Le triomphant, Clément Milian (Equinox-Les Arènes), par Perrine

Alors là… Je suis perplexe. J’avais découvert Clément Milian avec son premier roman Planète vide dont je vante encore régulièrement les mérites, et j’attendais avec impatience son prochain. Evidemment, il est allé là où personne ne l’attendait et nous propose un roman des plus atypiques.

Le triomphant c’est une histoire de lutte du bien contre le mal dans une France ravagée par la guerre. Enfin non, ce n’est pas si simple forcément sinon ce ne serait pas intéressant.

Le triomphant c’est une chasse à l’homme au Moyen Age, 5 personnages à la poursuite d’un autre qu’ils ont nommé la Bête. Cette bête ils la connaissent bien, ils ont combattu à ses côtés, ils savent de quoi elle est capable. Ensemble ils ont massacré, pillé, pour une cause qui n’en était finalement même pas une. Rongés de remords, ils se sont donné une mission, tuer la Bête.

Peut-être que débarrasser le monde de ce monstre rachètera leurs pêchés ? Chacun d’entre eux est motivé par une raison différente, piété, orgueil, culpabilité, unis par un même objectif oui, eux pourtant si différents. Ils croiseront des cadavres en pagaille et des survivants, des forêts apocalyptiques et des rivières salvatrices, des scènes d’horreurs et quelques modestes éclaircies.

Dans une ambiance à mi-chemin entre la scène d’ouverture de Games of trones (le livre plus que la série) et la Jeanne d’Arc de Luc Besson, rythmé par une écriture sèche, courte, haletante, dépourvue de dialogues puisque la communication est en fait inexistante dans tout le roman, Le triomphant perturbe et pose bien plus de questions qu’il n’apporte de réponses. Un livre qui a bien sa place chez Equinox, qui a le don de nous mettre entre les mains des ouvrages originaux qui en disent long sur l’humain et nous poussent à nous interroger sans cesse sur ce qui fait de nous ce que nous sommes, ou pas…

Perrine

L’étoile du nord, D.B. John (Equinox, Les Arènes) par Le Boss

Résultat de recherche d'images pour "les etoiles du nord john db"

Mis à part notre national Jean Luc Bizien, il n’y pas pas pléthore de polar se passant en Corée du nord, cela tombe bien bien ce n’en est pas un.

Alors ATTENTION DE NE PAS LIRE LA POST FACE OK !!!!!

On le dit, mais je me permets de vous le rappeler.

Plus c’est gros plus cela passe, cela doit être la devise des dictateurs coréens, l’auteur en a fait  sa devise pour le roman.

On notera un tournant dans la maison d’Aurélien Masson, ce livre diffère, enfin presque, reste le côté wild, des dernières productions. Beaucoup plus accessible que les autres, enfin jusqu’à la postface qui vous mettra en l’air

Bon, notre auteur va faire un tour dans ce pays, il en revient, merci, et il décide d’écrire un roman. Roman qui pourrait être porté à l’écran facilement.

Une bonne intrigue, un bon « thriller » avec espionnage, un one turn over page de qualité, mais pas que…

Je vais pas me casser et vous les casser  à vous faire un descriptif du scénario.

J’insisterai juste sur le fait que je n’avais pas envie de le lire, mais que finalement j’ai vite été pris. Si on ne décernera pas la plume d’or à l’écrivain, il y a un style qui va parfaitement au genre. Et c’est ce qu’on demande.

Après, sous couvert d’histoire d’espionnage, de personnes disparues, sur une histoire alambiquée, mais plus c’est gros plus ça passe, on découvre un pays qui au 21 ème siècle dépareille fortement..voire plus, crescendo. A se demander si tout cela est possible.

Quand la folie s’empare de dirigeants, avec une politique plus qu’efficace d’obéissance du peuple, on peut tout faire donc. Il en est de même avec les puissances étrangères, avec qui  le pays joue au poker.

Bienvenue donc dans ce pays, que n’auraient pas dénigré les nazis.

Très bon roman qui vous en apprendra plus que n’importe quel documentaire.

Mais attention ceci n’est peut être pas tout à fait un roman, certaines idées coréennes sont des armes de destruction massive.

Laissez votre cœur et vos idées préconçues sur la bonté humaine avant de lire.

Le Boss.

