La Brigade des Chasseurs d’Ombres, Chrysostome Gourio (Sarbacane, collection Exprim’), par Lou

Eh minou ? Tu t’es déjà demandé si on pouvait créer un lien entre des légendes amérindiennes, Lovecraft, Baudelaire, des divinités nordiques et Lemmy Killimister ? 

Te casse pas trop longtemps le cul en t’arrachant les cheveux à y réfléchir ou quoi hein, y’a Chrysostome Gourio qui s’y est collé. Aux petits oignons en plus.

Et j’me suis tellement marré. En bon gros geek, j’ai eu l’impression d’bouloter le mélange parfait entre les prophéties hallucinantes de Buffy contre les Vampires et l’humour lycanthtrope du Teen Wolf avec Michael J. Fox. T’ajoutes à ça des bonnes grosses influences type La Ligue des Gentlemen Extraordinaires, et après tu regardes la petite filmo qui a servi à l’auteur pour écrire son bouquin et t’as pu qu’à te glisser easy ces 330 pages de pure dinguerie.

C’est Hugues et Lazare (putain même les prénoms sont choisis pour me faire kiffer) tu vois ils sont au Canada et ils doivent retrouver des militaires (un peu comme dans Predator si tu te rappelles), et comme dans le film de McTiernan, une fois retrouvés, c’est bien évidemment de pas mort naturelle qu’ils sont décédés. Déchiquetés les mecs, genre bien sanguinolents et tout hein. Et là BAM y’a Hugues et Lazare ils se font en plus attaquer par un loup et un ours mais en mode ultra vénère. 
Pis forcément y’a Lazare qui se fait mordre et t’es embarqué dans une aventure méga fêlée avec pas trop le temps de respirer.

Bon je t’en dis pas plus mais j’ai vraiment pris mon pied à essayer de décortiquer tous les anagrammes possibles des noms des personnages, j’me suis perdu dans des encyclopédies dark pour savoir d’où venaient le nom des prophéties. 

Petit clin d’oeil à Arkham mais je te laisse deviner où. Ça m’a fait penser à un film avec Ben Kingsley qui règne sur un asile au 19e siècle ambiance Mary Shelley un peu (putain c’est quoi ce film tiré d’un truc de Poe, aidez moi bordel !)

Voilà en fait La Brigade des Chasseurs d’Ombres, ça va satisfaire ton petit égo de gros geek et de culture pop à essayer de pécho tous les clins d’oeils, kaméos, crossover qu’il peut y avoir dans le bouquin.

On pense pas mal au Livre sans nom, et du coup aux délires de Robert Rodriguez, impossible de pas penser à Une Nuit en enfer tellement ça gicle de partout ambiance tripes à l’air et goules dégueulasses qui explosent à tout va. 

C’est typiquement le genre de bouquin dont t’as besoin pour souffler un coup entre deux romans qui t’ont bien plombé la gueule ou qu’on a trouvé hyper dense niveau littéraire. 

Enchaîne donc là dessus et dis moi ce que t’en as pensé ça me ferait grave plaisir !

See ya 


Lou

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Résoudre : *
2 + 12 =