Expiations : celles qui voulaient se souvenir, Kanae Minato (Atelier Akatombo), par Roxane

J’attendais depuis un long moment la sortie française du roman à succès de Kanae Minato, qui m’avait séduite par son précédent roman noir « Les assassins de la 5ème B ». L’intrigue se situe au sein d’un groupe de petites filles qui n’ont pas plus de dix ans, vivant dans un village dont le nom n’est jamais cité, et dont on sait seulement qu’il s’agit de l’endroit où l’air est le plus pur au Japon. Yuka, Sae, Maki et Akiko sont amies depuis presque toujours, rien n’a jamais ébranlé la paisible amitié des petites filles, jusqu’à l’arrivée d’une nouvelle enfant dans l’école. Emiri, dont la riche famille vient de Tokyo, va sans le vouloir chambouler chacune des petites filles, bousculant habitudes et certitudes. Après quelques semaines pourtant, Emiri réussira à s’intégrer sans trop de difficulté, créant une nouvelle dynamique de groupe.

Alors qu’elles jouaient dans la cour de l’école le jour de la fête d’O-Bon (fête célébrant les ancêtres), un homme se faisant passer pour un technicien va leur demander de l’aide et emmener Emiri avec lui. Plusieurs heures auront le temps de s’écouler avant que les petites filles ne se rendent compte qu’il est bientôt l’heure de rentrer, et que leur jeune amie n’est pas revenue. Partant à sa recherche, elles retrouveront la petite Emiri assassinée, dans les vestiaires de l’école, imprimant dans l’esprit de toutes, des images indélébiles.

Choquées et effrayées, elles partiront chacune de leur côté, prévenir parents, policier et enseignants. Le petit village va alors connaitre la fin d’une ère paisible, chaque habitant vivant dans la crainte et dans la méfiance. Pendant des mois l’enquête ne fera aucune progression, les quatre petites filles interrogées sans cesse mais sans réussir à se souvenir du visage du tueur et la mère d’Emiri perdant un peu plus chaque jour la raison. Tandis que la police met petit à petit l’affaire de côté, la mère d’Emiri décide d’inviter les quatre enfants chez elle, afin de leur parler une toute dernière fois. La mort d’Emiri ne peut pas rester impunie, et le délai de prescription ne permettra plus à la famille de faire perdurer l’enquête, elle les menace alors de se venger de chacune d’elles, si elles ne retrouvent pas l’identité de l’assassin. Trouver le tueur ou expier, voilà ce que les jeunes filles vont porter comme poids pendant presque quinze ans.

Construit sous forme de roman choral, plus précisément sous forme de lettres qui seront toutes adressées à Asako, la mère d’Emiri; nous allons au fil des pages nous engouffrer dans les souvenirs des quatre jeunes femmes. A travers le prisme de chacun des personnages, le lecteur voit se construire une intrigue complexe et terrible, faite de peurs et de non dits, de la part des enfants comme des adultes. Si la mort de la petite Emiri a été dévastatrice pour ses parents, ses quatre amies portent en elles une blessure toute aussi vive, ayant des répercussions certaines sur leur mental et leur construction en tant que femmes. Au delà du simple roman noir ou « revenge story », Expiations donne à réfléchir sur l’implication de chacun, sur les actions et les actions manquées, et comment elles peuvent nous hanter pendant des années . Kanae Minato nous prouve à travers cet ouvrage qu’au delà de l’intrigue policière, la tension narrative tient avant tout grâce à des personnages bien construits et bien écrits. Elle nous donne aussi à réfléchir sur tout ce qui a permis à l’intrigue d’exister : le système éducatif japonais, la peur de ce que l’on ne connait pas, ce que l’on permet ou non de faire aux femmes… Voilà donc un ouvrage construit avec subtilité, maîtrisé dans les sujets qu’il aborde et tout en offrant de belles sueurs froides… Immense coup de cœur !

Traduit par Dominique et Franck Sylvain et Saori Nakagima.

Roxane