Les nouveaux héritiers, Kent Wascom (Gallmeister), par Lou

Bon minou j’te mets au défi de prendre ta claque quand t’auras acheté ce roman dément.

Une succession de tableaux, voilà ce que c’est. P’tête c’est la couverture et le métier d’Isaac qui me fait dire ça et p’tête aussi que c’est fait exprès mais du coup c’est encore plus fabuleux si tu veux tout savoir.

Une putain de succession de tableaux tous plus fournis les uns que les autres. Tu vois un BON roman de Jim Harrisson ? Tu vois comment Fincher il a réussi à capturer les images dans L’Étrange histoire de Benjamin Button (dézo j’peux pas me branler en citant la nouvelle de Fitzgerald je l’ai jamais lu…), bah c’est exactement comme ça que tu gobes tous les passages de ce bouquin.

Ça démarre un peu avant le début du XXe siècle, en mode gosse né dans une misère propre au Sud des Etats-assez-fraîchement-Unis, recueilli par une gonzesse qui s’échappe d’une secte comme seuls les ricains savent en fabriquer (avec prédicateur et tout le bordel tu vois le genre ?), bref le gosse (Isaac) se retrouve dans une école jusqu’à ses six ans, âge auquel il est adopté par une famille typiquement Floridienne (un brassage ethnique de dingo, véritable carrefour de langues, de cultures, de couleurs, de musiques et de goûts tous aussi fascinants les uns que les autres).

Isaac il va rencontrer une voisine presque (ce genre de voisins qu’habitent à 10 bornes de chez toi tellement y’a personne dans les environs) et ils vont tomber fous amoureux.

On est dans la première moitié du XXe siècle, qui subit à la fois de grosses tempêtes apocalyptiques, une épidémie de grippe qui va décimer un peuple qui se déchire pour une indépendance, une ségrégation omniprésente et une future première guerre mondiale qui va finir de sceller le destin de tout le monde, des conflits entre conservateurs et socialistes,bref t’as vu c’est une période où si Dieu il existait il serait entrain de trouver tout un attirail pour rayer l’Humain de la carte (lui en voudrait-on ? NON).

Bref, j’ai avalé. Genre avalé sévère. Des fois j’ai même du ravaler parce que ça te prend aux tripes et ça te colle sans te lâcher tellement que t’as envie de te faire des dessins qui se fabriquent dans ta tête au fur et à mesure que tu lis le livre et t’en faire partout sur la peau.

J’lâche une phrase que j’ai trouvé très cool même si je suis pas le roi des trouveurs de citations celle là j’aime bien t’en fais ce que tu veux :

– Veux tu faire un bébé ? Demanda-t-il, la bouche sur ses cheveux, d’une voix douce comme le sommeil.
Le rire qu’elle fit entendre fut bien près de le briser. Levant légèrement la tête, elle lui scella la bouche du bout de son index.
– J’ai dit que je ne veux pas mourir, pas que je veux vivre éternellement.

Sans déc’ minou j’viens de refermer mon GROS coup de coeur de la rentrée littéraire étrangère.

Damn ! Encore !

(le genre de roman qu’étanche pas ta soif mais qui te donne envie d’en apprendre encore plus toujours plus)

Besos para todos !

Traduction d’Eric Chédaille.

Lou.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Résoudre : *
29 × 25 =