Le Jour des corneilles, Jean-François Beauchemin (Libretto), par Lou

Wow, minou. J’te cadre direct le roman que je viens de lire, si tu kiffes les petits romans natural writing à la Gallmeister/Le Mot et le reste bah t’es tout pile là dedans, sauf que la narrateur, il a un peu la même palabre que Rabelais dans Gargantua. Imagine Sukkwan Island narré par Jacqouille la Fripouille. Effet garanti.

Sérieux au début t’y crois pas deux secondes, et après je sais pas tu te retrouves genre, emparé par le style et tu plonges direct dans la narration. Bim Bim. 

C’est une histoire à la première personne. T’es le fils Courge et tu vis en ermite dans la forêt avec ton père qu’est complètement cinglé. Genre il parle aux astres, il se torche à l’eau de vie et il te rosse à chaque fois que tu fais un truc qui lui plait pas. Tu sais pas trop à quelle époque on est vu que ça cause chelou chelou, mais y’a au moins la sécurité social et les médicaments pour soigner les nombreux amis que t’as dans la tête quand tu te causes à toi-même. T’es le fils Courge et tu subis les traitements de ton père qui vit avec le fait qu’il a perdu sa femme depuis que t’es né. 

Ça tangue souvent vers le fantastique, genre fantômatique un peu. Des fois le sordide te fait sourire alors qu’en vrai y’a pas grand chose de drôle et que ça vire parfois salement glauque. Mais au final entre tes mains t’as un livre que t’as envie de lire en groupe, parce que ça fait limite conte moderne tellement l’ambiance est propice.

Y’a apparemment eu une adaptation en film d’animation que j’ai pas vu, mais rien que le fait que ce soit Lorant Deutsch qui double la voix du fils Courge ça me coupe direct l’envie. Tu vois je pense qu’on peut vraiment lire ce récit à des gosses parce que la langue est vraiment chouette à découvrir même si au début tu bites pas grand chose.

Une super découverte, assez courte même si la langue prend du temps à assimiler. 

Gros coup de coeur en tout cas pour ma part ! Deal with it !

Lou