le week-end arrivant nous allons faire nos courses consuméristes dans ces grandes surfaces et ajoutons une pierre à notre monde qui se déséquilibre, nous laissons couler l’eau quand nous nous brossons les dents, nous sur-consommons avec nos téléphones, tablettes, téléviseurs, sans penser même à éteindre régulièrement les lumières ou les débrancher. Nous surconsommons et nous nous suicidons chaque jour à petit feu, entraînant nous mêmes nos enfants à leur perte.Alors oui j’ai aimé cette quête survivaliste, cette volonté de survivre, ce besoin de retrouver ses racines, cette lutte pour reconstruire à tous prix et quitte à outrepasser son humanité. Parce qu’au final qu’est-ce que l’Humanité que nous proposons? Un grand vide émotionnel, une absence de relation humaine, un désespoir naturel et mélancolique qui ne disparaît que quand nous consommons à outrance sans jamais penser ni à autrui ni à ce demain qu’un jour nous ne verrons plus.Oui au final, l’Homme n’est qu’un animal mais au moins la Bête a-t-elle une conscience du besoin de se préserver et de se reconstruire, de se protéger et de défendre sa meute.Pourquoi n êtes vous pas plus reconnue, comme vos confrères sus-citées.?Vous, ces auteurs qui ne se contentent pas de vendre mais qui racontent ce que nous sommes, ce que nous allons devenir, ce par quoi nous allons périr (C est à dire nous et non pas un pseudo tueur masqué massacrant à tout va par envie par besoin ou par traumatisme infantile parce que C est pas sa faute à lui….)Pourquoi votre écriture si réaliste et objective, fouillée,documentée, travaillée ne prend elle pas plus de place ? Le lectorat français serait il aussi limité qu on le dit de l ensemble de notre pays à l’étranger où l on se moque de nous et nous trouve incivilisé, sans gêne et en territoire conquis ? Oui… Je le pense. Vous avez encore une fois su nous ramener à ce que nous sommes nous le vieux continent…des vieux avant l heure, des cons insouciants et stupides qui un jour se lamenteront des catastrophes qu ils auront engendrés remettant bien évidemment la faute sur autrui. J aime vous lire madame Sandrine.. Et purée vous valez de nombreux pris renommé à vous seule…mais non, en France on préfère les potes de ceux qui ont des entrées ou qui écrivent des fadeurs insipides qui vendent…En tous les cas… Continuez

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Résoudre : *
16 ⁄ 4 =