 

L’éternité n’est pas pour nous, Patrick Delperdange, Les Arènes, Equinox, par Perrine

Résultat de recherche d'images pour "l'éternité n'est pas pour nous"Assise sur une chaise en plastique, au bord de la chaussée, Lila attend le client. Quand Julien, le fils de bonne famille, débarque avec ses amis, elle comprend que les choses vont mal tourner. Sam et Danny traversent la campagne à la recherche d’un refuge. Ils ont quitté le foyer qui hébergeait Danny, après ce que ce dernier a fait au gars qui l’importunait. Sans doute ce pays est-il maudit. Une odeur âcre monte des champs abandonnés. Des bêtes sortent des bois, guettant leurs proies. Les enfants renient leurs parents. Ces pauvres âmes, c’est nous. Des chiens errants en quête d’éternité, pleins de lâcheté et de courage.

L’éternité n’est pas pour nous tient dans le magnifique portrait de ses personnages, rebus de l’humanité, ces invisibles que nous évitons, devant qui nous baissons les yeux, entre pitié et honte. Danny, Sam, Lila et Cassandre, déjà si malchanceux de par leurs situations misérables, vont apprendre que les choses peuvent être pires, sans pour autant qu’on l’ait mérité.

Comment lutter lorsque l’on se retrouve face à des gens puissants de normalité, suffisants de bonne réputation et néanmoins sans le moindre état d’âme ? Comment ne pas trembler avec Lila à la recherche de sa fille, prostituée certes, mais qui garde un respect d’elle même et considère (à raison) que sa profession ne donne pas tous les droits sur elle ? Comment ne pas être ému par Danny, un peu simplet, sûrement malade, mais tellement attachant et Sam qui veille tant bien que mal sur lui ?

Face à eux les puissants et les bien pensants, pétris de « bonnes » intentions voire dévots, bien installés dans ce coin de campagne où tout le monde se connaît et qui pour se protéger envisagent une « chasse aux nuisibles ». Et qui d’autre que les marginaux pourrait être nuisible ?

Que dire enfin du flic qui se réjouit de tomber sur des crimes, non pas pour la satisfaction d’arrêter de dangereux psychopathes mais pour l’opportunité d’avancement qu’ils annoncent ?

Dans ce roman court il y a du tragique pour sûr, au sens théâtral et mythologique du terme (avec une Cassandre est-ce surprenant ?) C’est un texte très beau, très fort, mais j’émets néanmoins quelques réserves sur la chute, dont je ne vous parlerai évidemment pas. A vous de me dire car c’est sans nul doute un roman à lire ! 

Les féroces, Jedidiah Ayres, Les Arènes, Equinox

Résultat de recherche d'images pour "les feroces jedidiah ayrees equinox les arenes"En découvrant les livres d’Equinox, de plus en plus,je comprends le pourquoi du départ d’Aurélien Masson de Gallimard. Du moins  au niveau édition, il aurait été impossible de faire cette collection dans son ancien boulot c’est à dire chez ……………………………………, j’entends rien QUOI ?

Il fallait un nouveau départ pour ce genre de livres qui sortent de l’ordinaire. Au départ pas grand fan des couvertures, je commence à m’y faire.

Alors dans le style ovni littéraire après l’excellent Requiem pour Miranda de Sylvain Kermici, voilà un autre auteur qui, dans la même lignée, sort un livre dérangeant, sur la forme surtout, le fond étant aussi macabre qu’un croque mort ne puisse l’espérer.

Livre pour public averti, déconcertant par la forme et le fond. Les pages se succèdent, les personnages aussi, les histoires, des histoires, et d’un coup éclat de soleil dans la tête, on pose livre sonné, ding dong, et c’est pas le facteur. Ou bien un facteur X que détient l’auteur au nom imprononçable.

Bref j’ai pris mon pied, les deux, même si j’avoue avoir eu grand mal à situer où on allait, pauvre lecteur que je suis. L’auteur doit être fou comme deux ânes, mais putain il est excellent ….chuttttttttttt

Maintenant que je vois ce bandeau sur la couverture, je vois mieux.

NE LAISSEZ PAS CET AUTEUR ÉCRIRE DES HISTOIRES D AMOUR PUTAIN !!

Une histoire d’A. composée de tueries, de sang, comme un western mélangeant le gore, la beauté du paysage, la fatigue par le soleil, et les coyotes qui bouffent les cadavres. Tout cela pour  finir en une éjaculation  mâtinée de sang, car le livre est court mais intense mais raide et rêche comme l’écriture, ou comme un vieux fion. Oups…..

Yes, dégueu, gore, mais beau, comme cette chro.

Bon panard !

Le Boss.

 

 

L’éternité n’est pas pour nous, Patrick Delperdange, Equinox, Les Arènes

Le premier qui parle de noir rural se prendra une baffe !!!

