Histoire d’une baleine blanche, Luis Sepulveda (Métailié), par Fanny

Voici un cadeau. Un cadeau à faire à la jeunesse qui part défendre le climat dans la rue, un cadeau à faire aux plus vieux pour célébrer le chant de la vie, un cadeau à faire aux arrogants rois du monde, un cadeau d’une mère à son enfant.

L’ histoire de Luis Sepúlveda est un conte, traduit par son éditrice, Anne-Marie Métailié, un roman intemporel qui nous transporte au Chili, entre l’île Mocha et la Côte.
Intercalé avec les beaux dessins noir et blanc de Joëlle Jolivet, ce texte poétique et magnétique de l’auteur du « Vieux qui lisait des romans d’amour », vient nous parler de nature sauvage et d’hommes affamés.

Un cachalot couleur de lune s’éteint sur le rivage et le peuple des lafkenche, « peuple de la mer », vient pour l’emporter afin d’honorer, de sa présence, le fin fond de l’océan. C’est ainsi que commence l’histoire de cette baleine blanche qui va nous raconter son histoire.

J’ai plongé avec ce cétacé hors norme, qui nous dit sa naissance, sa vie, son secret et la mort de son âme. Il m’a confié les jours de tempête, la folie destructrice de l’espèce humaine, les naissances, les traditions des peuples premiers, l’amour et la contemplation du monde.

Voici Mocha Dick, l’immense cachalot blanc qui venait des entrailles de l’océan Pacifique.

Un voyage happant, éblouissant.

Traduit par Anne-Marie Métailié.

Illustrations de Joëlle Jolivet.

Fanny.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Résoudre : *
25 × 27 =