Une assemblée de chacals, S. Craig Zahler (Gallmeister), par Le Corbac

Que dire d’assez fort pour donner envie?
Que ce livre est une sacrée pépite, tamisée dans le sang et la poussière de l’Ouest américain; récupérée dans le cours violent d’une culpabilité rédemptrice, charriée dans la volonté d’oublier ce qu’on a commis ?
Que ce roman est un ouvrage profondément humain, écrit avec ferveur, conçu comme une œuvre d’art stylisée dans laquelle chaque mot est une teinte qui enrichit la toile de ces hommes dépeint comme chaque adulte que nous sommes et qui assument leurs erreurs de jeunesse mais aussi ce qu’ils ont été sans renier leur passé ?
Que cette histoire est un opéra déchirant, plein de tristesse et de remords, romantique à souhait, baroque et mélancolique, dans lequel le rythme est celui de l’affrontement, affrontement du passé, affrontement des démons, affrontement de l’humain et de l’inhumain, le tout mené à la baguette par les fusils, les colts et les accès de violence que en véritable maestro S. Craig Zahler ?
Que plus qu’un western, ce récit est celui de l’humanité, celle qui fait des erreurs et tente de les oublier, celle qui assume son passé et tente de le corriger, celle de la vengeance, de l’amour, de l’amitié, du sacrifice et du pardon ?
J’avais été emballé par Les Spectres de la Terre Brisée (S. Craig Zahler-Gallmeister), là je ne sais comment le dire mais c’est encore mieux. II se dégage de cette chevauchée meurtrière, de cette course à la rédemption un romantisme « baroque » qui me fait vibrer.
Tout y est beau et fort, puissant et riche.
Les personnages, la violence, les dialogues, les descriptions, le scénario… tout est sa place et judicieusement travaillé. Aucun excès, ni lassitude ni ennui dans ce vent nostalgique que fait souffler Mister Zahler dans ses pages où coulent le sang, la sueur, les larmes. Déversement d’amour et de colère, déluge de feux et d’une terreur mesurée et amenée comme il se doit, Une assemblée de chacals est une véritable tempête émotionnelle, une pluie de sensations, un tonnerre de fureur…
Bref une de mes plus belle lecture de l’année…
Sellez votre fauteuil, astiquez vos lunettes, chargez vos neurones et chevauchez avec passion cet excellent roman.
Et bon mariage…

Le Corbac.

Traduit de l’anglais (Etats-Unis) par Janique Jouin de Laurens.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Résoudre : *
2 ⁄ 1 =