L'Éternité n'est pas pour nous

L’auteur continue juste de visiter et de raconter la vie des laissés pour compte. Les sans dents, les marginaux, etc, ceux que la société casse et classe, hors d’elle. Voyez vous donc, on va partager un moment de vie, d’une prostituée, de sa fille, d’un amateur de bière, d’un manchot, de son frère un peu illuminé, juste différent. En face, on a le commun des connards, des notables proches des poujadistes à souhait branchés sur Tf1 en continu, et une famille très haut placée, et des merdiers qui les accompagnent.

Par une destinée non radieuse, ni bienveillante, ces pauvres hères ( ces sont des humains) vont se retrouver confrontés à la lie de la lie de la bêtise humaine, et du pognon qui ouvre toutes les portes, Saint Pierre méfie toi….

Dans une sorte de méli- mélo tragique, nous allons passer un sale moment chers lecteur et lectrice. Nous allons côtoyer la rage, l’impuissance, et tant d’autres sentiments qui ne laisseraient de marbre que les cons ambiants. L’auteur connait  son boulot d’écrivain, sur le bout des doigts. Dans cette folie furieuse, nous serons surpris à chaque page et surtout à la fin des chapitres, cela va vite très vite, pas le temps de se reposer, le livre tient sur 48 ou 72 h de vies sacrifiées.

J’ai eu le plaisir de faire un entretien sur le livre « Si tous les dieux nous  abandonnent » à la Série Noire que j’avais beaucoup aimé, je me souviens d’un entretien intéressant. Maintenant l’auteur a franchi une ligne, un cap. C’est plus dur plus serré que le livre suscité, et beaucoup plus profond. Un auteur qu’on suivra toujours en achetant les yeux fermés, en liquide sinon pour la cb t’es mort…

On remercie Aurélien Masson, l’auteur qui l’a suivi. Quoi d’autre ?

¨Prenez un shoot de vrai vie, que vous trouverez ni dans le canard local, ni sur votre putain de télé !!! de merde

C’est malheureusement la vraie vie de certains, la vie que nous raconte l’auteur, en lisant pensez y, c’est juste  certains humains de passage sur terre comme un chacun, qui n’ont pas eu le carré d’as ni un brelan quand on a redistribué depuis la nuit des temps. Bonne rage !!!

Ps : si tous les dieux nous abandonnent, l’éternité n’est pas nous, la suite ????

Le Boss.

 

Requiem pour Miranda, Sylvain Kermici (Equinox – les Arènes)

Pas beaucoup lu ou vu grand chose, sur ce livre de septembre, et pourtant…  Aurélien Masson continue son chemin chez Equinox, avec l’auteur suscité. Après un terrible et inclassable Hors la nuit de S.Kermici, il en est  de même pour Requiem pour Miranda. Si la trame vous parait convenue, attention le traitement est hors normes.

Elle se décompose en deux parties, victime et bourreaux .  Une manière d’appréhender les actes, pour essayer de les comprendre et surtout, surtout réaliser l’horreur de la situation. On commence par incompréhension de la victime, le déroulement des faits, puis son questionnement. Déclencher l’affect chez le lecteur, l’interpeller, la lame entre les côtes pas loin du cœur. Et cela fonctionne bien, très bien.

Après il y a donc « les brutes », et nous allons aussi rentrer dans leur cerveau, regarder à leur place, essayer de comprendre ce qu’il y a dedans. C’est aussi parfaitement maîtrisé.

Dans ce récit, la 4ème de couv ressemble à un fait divers d’un canard local. mais accordez donc à ce récit assez court (et heureusement je ne pense pas que cela fonctionnerait sur plus de pages) le mérite qu’il a. Il a une certaine clarté dans l’horreur, une forme de beauté, d’autre parleront de nihilisme,  il y en a mais aussi autre chose  d’assez imperceptible.

Après deux livres pour moi, je continuerai à plonger dans l’univers de cet écrivain hors classe, et j’essayerai de trouver ce truc imperceptible, promis.

Véritablement « âmes sensibles s’abstenir », comme certains qui votent…^^. On  se rapproche de l’horrible Irish Stew de  J. P. . Bastid qui reste un monument.

Résumé :

« Il essaie de se souvenir des jours précédents, des autres proies, de leurs visages vidés par l’imminence de la mort, de leur odeur, leur odeur de lait et de méthane, de leur tétanie.

Rien n’émerge. Jamais. Et c’est bien pourquoi il va recommencer… »

Un huis clos tragique, entre les bourreaux et la victime, où chacun finit par vaciller. Un texte vertigineux, qui hante les lecteurs longtemps après avoir été lu.