Le Pays des oubliés de Michael Farris Smith, Sonatine

Au pays de des désillusions et de « I’m in the mood » Michael est un roi. Le roi pour peindre des loosers.

Ces perdant merveilleux c’est avec art et humanité qu’ils nous les présentent et les fait vivre tout au long de ce récit.

Deuxième opus chez les oubliés de la vie, ou de la quinte flush à la naissance pas distribué.

On va  vite avec l’auteur, on ne tourne pas autour du pot, en bla bla ou conjoncture, tout s’enchaine rapidement entre les différents acteurs, du livre. Il n’est pas là pour faire pleurer dans les chaumières. Les héros ou zéros ne sont pas des causettes, ils se battent comme Jack pas par envie, juste pour vivre, avec juste un rêve à la clef. L’envie de vivre n’est pas au gout de ce livre, juste avance, le fameux marche ou crève.

Ne laissez pas les idiots ranger par caricature ce livre en « rural noir », c’est juste un bon roman sur les perdant merveilleux, écrit avec rage et force (cela se dit).

Ne passez pas à coté il n’y a pas que Bouysse et Lecorre en janvier.

Résumé :

Abandonné à la naissance, Jack est passé d’orphelinats en foyers, avant que Maryann, une lesbienne mise à l’écart par la bonne société de Louisiane, le prenne sous son aile. Aujourd’hui celle-ci vit ses derniers jours et sa propriété est menacée par les banques. Jack, qui veut à tout prix conserver cet héritage, doit trouver l’argent nécessaire. Mais, le corps cassé par une vie de combats, ravagé par de multiples addictions, il ne se sent plus la force d’avancer. D’autant plus qu’il doit aussi affronter Big Momma Sweet, qui règne sur cet empire du vice qu’est le delta du Mississippi.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Résoudre : *
27 − 14 =