La vie en chantier, Pete Fromm (Gallmeister), par Aurélie et Fanny

Marnie et Taz sont fous amoureux. Il vivent d’amour et d’eau fraîche (leur point de baignade secret dans le Montana) et préparent l’arrivée de Midge qui arrondit de plus en plus le ventre de sa mère. Mais Taz et Midge rentrent seuls de la maternité…

Commencent alors quelques centaines de pages de toute beauté. Taz se laisserait bien aller à la dérive mais ses proches l’entourent et le portent à bout de bras pour que lui-même puisse donner à Midge le cocon idéal pour grandir.

Ce roman est comme une caresse, un baume. La pudeur des sentiments face à la violence du deuil est d’une force inouïe et fait flotter le lecteur dans un nuage de douceur, le menant à avoir un regard neuf sur les petites choses du quotidien comme sur les grands défis que la vie nous impose.

Traduction de l’américain par Juliane Nivelt.

Aurélie.

Mais comment fait-il pour vous prendre au cœur si totalement ?. Pete Fromm est de retour pour un roman sublime « La vie en chantier », traduit par Juliane Nivelt.

Marnie et Taz sont amoureux, ils vivent une vie de chantier, la rénovation entière d’une bicoque, le travail du bois, les amis, la nature, le partage. Un jour, Marnie montre à Taz un test de grossesse positif. C’est le départ pour une nouvelle aventure qui, trop vite, tournera court. Taz revient seul avec l’enfant.

Avec cette incroyable finesse de trait, Pete Fromm dessine ce nouveau chemin, abrupt, que Taz doit emprunter, jeune veuf épris d’un amour parti trop vite qui doit continuer à vivre, pour sa fille, envers et contre tout… les peurs surtout.

Voici un roman de l’intime, en dehors de tout pathos, le talent d’un écrivain qui touche à l’essentiel. Fromm vous donne une histoire pleine et entière, sans esbroufe.
Cela touche l’âme, il ne peut en être autrement, car Taz et Marnie, puis les autres, sont des héros attachants, ceux du quotidien, humbles, euphoriques, généreux, têtus, amoureux, avec leurs fêlures et leurs grands sourires.

« La vie en chantier » est un livre d’expérience, une vie à ciel ouvert ( celui du Montana car « Fromm is Fromm » ), une vie faite d’essence de bois et de liniment. C’est un livre qui se ressent, vous fait éprouver l’âpreté et la beauté d’un quotidien, celui que nous vivons, fait de tristesses et de grandes joies, de petits bonheurs et de vastes douleurs… un peu comme ce paysage du Montana : ses montagnes acérées et ses lacs limpides.

« La vie en chantier » comme un attachement à sublimer le « vrai ». Coup au cœur.

Fanny.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Résoudre : *
16 − 4 =