Robert Pobi de retour, par la fenêtre

Tiens je me demandais ce qu’il advenait de cet auteur aux deux livres chez Sonatine. J’ai eu la réponse en décembre avec celui là :

City of windows par Pobi

Résumé : À New York pendant l’hiver, un sniper insaisissable élimine des policiers un à un. Qui pourra l’arrêter ?
Attention page-turner signé Pobi.

Alors que New York est paralysé par la tempête de neige la plus épouvantable de son histoire, un agent du FBI est tué au volant de sa voiture par un sniper réalisant un coup quasi impossible.

Alors c’est qui qu’on appelle ?

bah euhhhhh non !!!

On sort de la fac un vieil agent du FBI, devenu prof, et l’auteur en profite pour analyser le terrorisme sur le sol des USA. La logique de la haine sous deux présidences le black et le bouffon est sorti de sa latence.

Bon notre prof de fac réticent pour revenir à la maison mère, va bien devoir y retourner, les fédéraux tombant comme des mouches par un sniper et non par un petit tailleur comme ce cher Charles Perrault ( ya un piège^^), a essayé de nous le faire croire…

Ce retour de l’enfant prodigue au FBI n’est pas sans faire de vagues. Il y a un passif…et nôtre cher Lucas Page est un bon bougon anticonformiste de surcroit.

Lucas Page un nom de super héros…et oui…il a un don. Deux en fait :

  • emmerder le monde et se faire détester rapidement
  • et celui de « voir » de matérialiser une scène, comme entrer en transe par le biais de maths et de physiques, si on peut essayer de le décrire.

Alors c’est parti, le décor c’est New York, notre méchant est un bon sniper, et cette ville aux nombreux building, est un lieu idéal pour le shooting. Mais l’enquête nous emmènera aussi dans le trou du cul des states, on fluctue, on suit l’enquête.

Bien ficelé comme un rôti pour une cuisson rouge vive, un polar hargneux, humaniste de par son anti héros et son regard sur son pays qui se consume.

C’est rapide, les caractères sont bien trempés, les fausses pistes tiennent la route, un régal dans le genre.

Étonnant d’ailleurs que l’éditeur commence l’année par un livre qui détonne dans sa collection.

Et qui détonne tout court.

Achat à faire le 08 pour les amateurs, janvier bien sur

bonne épiphanie et pas bon épitaphe ….