Maïmaï, Aki Shimazaki, (Actes Sud), par Aurélie

Maïmaï clôture la série « L’Ombre du chardon » et une fois de plus le même effet se produit dès les premières phrases : mon rythme cardiaque se fait plus lent, je me laisse porter par l’atmosphère si douce, j’effeuille des secrets de famille qui sont lourds mais qui n’entament en rien la détermination de personnages qui n’aspirent qu’à une chose : vivre un bonheur simple exactement comme ils l’entendent.

Chaque livre d’Aki Shimazaki est un petit monde d’émerveillement à lui seul. À lire dans l’ordre ou dans le désordre, peu importe mais il faut absolument découvrir cette plume que j’ai rencontrée il y a plus de 15 ans et qui m’accompagne désormais comme l’une de mes meilleures amies.

Aurélie.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Résoudre : *
26 × 10 =